Vendredi 06 Décembre 2019

GBIF

Le Secrétariat du GBIF, situé à Copenhague, est à la recherche d'un(e) assistant(e) administratif/administrative à temps partiel pour assister le Secrétariat dans ses principales tâches administratives incluant (mais ne se limitant pas à) :

  • Lancement des appel à projets et administration de ceux-ci une fois validé. Cela inclut un contact régulier avec les responsables du projet, le développement et la maintenance de documents relatifs aux projets et la mise à jour de pages internet concernant ceux-ci.
  • Assistance aux administrateurs de programme et autres membres du personnel du Secrétariat : cette assistance concerne les tâches administratives liées à leurs domaines de travail, y compris l'administration de projet.
  • Tâches de comptabilité telles que la préparation des factures pour le paiement, l'enregistrement et l'archivage des rapports de projet financiers.
  • Soutien administratif général lorsque le cas se présente.

 

La/le candidat(e) idéal(e) a une formation en gestion administrative et 1 à 2 ans d'expérience dans un poste similaire.

 

La date limite d'inscription est le 5 août 2018.

 

Avant de soumettre votre candidature, assurez-vous de consulter :

  • la description complète des tâches,
  • les exigences du poste
  • le processus de candidature

 

Pour toutes questions ou renseignements concernant le poste, envoyez un mail à adminjob@gbif.org.

 

Descriptif complet de l'offre d'emploi (en anglais) ici

 

Page originale (en anglais) ici

 

 

Apis cerana - Photo de harum.koh via iNaturalist sous licence CC BY-NC-SA 4.0.

 

Biodiversity_next est une conférence internationale conjointe du TDWG, du GBIF, du CETAF et de DiSSCo. Les réunions annuelles de ces 4 organisations fusionne en une seule semaine scientifique ouverte sur l'information biologique et géologique.

 

Cet événement marquant rassemble des acteurs divers et variés :

  • des scientifiques en début de carrière et/ou établis travaillant dans des disciplines de diversité biologique et géologique à forte intensité de données ;
  • des opérateurs d'infrastructures électroniques ;
  • des gestionnaires de données ;
  • des responsables de politiques scientifiques.

 

La conférence vise à:

  • Promouvoir l'innovation dans la science et les applications de la biodiversité et de la géodiversité ;
  • Partager et améliorer les normes de données communautaires et les pratiques de gestion de l'information ;
  • Améliorer la portée du domaine auprès de nouveaux publics (y compris scientifique, politique et industriel) ;
  • Inspirer les nouvelles générations à se lancer avec plus d'enthousiasme dans la science à forte intensité de données autour de la diversité biologique et géologique ;
  • Bâtir un consensus sur les aspects techniques et socioculturels essentiels des pratiques communautaires.

 

Le format de la conférence inclura des sessions plénières, des sessions parallèles, des ateliers / hackathons, des cours de formation, des coins de démonstration et des sessions politiques.

 

L'événement sera organisé par le Centre de Biodiversité Naturelle à Leiden, Pays-Bas et se déroulera du 21 au 25 octobre 2019.

 

Afin d'encourager la participation de la communauté au sens large et permettre aux jeunes scientifiques et experts en données sur la biodiversité de contribuer à la planification de la conférence, le conseil de direction vous invite à postuler au comité de programme biodiversité_next.

 

La date limite pour les candidatures est le 31 juillet 2018.

 

Les candidatures sont soumises via un rapide formulaire à l'adresse suivante : https://biodiversitynext.org/programme-committee/

 

Pour recevoir les mises à jour sur les dates (y compris l'ouverture des inscriptions et les dates limites), vous pouvez vous inscrire à la lettre d'actualités en allant sur http://biodiversitynext.org
 

 

Maheva Bagard Laursen - Photo sous licence CC BY-SA 2.0

 

 

Le GBIF.org a dépassé le milliard d’enregistrements d’occurrences d’espèces le 4 juillet 2018, grâce à une série de données provenant de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel, incluant cette observation d’une anémone à collerette (Metridium dianthus) près de Saint-Pierre et Miquelon, archipel français dans l’Atlantique Nord-Ouest. L’enregistrement de cet animal invertébré marin est l’un des 150 097 récoltés par BioObs (Base pour l’inventaire des observations subaquatiques), un outil scientifique citoyen qui permet aux plongeurs d’en apprendre davantage sur l’environnement marin tout en contribuant à un inventaire national des espèces sous-marines.

Cette étape symbolise une réalisation collective majeure, rendue possible grâce au travail du réseau GBIF, un partenariat diversifié de plus de 1.200 organisations publiques et privées du monde entier issues de 123 pays.

La France y contribue activement et se place en 5e position des pays fournisseurs de données au GBIF. Cela grâce au travail de l’ensemble des producteurs nationaux : 50 éditeurs français (Muséums, Instituts de recherche, Associassions, Universités…) qui partagent actuellement plus de 549 jeux de données avec l’aide apportée par l’équipe du GBIF France, intégré dans l’UMS PatriNat.  

PatriNat qui contribue aujourd’hui  à passer le cap du milliard grâce au travail de l’ensemble des naturalistes bénévoles ou professionnels qui alimentent, dans le cadre du SINP, la plateforme nationale des données de biodiversité portée par l’INPN

 

Plus d'information sur le GBIF.org (en français) sur cette page et sur les réseaux sociaux :

 

 

Frilled anemone (Metridium dianthus). Photo by B. Guichard, Agence Française pour la Biodiversité, licensed under CC BY-NC-SA 4.0

Le Zimbabwe se joint au GBIF

La nation d'Afrique australe devient le dix-huitième pays Participant d'Afrique à rejoindre la communauté GBIF

 

La République du Zimbabwe a rejoint le GBIF en tant que Participant associé, devenant le 56ème pays à rejoindre le réseau mondial. Le ministère de l'Environnement, de l'Eau et du Climat a désigné l'Université de l'Enseignement des Sciences de Bindura pour signer le Mémorandum of Understanding du GBIF au nom du Zimbabwe et représenter le pays au Conseil d'Administration.

 

L'Université de Bindura dirige un projet national dans le cadre du programme Biodiversity Information for Development (BID).

Le projet de l'université vise à cataloguer, numériser et publier des données d'occurrence d'espèces pour les produits forestiers non ligneux (NTFP pour non-timber forest products). Il fait partie des cinq projets menés par des institutions au Zimbabwe en partie via le programme BID, qui est financé par l'Union européenne.

 

"Au Zimbabwe, nous sommes ravis de rejoindre la famille du GBIF," a déclaré Abraham Matiza, chef du Bureau national de la biodiversité du Zimbabwe au ministère de l'Environnement, de l'Eau et du Climat. "Le partenariat avec le GBIF nous permettra d'atteindre les objectifs de la Convention sur la diversité biologique, les Objectifs d'Aichi pour la biodiversité et notre Plan d'action pour la stratégie nationale concernant la biodiversité. Ceci est particulièrement important pour assurer une nation avec des écosystèmes résilients et des valeurs de biodiversité pour le développement social, politique et économique visant à s'attaquer aux menaces sur la biodiversité.

En outre, en tant que ministère, nous apprécions le rôle joué par l'Union européenne à travers le GBIF pour financer des projets de mobilisation de la biodiversité avant même que le pays n'en devienne un participant, et nous espérons que nos relations continueront de croître."

 

"L'entrée du Zimbabwe dans le GBIF est un excellent exemple de l'opportunité offerte par le programme BID d'impliquer une communauté plus large en Afrique dans la mobilisation et l'utilisation des données sur la biodiversité," a déclaré Tim Hirsch, directeur adjoint du GBIF.

"Grâce aux projets financés au Zimbabwe, nous avons déjà vu le développement de l'expertise en informatique de la biodiversité au sein des institutions clés, et cela est de bon augure pour la création d'un nœud GBIF efficace dans le pays. Cela afin de coordonner les flux de données et les informations nécessaires pour la gestion et la conservation du riche patrimoine biologique du pays. "

 

Les utilisateurs de GBIF.org peuvent actuellement télécharger plus de 320 000 occurrences d'espèces au Zimbabwe provenant de 412 ensembles de données différents fournis par 31 pays. Environ la moitié des occurrences sont publiées par des institutions d'Afrique du Sud avec le jeu de données SAFRING. Celui-ci contient des historiques de baguage d'oiseaux publiés par l'Institut national de la Biodiversité d'Afrique du Sud, Institut qui a contribué à plus de 85 000 enregistrements. L'espèce avec le plus grand nombre d'occurrences enregistrées au Zimbabwe - plus de 14 000 - est le quéléa à bec rouge (Quelea quelea).

 

Plus d'informations (en anglais) ici

 

Impala (Aepyceros melampus) observé par Rémi Cardinael près de Chiredzi, Zimbabwe. Photo via iNaturalist sous licence CC BY-NC 4.0.

Huit nouveaux projets recevront un montant total de 118 000 euros par l'intermédiaire du BIFA, le Fonds d'information sur la biodiversité pour l'Asie

 

Des institutions issues de sept pays d'Asie ont commencé à travailler sur des projets visant à accroître la disponibilité des données relatives aux espèces animales et végétales de la région.

 

Les huit nouveaux projets sont financés dans le cadre du troisième cycle du programme du Fonds d'information sur la biodiversité pour l'Asie (BIFA), géré par le GBIF et financé par le ministère japonais de l'Environnement. Le montant total de la subvention de 118 000 € correspond à un cofinancement de plus de 100 000 € des institutions participantes.

 

Les projets ont été sélectionnés après un appel hautement compétitif et couvrent un large éventail de domaines cibles pour la mobilisation des données, notamment :

  • les plantes au Pakistan, à Sumatra et dans la péninsule coréenne (Nord et Sud)
  • les bryophytes au Vietnam
  • les espèces envahissantes au Népal et les Philippines
  • des mammifères au Cambodge basés sur des preuves de présence issues de pièges photographiques
  • des données d'échantillonnage de biodiversité extraites de thèses d'étudiants en Indonésie.

 

Les huit projets récompensés sont:

Titre Pays principal
Data mining of historical herbarium specimens from the Korean peninsula République de Corée
Digitizing and databasing Sumatran flora Indonésie
The Biodiversity Theses Database Indonésie
Mobilizing occurrence data of alien and endemic plant species of Nepal Népal
Alien reptiles and amphibians of the Philippines Philippines
Data mobilization of Vietnamese herbarium Cryptogam collections Viet-Nam
Mobilizing a country-wide, long-term camera trap data set in Cambodia Cambodge
Georeferencing and mobilization of plant occurrence data from Pakistan Pakistan

 

Pour le lancement des activités du projet, les partenaires du projet ont participé à un atelier de renforcement des capacités à Pékin visant à doter les équipes de projets des compétences nécessaires pour mobiliser des données sur la biodiversité en vue d'un accès ouvert à travers le GBIF.

 

Les détails complets des projets attribués sont disponibles sur les pages respectives de chaque projet. Depuis son lancement en 2015, le programme BIFA a fourni un financement de plus de 248 000 € à 15 projets couvrant 11 pays et zones de la région.

 

Plus d'information (en anglais) ici

 

Gentiana depressa, recueilli par John Stainton au Népal. Photo via le Jardin Botanique Royal d'Édimbourg sous licence CC BY-NC 3.0.

Revenir en haut