Samedi 24 Février 2018

GBIF

Les listes officielles  d'espèces introduites et envahissantes connues de  20 pays sont maintenant librement accessibles via le GBIF.org. Cela constitue la première phase de ce qui sera une ressource d'information complète pour soutenir des actions contre l'une des menaces les plus importantes pour la biodiversité.

La publication de 23 listes modèles du Global Register of Introduced and Invasive Species (GRIIS), comprenant 20 listes nationales et trois listes infranationales d'îles, est le fruit d'une collaboration de longue date entre le GBIF et le IUCN Invasive Species Specialist Group (ISSG).

Les listes vérifiées pour 198 pays, y compris les territoires d'outre-mer de l'Union européenne, devraient être disponibles d'ici fin-2018.

La méthodologie derrière la compilation et la conservation des listes, utilisant une équipe de «rédacteurs nationaux», est détaillée dans un article publié dans la revue "Scientific Data", co-écrit par le personnel de l'ISSG, de l'Université de Monash et du Secrétariat du GBIF.

Chaque liste est formatée selon les standards Darwin Core (DwC), avec des espèces associés au référentiel taxonomique GBIF pour permettre son intégration avec d'autres données pertinentes partagées via le GBIF.org. Cela permettra au GBIF de reconnaître et d'étiqueter les enregistrements d'occurrence d'espèces considérées comme non indigènes dans les pays d'occurrence. Cela permettra potentiellement, à l'avenir, de mettre en avant de nouvelles preuves pour appuyer des changements aux listes d'espèces nationales.

L'élaboration des listes de référence GRIIS fait partie d'une collaboration plus large organisée par la Convention on Biological Diversity (CDB). Cela au travers du Global Invasive Alien Species Information Partnership (GIASIP). Les futurs plans comprennent un lien vers les listes de référence nationales à partir des informations nationales incluses dans le Mécanisme de centre d'échange de la CDB (CHM).

L'auteur principal de la publication, Shyama Pagad de l'ISSG, a noté: "Un des points importants de cette initiative est la participation de réseaux d'éditeurs nationaux qui sont les gardiens des listes de référence de leur pays."

Piero Genovesi, président de l'ISSG et co-auteur du document, a commenté: "GRIIS fournit des informations crédibles, faisant autorité et révisées par des pairs sur les espèces envahissantes, ce qui est essentiel pour éclairer la prise de décision efficace."

Un autre co-auteur, Melodie McGeoch, de l'École des sciences biologiques de l'Université Monash en Australie, a ajouté: "Le commerce et le transport transfrontaliers sont le principal moteur de l'introduction de nouvelles espèces, et connaître la localisation des espèces est essentielles pour évaluer le risque pour la biodiversité et les écosystèmes. Le nouveau registre est un grand pas en avant dans la transmission de l'information nécessaire pour traiter efficacement du problème des invasions biologiques."

La publication des listes GRIIS sur GBIF.org répond à l'une des recommandations formulées par un groupe de travail d'experts du GBIF. Celui-ci a examiné l'adéquation à l'usage des données issues du GBIF dans les recherches sur les espèces envahissantes (groupe présidé par le Dr. McGeoch). Il propose des options afin que le GBIF.org propose des informations plus enrichies à l'avenir sur les espèces envahissantes. Cela se traduit par l'établissement de liens entre des listes de référence et des informations sur les occurrences, cela grâce à des programmes de suivi en cours, des résumés au niveau des espèces et les pages pays (sur le site du gbif.org).

Dmitry Schigel, directeur scientifique du Secrétariat du GBIF, également co-auteur de la publication dans "Scientific Data", a ajouté: "Nous savons que de nombreux chercheurs se tournent vers le GBIF pour accéder aux données sur les espèces exotiques envahissantes et le risque qu'elles représentent pour la biodiversité. Ce développement passionnant ouvre de nouvelles possibilités pour combiner des connaissances d'experts avec la richesse des preuves rassemblées à partir des collections, des observations et des données de surveillance librement partagées par les partenaires du GBIF à travers le monde."

Documents :

Site internet - Groupe spécialiste pour les espèces envahissante dans l'UICN (ISSG) : http://www.issg.org/

Editeurs de données dans le GBIF - Groupe ISSG de spécialistes des espèces invasives : https://www.gbif.org/publisher/cdef28b1-db4e-4c58-aa71-3c5238c2d0b5

Données scientifiques - Introduction au registre mondial des espèces introduites et envahissantes : http://nature.com/articles/doi:10.1038/sdata.2017.202
 

 

La fourmi Trichomyrmex destructor est l'une des 135 espèces répertoriées sur la liste de référence GRIIS des espèces introduites et envahissantes pour l'île yéménite de Socotra. Photo par Zach Lieberman de AntWeb.org, sous licence via CC BY-SA 4.0.

La dernière étape du programme BID (ou Biodiversity Information for Development) a attribué un financement pour  27 nouveaux projets basés en Afrique subsaharienne.

Proposés par des institutions de 17 pays différents, ces projets recevront des subventions sur 18 mois, allant de 9 555 à 40 000 euros. Ils mobiliseront des données sur divers sujets comme : la sécurité alimentaire, les aires protégées, les espèces menacées, la numérisation des collections et la gestion de la conservation. Les projets sont subventionnés à hauteur de  707 130 € par le programme BID et cofinancé  à hauteur de 649 146 € par les participants. En faisant progresser les objectifs du programme BID, ces subventions aideront les projets à accroître la quantité d'informations disponibles sur la biodiversité dans les pays de l'ACP c’est à dire  l’Afrique subsaharienne, les Caraïbes et le Pacifique).

En décembre, les représentants des projets ont lancé ce nouveau cycle de projet en prenant part à un atelier de mobilisation de données organisé par l'Institut national de la biodiversité sud-africain (SANBI) au Cap. Les participants ayant terminés  la formation avec succès auront une certification sous la forme de badge en ligne.

Les subventions offertes dans le cadre de cet appel comprennent 12 projets à l'échelle nationale axés sur la création ou le renforcement d'installations nationales d'information sur la biodiversité, et sur l'augmentation des données disponibles sur la biodiversité dans le pays. En outre, 15 subventions de projet à plus petite échelle mobiliseront des données pertinentes pour  les priorités de conservation.

Grâce aux institutions de huit nouveaux pays (Ethiopie, Libéria, Malawi, Maurice, Mozambique, Nigeria, Soudan du Sud et Zambie), le programme BID soutient à présent des projets menés dans 28 pays d'Afrique subsaharienne .

Pendant la phase finale, un comité d'examen externe a sélectionné ces projets parmi 35 propositions provenant de 384 soumissions initiales reçues en avril 2017. Et ils rejoignent les 35 autres projets financés par le programme BID en Afrique, dans les Caraïbes et dans les îles du Pacifique.
 

Titre Type Financement BID Est. de co-financement
Capacity advancement for the Nigeria node of GBIF National 39 972 € 15 597 €
Establishing Metadata of Biodiversity Data Generated from Ramsar Sites in Tanzania Mineur 18 500 € 1 500 €
Building Capacity for Biodiversity Data Mobilization and Conservation in Liberia Mineur 20 000 € 44 200 €
Extension and management of the reference collections of bee pollinators in West Africa Mineur 20 000 € 5 000 €
Increasing data-mobilization capacity to conserve threatened medicinal plants in Ghana National 23 500 € 11 500 €
Getting the plants to all: dissemination of information from the collection of The Mauritius Herbarium Mineur 17 968 € 15 838 €
Alien, native, and endemic grasses of Madagascar Mineur 19 951 € 7 420 €
Mobilizing specimen data on bats and rodents from Zimbabwe Mineur 9 555 € 20 150 €
Data mobilization for crop protection against native and invasive pest species for sustainable agricultural production in Cameroon Mineur 15 000 € 17 600 €
Amphibian conservation in DR Congo through biodiversity capacity building and data mobilization Mineur 20 000 € 18 050 €
Mobilizing bat occurrence data in Zambia National 39 870 € 68 194 €
BRYOTAN National 27 367 € 10 800 €
Digitizing Odonata species of southern Nigeria Mineur 19 410 € 6 000 €
Mobilization of Biodiversity Data Related to Protected Areas and Threatened Species in Western Cameroon Mineur 19 500 € 7 869 €
Development of National Biodiversity Database System (NBDS) National 40 000 € 10 000 €
Developing an Accessible Biodiversity Information System for Sustainable Development in Cameroon National 34 850 € 20 750 €
Status and spatial diversity of Sorghum wild species in Malawi Mineur 19 876 € 16 483 €
Freshwater biodiversity of the Eastern Highlands of Zimbabwe: Assessing conservation priorities using primary species occurrence data Mineur 20 000 € 63 600 €
Digitizing national vegetable databases to improve food and nutritional security in Eastern Africa Mineur 19 631 € 5 002 €
Mobilization of data on non-timber forest species in biodiversity hotspots of Zimbabwe National 38 387 € 23 000 €
Digitizing the Matobo Hills Arachnid collections at the Natural History Museum of Zimbabwe Mineur 5 000 € 58 500 €
Prioritizing conservation management in an East African forest landscape National 39 773 € 26 608 €
Biodiversity Information for Development and Environmental Resilience in Southwestern Ethiopia (BIDERSE) National 39 770 € 29 250 €
Mobilizing primary biodiversity data for Mozambican species of conservation concern National 40 000 € 58 464 €
The Forgotten African Islands - Addressing the gap in freshwater biodiversity knowledge for the Indian Ocean Islands National 40 000 € 64 000 €
Strengthening Malawi’s Biodiversity Information Facility National 40 000 € 20 600 €
Increasing capacity for conservation of threatened fish species through data mobilization and training Mineur 20 000 € 13 641 €

 

Le programme BID est financé par l'Union européenne.

 

Zonocerus variegatus (Linnaeus, 1758) , Cameroon. Photo de Jakob Fahr sous licence CC BY-NC 4.0

 

Le secrétariat du GBIF, situé à Copenhague, recherche une/un administrateur/administratrice de données pour travailler dans une petite équipe en charge du contenu et de la qualité des données accessibles via le GBIF, notamment la publication des données et le support utilisateur autour de l'indexation des données provenant des fournisseurs ainsi que'autour du portail (GBIF.org). Le poste est à plein temps et est situé à Copenhague, et la/le candidat(e) choisi(e) sera recruté(e) localement, selon le réglement administratif du GBIF.

Dans ce rôle polyvalent, la/le candidat(e) retenu(e) sera chargé(e) de gérer tous les aspects du traitement et du contenu des données, y compris la planification et le déboggage de leurs ingestion. Elle/Il sera aussi chargé(e) d'interagir avec la communauté travaillant sur les données de biodiversité pour mobiliser de nouvelles sources de données, tout en soutenant les fournisseurs de données et en documentant les bonnes pratiques concernant la qualité des données.

La/le candidat(e) idéal(e) pour le poste doit posséder des connaissances en bases de données relationnelles et doit avoir de l'expérience avec le traitement des données dans de grandes bases de données (Big Data). Avoir des connaissance en R et en Python, ainsi qu'une expérience antérieure en matière de qualité des données serait un plus. Le poste offre l'opportunité de travailler sur des projets open source et de contribuer de manière significative à l'effort international de construction et de gestion de la plate-forme mondiale autour des données ouvertes et libres sur la biodiversité.

Les candidat(e)s intéressé(e)s par le poste doivent soumettre leur candidature, y compris un CV (en anglais), par mail avant le 24 décembre 2017.

Vous trouverez ici la description complète des tâches, des exigences et de la procédure de candidature. Les questions concernant le poste peuvent être adressées à Andrea Hahn, responsable "produit des données", et à la DRH, Susanne Sheldon, en ce qui concerne les questions relatives aux ressources humaines.

 

L'article originel (en anglais) : ici

 

Colobanthus muscoides par janegosden via NatureWatchNZ. Photo sous licence CC BY-NC 4.0.

Le secrétariat du GBIF, situé à Copenhague, recherche une/un analyste de données pour travailler dans une petite équipe en charge du contenu et de la qualité des données accessibles via le GBIF, y compris la publication des données et le support utilisateur autour de leurs indexation et du portail (GBIF.org). Le poste est à temps plein, situé à Copenhague, et la/le candidat(e) choisi(e) devra habiter au Danemark. Pour le personnel recruté internationalement, une aide au déménagement est disponible.

Les tâches principales consistent à analyser et documenter les aspects de la qualité des données dans l'index de données du GBIF, tout en assistant les fournisseurs de données en répondant à leurs questions techniques ou liées au contenu des données. La/le candidat(e) embauché(e) sera également chargé(e) de la documentation et de communication sur l'amélioration de la qualité des données et de la résolution des problèmes diagnostiqués sur le contenu des données.

Le/la candidat(e) idéal(e) possède des connaissances sur les bases de données relationnelles, R ou Python, les webservice utilisant XML et JSON, et a de l'expérience dans la gestion de la qualité des données de grandes bases de données. Ce poste est une excellente opportunité pour un(e) candidat(e) qui est attentif(ve) aux détails, qui est proactif(ve) dans la résolution des problèmes et qui apprécie d'améliorer les choses.

Les candidat(e)s potentiel(le)s doivent soumettre leur candidature comprenant un CV et une lettre de motivation en anglais par e-mail, au plus tard le 24 décembre 2017, à l'adresse suivante : data-analyst-2017@gbif.org.

Vous trouverez ici la description complète des tâches, des exigences et de la procédure de candidature. Les questions concernant le poste peuvent être adressées à Andrea Hahn, responsable "produit des données", et à la DRH, Susanne Sheldon, en ce qui concerne les questions relatives aux ressources humaines.

 

L'article originel (en anglais) : ici

 

Dusky Sioux (Croesus latitarsus) par Derek Sikes via iNaturalist. Photo sous licence CC BY-NC 4.0.

Le GBIF invite à soumettre des propositions de projets dans le cadre de la troisième phase du programme du Fonds d'information sur la biodiversité pour l'Asie (BIFA), financé par le ministère de l'Environnement du gouvernement du Japon.

Cet appel à propositions vise à relever les principaux défis identifiés par les nœuds du GBIF en Asie concernant la mobilisation et l'utilisation des données sur la biodiversité dans la région. Le montant total du financement potentiel attribué à cet appel est d'environ 105 000€ et les candidats peuvent demander un maximum de 15 000€ via le BIFA pour chaque projet.

Trois types de subventions sont incluses dans l'appel:

Les notes conceptuelles doivent être soumises au Secrétariat du GBIF avant le 20 décembre 2017, en utilisant le modèle approprié comprenant les lignes directrices pour chaque type de subvention cité ci-dessus. Pour plus d'informations, contactez bifa@gbif.org.
 

Processus de demande et calendrier

Un jury de sélection assemblé par le Secrétariat du GBIF évaluera les candidatures selon un processus en deux étapes.

  • Les notes conceptuelles initiales, utilisant les modèles fournis, doivent être soumises avant le 20 décembre 2017
  • Les candidats sélectionnés seront invités à soumettre des propositions complètes début 2018
  • Après un examen final et une sélection, les projets financés débuteront au deuxième trimestre 2018. La période de mise en œuvre du projet sera approximativement d'avril 2018 à février 2019.

Les candidats à des subventions de mobilisation de données seront tenus d'envoyer un membre de l'équipe du projet à un atelier de renforcement des capacités et d'obtenir une certification dans les compétences nécessaires pour publier des données selon les normes GBIF. Cet atelier aura lieu en juin ou en juillet 2018, et le coût de la participation sera pris en charge séparément des fonds BIFA (les candidats n'ont PAS besoin de l'inclure dans le budget du projet).

 

Documents :

Guidelines: BIFA collections data mobilization grants

Guidelines: BIFA ecological data mobilization grants

Guidelines: BIFA portal development grants

Biodiversity Information Fund for Asia: BIFA programme
 

 

L'annonce originale (en anglais) est disponible ici

 

Euphorbe du soleil (Euphorbia helioscopia), Shimotsuke, Préfecture de Tochigi, Japon. Photo par Bramadi Arya via des observations de qualité de recherche iNaturalist, sous licence CC BY-NC 4.0.

Revenir en haut