Jeudi 30 Mai 2024

GBIF

Cette nouvelle diffusion porte le nombre total de données diffusé par l’UMS PatriNat dans le GBIF à plus de 71 millions (répartis dans 2 390 jeux de données), et le nombre total de données françaises à plus de 82 millions. La France devient ainsi le 4e pays contributeur du réseau GBIF, en termes de données publiées.

 

Ces données, agrégées par l’INPN, proviennent de sources variées sur tout le territoire français métropolitain et ultra-marin : associations naturalistes et sociétés savantes, conservatoires botaniques, experts ou encore programmes de science citoyenne et participative.

 

Elles sont désormais accessibles de façon libre et gratuite sur le site www.gbif.org , où elles peuvent être consultées et utilisées par la communauté scientifique internationale ; leur citation peut être suivie grâce au DOI (Digital Object Identifier) attribué à chaque jeu de données mis en ligne ou à chaque résultat de requête sur GBIF.org.

 

L’utilisation des données mises en ligne sur GBIF.org est compilée chaque année dans la Revue Scientifique du GBIF.

L’audit le plus complet des activités du GBIF depuis plus d’une décennie propose une série de recommandations qui visent à construire sur les résultats acquis tout en répondant à un certain nombre de défis afin d’assurer l’avenir du réseau.

Le Conseil d’Administration du GBIF a confié cet audit indépendant au Comité des Données du Conseil International de la Science (CODATA), 20 ans après la recommandation par un groupe de travail de l’OCDE, en 1999, de créer un système mondial d’information sur la biodiversité.

Le rapport publié par CODATA, Twenty-Year Review of GBIF, résulte d’une année de recherche, appuyée sur des entretiens avec plus de 100 experts dans le monde sélectionnés dans une diversité de secteurs du réseau GBIF et, plus largement, de la communauté traitant de l’information sur la biodiversité.

 

Dans son résumé des conclusions, l’audit définit le GBIF comme «le point d'accès le plus complet, ouvertement disponible, indépendant des applications (le plus impartial), facile à utiliser et moderne, aux données numériques connues sur la présence d'espèces».

«Par conséquent, en tant que plate-forme distribuée mondiale, le GBIF est largement considéré comme un succès majeur et une grande amélioration par rapport à d’autres solutions alternatives», conclut le rapport. "Cela se réfère, de manière équivalente, aux données qu'il fournit et aux activités de renforcement des capacités".

 

Le rapport cite les principes fondamentaux de fonctionnement du GBIF en tant qu’organisation distribuée ayant une structure de financement fiable comme facteurs contribuant à son succès jusqu’à maintenant.

Cependant, l’audit identifie les principaux défis auxquels le GBIF est confronté et suggère que procéder comme avant peut ne pas être la bonne option pour assurer la continuité du succès du réseau. Les défis sont regroupés en quatre grands domaines:

  •     Données et technologies, notamment l'adéquation à l’usage, la transparence et l'exhaustivité des données, ainsi que la prise en compte de la quantité et de l'importance croissantes des sources de données non traditionnelles sur la biodiversité telles que la télédétection, l'analyse génomique, d'autres observations automatisées et les contributions citoyennes
  •     Organisation et communauté du GBIF, dont le manque de participation dans certaines régions du monde, en particulier l'Asie, et le fonctionnement du réseau de nœuds nationaux et thématiques
  •     Le domaine du financement, notant les défis de maintenir des fonds suffisants pour couvrir à la fois les activités fondamentales du GBIF et le personnel des nœuds nationaux
  •     Gestion des attentes, abordant le risque que les parties prenantes aient des attentes irréalistes quant à ce que le GBIF est en mesure de réaliser, compte tenu du niveau de ressources et d'efforts requis.

L’audit fait 27 recommandations distinctes visant à relever ces défis, réparties en trois groupes : générales, à court terme et à long terme. Ces recommandations sont énumérées dans le résumé de l’audit.

 

Le comité exécutif du GBIF a convenu d'une procédure pour mettre en œuvre les recommandations de l’audit en consultation avec la communauté, à travers le programme de travail annuel, les réunions régionales et des discussions à venir sur le prochain plan stratégique du GBIF, prévu pour la période 2023-2027.

Dans un message addresé au Conseil d’Administration, la présidente du GBIF, Tanya Abrahamse, a salué l’audit, remerciant l'équipe CODATA pour l’effort réalisé qui aidera le GBIF à tracer la voie à suivre. «En général, CODATA est très positif sur la manière dont le GBIF a su évoluer dans un paysage complexe au fil du temps, est devenu la source incontournable de données sur la biodiversité et représente un bon rapport sur investissement pour nos financeurs. Ce succès devrait tous nous réjouir», a écrit Abrahamse. «CODATA souligne également les défis majeurs et les grandes opportunités que nous devons saisir en tant que communauté au cours de la prochaine décennie, si nous voulons répondre à la demande d'information sur la biodiversité et maintenir notre pertinence en tant qu'infrastructure mondiale.»

 

Le secrétaire exécutif du GBIF, Joe Miller, a ajouté que les défis et opportunités mis en évidence dans l’audit ont été mis en relief par la pandémie actuelle de COVID-19. «Plus que jamais, le GBIF doit démontrer sa pertinence grâce à une proposition de valeur solide», a déclaré Miller. «Nous sommes en mesure de montrer que les données mobilisées par le GBIF sur les vecteurs et les hôtes des maladies zoonotiques jouent un rôle essentiel dans le soutien de la recherche sur les risques pour la santé humaine. L’audit CODATA nous met au défi de devenir de meilleurs défenseurs de notre infrastructure de données et de sa contribution à la prise de décision fondée sur des preuves.»

 

Le lien vers l'article en anglais ici

Le Global Biodiversity Information Facility (GBIF), le Finnish Biodiversity Information Facility (FinBIF) et Pensoft Publishers, sont heureux de lancer un appel aux auteurs pour qu'ils soumettent et publient des data papers sur la Russie européenne (à l'ouest de l'Oural) dans une édition spéciale à venir du Biodiversity Data Journal (BDJ).

 

D'ici le 31 août 2020, les frais de traitement des articles (normalement 450 €) seront supprimés pour les 20 premiers articles, à condition que les publications soient acceptées et répondent aux critères suivants :

 

Le manuscrit doit être préparé en anglais et soumis conformément aux instructions du BDJ aux auteurs avant le 31 août 2020. Les soumissions tardives ne seront pas éligibles aux dérogations APC.

 

Le parrainage est limité aux 20 premières soumissions acceptées répondant à ces critères selon le principe du premier arrivé, premier servi. L'appel à candidatures peut donc être clôturé avant la date limite fixée au 31 août. Les auteurs peuvent contribuer à plusieurs manuscrits, mais la division artificielle des données et des description de données logiquement uniformes, ou «saucissonnage», n'est pas autorisée.

 

En plus de l'instruction BDJ aux auteurs, il est nécessaire que les jeux de données référencés à partir de Data paper a) citent le DOI du jeu de données et b) apparaissent dans la liste de références du document.

 

Plus d'information (en anglais) ici

 

Grand bourdon à queue rouge (Bombus lapidarius), District de Mikhailovsky, Fédération de Russie. Photo 2019 Polina Yakovlevna Likhacheva via iNaturalist Research-grade Observations, sous licence CC BY-NC 4.0.

Le Secrétariat du GBIF recherche des candidatures pour effectuer une analyse des contributions attendues des données primaires sur la biodiversité au Cadre mondial pour la biodiversité post 2020.

 

Ce travail impliquera de travailler avec le Secrétariat pour :

  • Développer, affiner et convenir de la méthodologie optimale et des questions de recherche pour l'analyse
  • Analyser le projet de cadre, ses cibles et indicateurs potentiels, et identifier les dépendances directes et indirectes probables des données primaires sur la biodiversité qui les sous-tendent
  • Convoquer un atelier des parties prenantes pour obtenir une vision partagée pour le GBIF et les partenaires concernés sur la meilleure façon de répondre aux besoins du cadre en données primaires sur la biodiversité

 

Dans le cadre de ce travail, nous définissons les «données primaires sur la biodiversité» comme des textes numériques ou des objets multimédias détaillant des faits sur la présence d'organismes dans l'espace et le temps.

 

Lieu : Il est prévu que les travaux soient effectués au domicile du candidat sélectionné.

Frais : Le contrat est payé par 30 000 € d'honoraires du Secrétariat du GBIF en trois tranches. Des fonds supplémentaires ont été alloués pour les frais d’atelier.

 

Les candidatures doivent être en anglais et inclure :

  • Un résumé de l'approche que vous adopterez pour le travail, y compris un aperçu potentiel pour le rapport (pas plus de deux pages avec des schémas possibles)
  • Un CV complet ou similaire, y compris la liste des publications
  • Exemples et autres moyens de démontrer votre adéquation à la tâche où vous avez dirigé ou participé activement au cours des cinq dernières années. Les exemples doivent être pertinents par rapport à la présente proposition.

 

Programme :

  • 30 mars 2020 : Date limite de soumission des propositions
  • 1er juin 2020-1 mars 2021 : Début de contrat prévu
  • Durant neuf (9) mois : Durée du contrat
  • 30 novembre 2020 : Remise du premier projet de rapport
  • Fin du contrat (1er mars 2021) : Remise du projet final

 

Soumettez votre proposition à info@gbif.org avant le 30 mars 2020. Les demandes de renseignements concernant le contrat peuvent être adressées à Andrew Rodrigues, chargé de programme pour la participation et l'engagement.

 

Plus d'information (en anglais) ici

 

Voilier de Pallas (Neptis sappho), observé à Kunming, Chine, 23 octobre 2019. Photo de benanna via les observations iNaturalist Research-grade, sous licence CC BY-NC 4.0.

Au nom de nombreux partenaires et parties prenantes, le GBIF organisera un atelier virtuel et une consultation internationale en mars et avril 2020 dans le but de concrétiser une vision partagée, une feuille de route et un ensemble de priorités pour développer la portée, le contenu et les services inclus dans un catalogue des collections d'histoire naturelle du monde.

 

L'atelier comprendra deux parties :

  • Deux webinaires préparatoires de deux heures (prévus avec neuf fuseaux horaires d'écart pour une participation mondiale plus large) au cours desquels les participants discuteront d'un projet de document d'idées qui sera publié vers le 24 février.
  • Une consultation en ligne ouverte et accessible du 17 au 29 avril 2020

 

Session #1 : jeudi 12 mars 2020, 06:00:00 UTC (GMT)
Session #2 : vendredi 13 mars 2020, 15:00:00 UTC (GMT)

 

«Faire progresser le catalogue des collections d’histoire naturelle du monde» est le premier des trois ateliers que le GBIF dirigera dans le cadre du projet SYNTHESYS+ financé par la Commission européenne.

 

Ceux qui souhaitent contribuer à la consultation peuvent également demander à tout moment un accès rapide au forum de consultation.

 

Dates clés

  • 24 février 2020 : Publication d'un projet de document d'idées
  • 12-13 mars 2020 : Webinaires préparatoires #1 & #2
  • 6 avril 2020 : Ouverture d'un forum de consultation pour un accès rapide aux documents fournis
  • 17-29 avril 2020 : Consultation en ligne ouverte
  • Mai-juillet 2020 : Rédaction, modification et révision de la feuille de route

 

Plus d'information (en anglais) ici

 

Détail du spécimen, Trinidad National Herbarium. Photo 2019 par Maheva Bagard Laursen | GBIF, sous licence CC BY 2.0.

Revenir en haut