Dimanche 26 Mai 2024

Octobre 2022

 

La croissance récente de la publication de données par les institutions ukrainiennes se maintient, la formation norvégienne sur les compétences en matière de données se poursuit dans un format virtuel

Les chercheurs et les professionnels des données ukrainiens font preuve d'une résilience extraordinaire dans la poursuite et l'expansion des activités et des compétences en matière de publication de données.

Même si l'Ukraine ne participe pas encore officiellement au GBIF en tant que gouvernement membre, une communauté nationale dynamique de publication de données a démontré un engagement inébranlable à partager les données ouvertes sur la biodiversité de ses institutions, au mépris des immenses défis et de la tragédie provoqués par la guerre.

Depuis le 1er janvier 2022, les institutions basées en Ukraine ont ajouté plus de 170 000 nouveaux enregistrements d'occurrence d'espèces, soit une augmentation de 34 %, ajoutant une couverture de données pour 5 433 espèces supplémentaires (une augmentation de 44 %). Le Groupe ukrainien pour la conservation de la nature (UNCG) a établi un rythme effréné, publiant 63 des 71 nouveaux ensembles de données à ce jour en 2022, qui reflètent ensemble une croissance de 77 % depuis le début de l'année. Plus remarquable encore, l'invasion du pays en mars n'a eu aucun impact sur le taux de croissance.


 

Ensembles de données sélectionnés publiés après l'invasion

 


L'expansion de l'activité ukrainienne de publication de données sur la biodiversité a été favorisée par l'inclusion du pays dans BioDATA, un projet international lancé en 2018 par l'Université d'Oslo (UiO), avec un financement de l'Agence norvégienne pour la coopération internationale et l'amélioration de la qualité dans l'enseignement supérieur (DIKU) (qui fait désormais partie de la Direction de l'enseignement supérieur et des compétences, ou HKDIR). Le projet vise à fournir aux étudiants d'Europe de l'Est, du Caucase du Sud et d'Asie centrale des compétences pratiques liées aux infrastructures et normes internationales de données.

Un atelier de formation BioDATA prévu en Ukraine avait déjà été retardé en raison de la pandémie, et la guerre a rendu impossible sa reprogrammation en tant qu'événement en personne dans un avenir prévisible. Avec une forte demande de l'intérieur de l'Ukraine pour poursuivre la formation, celle-ci s'est déroulée sous forme d'événement virtuel en août, attirant 20 étudiants de maîtrise et de doctorat avec le soutien de mentors ukrainiens expérimentés et d'une équipe internationale d'instructeurs.

Comme lors des trois précédentes sessions en personne dans le cadre du projet BioDATA tenues en Biélorussie (2019), au Tadjikistan (2019) et en Arménie (2022), le personnel du GBIF Norvège,hébergé à l'UiO, a dirigé le cours de formation intensif sur quatre jours, en utilisant le programme Biodiversité du GBIF Cours de mobilisation des données comme programme de base, avec des adaptations pour répondre aux besoins de BioDATA.

 

« La communauté des données ouvertes sur la biodiversité en Ukraine s'est considérablement développée depuis 2019, date du lancement de BioDATA, mais l'enthousiasme a parfois dépassé les connaissances et les compétences techniques des chercheurs ukrainiens », a déclaré Oleh Prylutskyi, professeur agrégé de mycologie et de résistance des plantes à l'Université nationale VN Karazin Kharkiv, et l'un des organisateurs locaux de l'initiative BioDATA en Ukraine. « ;BioDATA promet d'être l'énorme moteur de nouvelles avancées dans la mobilisation des données sur la biodiversité en Ukraine, car nous avons maintenant obtenu plus de 20 nouveaux spécialistes bien formés, chacun pouvant devenir une source de nouvelle croissance. »

 

« L'invasion par la Fédération de Russie ne devrait pas empêcher la formation en Ukraine », a déclaré Hugo de Boer,rofesseur et directeur de recherche au Musée d'histoire naturelle de l'UiO et chercheur principal sur BioData. « Cela rend cependant encore plus important la mobilisation des données sur la biodiversité et offre des opportunités à nos collègues motivés en Ukraine qui se trouvent à un carrefour difficile. »

 

Les responsables du programme ont sélectionné les étudiants pour participer sur la base de candidatures décrivant leurs antécédents et leur motivation à suivre le cours. Maintenant que les réunions en ligne sont terminées, les participants qui terminent avec succès leurs travaux finaux recevront un certificat de participation valant deux crédits de cours universitaires et un badge numérique attestant de leurs compétences en mobilisation de données sur la biodiversité. Dans l'intervalle, BioDATA collabore avec NL BIF —le centre d'information sur la biodiversité des Pays-Bas - sur un programme de petites subventions pour soutenir la mobilisation de données à partir de projets d'étudiants en Ukraine.

Le leadership fourni par GBIF Norvège par le biais de BioDATA s'est avéré déterminant pour élargir les frontières du réseau international de GBIF dans le nord de l'Eurasie, puisque quatre pays avec des étudiants impliqués dans des formations BioDATA précédentes ont rejoint le réseau GBIF en tant que participants nationaux : la Biélorussie, l'Armenie, l'Ouzbékistan et le Tajikistan. Le GBIF Norvège et le secrétariat du GBIF prévoient de s'appuyer sur les réalisations du programme, le HKDIR ayant promis un financement pour soutenir sa deuxième phase à partir de 2022.

 

===

Responsables de cours BioDATA

Organisateurs locaux

 

Instructeurs

 

Mentors

 

 

Champignon perroquet (Gliophorus psittacinus), observé en Ukraine.
Photo 2021 Oleh Prylutskyi via iNaturalist Research-grade Observations, licensed under CC BY-NC 4.0.

 

Lire l'article original

Le candidat au doctorat - et premier récipiendaire d'un prix d'Allemagne - est sélectionné pour avoir développé une approche automatisée d'apprentissage en profondeur permettant d'utiliser des photographies de scientifiques citoyens pour prédire les traits fonctionnels des plantes.

 

 

Christopher Schiller, diplômé de l'Institut de technologie de Karlsruhe (KIT) et actuellement doctorant à la Freie Universität Berlin, a été nommé l'un des deux lauréats du Prix des jeunes chercheurs 2022.

An jury d'experts a reconnu Schiller pour avoir développé une nouvelle démonstration du potentiel de combinaison des mégadonnées issues de la science professionnelle et citoyenne avec des modèles d'apprentissage automatique pour automatiser les évaluations à l'échelle mondiale de la diversité fonctionnelle des plantes. Nommé par la délégation allemande du GBIF , Schiller est le premier ressortissant allemand à recevoir le prix.

Les traits fonctionnels des plantes sont essentiels pour comprendre et évaluer la biodiversité et les processus écosystémiques. Cependant, les exigences et la difficulté de les observer et de les mesurer directement limitent considérablement les données disponibles. Dans l'espoir de combler cette lacune, Schiller a proposé d'explorer le potentiel de l'application de la reconnaissance de formes basée sur l'apprentissage profond à des centaines de milliers de photographies prises par des scientifiques citoyens pour prédire et révéler l'expression de traits cachés à la vue.

Schiller a commencé par utiliser des noms d'espèces pour lier des images et des coordonnées de plantes provenant d'observations de qualité iNaturalist Research via GBIF.org à des observations de traits d'experts de la base de données TRY sur les traits de plantes. Une fois ces connexions établies, les modèles de reconnaissance de formes pourraient commencer à apprendre les caractéristiques des plantes visibles (ou cachées) sur les photos pour générer des prédictions pour des traits tels que la surface foliaire, la hauteur de croissance, la masse des graines et la teneur en azote des feuilles.

La prédiction de plusieurs traits clés basée uniquement sur les caractéristiques de l'image a produit des cartes de traits globaux qui reflètent les modèles macroécologiques mondiaux généraux à travers les formes de croissance et les biomes. L'introduction de modèles d'ensemble et de connaissances préalables sur la plasticité des traits et le climat a même amélioré les résultats.

 

« À notre grande surprise, tout comme un écologiste qualifié pourrait probablement se rapprocher de ces traits en regardant des photographies de plantes et de leurs organes, les modèles initiaux ont produit des prédictions remarquablement précises », a déclaré Schiller. « Les résultats révèlent une autre manière dont les informations recueillies par les scientifiques citoyens peuvent étendre les sources de données volumineuses qui améliorent notre compréhension scientifique de la biodiversité. »

 

« Les travaux de Christopher révèlent un autre domaine dans lequel les scientifiques citoyens peuvent contribuer à la recherche macroécologique et biogéographique », a déclaré Sebastian Schmidtlein, professeur et chef du groupe de recherche sur la végétation à l'Institut de géographie et de géoécologie, au KIT. « Je pense que cela offre une perspective prometteuse et un excellent exemple de ce que les données recueillies par GBIF et les nouvelles possibilités apportées par le Deep Learning peuvent faire pour la science. »

 

« Christopher a poursuivi un programme de recherche exigeant qui traitait de données hétérogènes et multidimensionnelles, de relations écologiques complexes et de méthodes de pointe exigeantes en science des données », a déclaré Teja Kattenborn, chercheur au System Research du Centre de télédétection pour la Terre de l'Université de Leipzig qui a été directeur de thèse de Schiller alors qu'il était auparavant au KIT. « C'est un signe de sa réussite que cette étude révolutionnaire ait abouti à une publication évaluée par des pairs dans Nature Scientific Reports quelques mois seulement après la soumission de sa thèse. »

 

Après avoir obtenu une maîtrise en géoécologie avec distinction du KIT, Schilling a maintenant commencé des recherches doctorales en télédétection et géoinformatique à l'Institut des sciences géographiques de la Freie Universität Berlin.

Schiller partage le prix 2022 avec Armand Rausell-Moreno ode l'Universidad Internacional Menéndez Pelayo ien Espagne, les deux lauréats recevant un prix de 5 000 €.

 

À propos du prix

Depuis sa création en 2010, le prix annuel GBIF pour les jeunes chercheurs a cherché à promouvoir et à encourager l'innovation dans la recherche liée à la biodiversité en utilisant des données partagées via le réseau GBIF.

 

À propos de l'Institut de technologie de Karlsruhe

Le KIT crée et transmet des connaissances pour la société et l'environnement en tant que « université de recherche de l'association Helmholtz », où plus de 5 500 scientifiques coopèrent dans un large éventail de disciplines des sciences naturelles et de l'ingénierie, de l'économie, des sciences humaines et des sciences sociales.
En savoir plus

 

À propos de la Freie Universität Berlin

La Freie Universität Berlin est une institution de recherche de premier plan dont les 16 départements universitaires et instituts centraux entretiennent plus de 100 partenariats internationaux et proposent plus de 150 programmes diplômants dans un large éventail de matières.
En savoir plus

 


Jury du Prix Jeunes Chercheurs 2022

 

Lire l'article original

 

Le deuxième lauréat espagnol du prix consécutif vise à développer un processus de sélection reproductible et presque sans frais pour révéler la diversité potentielle cachée dans les concepts taxonomiques existants.

Armand Rausell-Moreno, qui vient de terminer son Master en biodiversité des zones tropicales à l'Universidad Internacional Menéndez Pelayo (CSIC-UIMP), été nommé l'un des deux lauréats du Prix Jeunes Chercheurs 2022.

Un jury d'experts a sélectionné Rausell-Moreno, qui a été nommé par la délégation espagnole du GBIF, pour ses recherches sur le développement d'un processus simple, reproductible et peu coûteux pour identifier les groupes et les populations dont les différences écologiques peuvent masquer la diversité cryptique qui se cache au sein des espèces actuellement décrites.

Le programme d'études de Rausell-Moreno répond à un regain d'attention autour du concept de spéciation écologique. TCette forme bien documentée de divergence par sélection naturelle survient lorsque différentes populations d'organismes précédemment classées comme une seule espèce deviennent isolées sur le plan de la reproduction en raison de facteurs écologiques. La réduction ou l'élimination résultante du flux de gènes entre les deux populations, une fois détectée par l'analyse phylogénétique des relations évolutives présentes dans les échantillons d'ADN, peut entraîner une révision taxonomique qui divise une espèce en deux espèces (ou plus).

L'approche logicielle proposée combine la modélisation de niche environnementale et les méthodologies de regroupement avec des phylogénies récemment publiées qui fournissent désormais des preuves de la présence de deux à cinq espèces différentes là où il n'y en avait qu'une auparavant. En utilisant des données sur d'autres variables environnementales parallèlement aux données d'occurrence du GBIF, Rausell-Moreno a testé l'approche sur des espèces telles que l'euphorbe baumière (Euphorbia balsamifera), le perce-oreille commun (Forficula auricularia) et le serpent royal de l'Est (Lampropeltis getula) pour analyser si le contexte écologique peut expliquer la structure des populations divergentes, en totalité ou en partie. La disponibilité de données ouvertes sur la biodiversité et d'outils existants à faible coût ou gratuits suggère la possibilité d'appliquer cette méthodologie de dépistage à une échelle beaucoup plus grande.

 

« Sur la base des résultats obtenus jusqu'à présent, cette méthodologie est prometteuse en tant qu'outil de délimitation des populations d'espèces », a déclaré Rausell-Moreno. « Dans certains cas, nous avons pu classer correctement les individus dans leurs populations génétiquement déterminées avec une précision allant jusqu'à 92 % avant de fournir à l'algorithme toute information sur les affectations de clades à partir des études phylogénétiques. »

 

« Armand est un étudiant dévoué et engagé dans une carrière dans le domaine de la biologie de la conservation et de la biodiversité" », a déclaré Javier Diequez Uribeondo, vice-directeur de la recherche au Real Jardín Botánico (RBJ-CSIC), 'un des 120 instituts de recherche compris dans le Conseil national espagnol de la recherche (CSIC: en espagnol, Consejo Superior de Investigaciones Científicas). « Sa passion pour la recherche est évidente à partir de ses excellents résultats, qui démontrent le potentiel de son approche de regroupement dans la conduite d'un criblage à grande échelle pour identifier les cas potentiels de spéciation écologique. »

 

« Armand a clairement défini l'objectif de sa thèse après avoir réfléchi à tous les problèmes possibles auxquels il pourrait être confronté, ce qui a démontré son esprit d'analyse et quelque chose que je définirais comme une étincelle de chercheur peu commune chez les étudiants de maîtrise, », a déclaré Jesús Muñoz, chercheur au RBJ-CSIC et directeur de thèse de Rausell-Moreno. « L'étude ouvre de nouvelles voies de recherche pour accélérer la détection d'espèces cryptiques ou négligées, contribuant éventuellement à réduire l'effet de l'obstacle taxonomique auquel la plupart des groupes d'organismes sont confrontés. »

 

Rausell-Moreno est le troisième étudiant espagnol à remporter le prix, après Nora Escribano et Julen Torrens Baile qui ont été sélectionnés en 2017 et 2021, respectivement. Rausell-Moreno vient de commencer à travailler comme technicien diplômé à l'Valencian Institute of Agrarian Research.

Rausell-Moreno partage le prix 2022 avec Christopher Schiller de la Freie Universität Berlin en Allemagne, les deux lauréats recevant un prix de 5 000 €.

 

À propos du prix

Depuis sa création en 2010, le prix annuel GBIF pour les jeunes chercheurs a cherché à promouvoir et à encourager l'innovation dans la recherche liée à la biodiversité en utilisant des données partagées via le réseau GBIF.

 

À propos de l'Universidad Internacional Menéndez Pelayo

L'Universidad Internacional Menéndez Pelayo (CSIC-UIMP) est une institution indépendante affiliée au ministère des Universités dont le siège principal est à Madrid, dont la mission est de promouvoir la culture et la science, de favoriser les relations internationales et interrégionales, les échanges scientifiques et culturels, ainsi que ainsi que mener des activités de recherche avancées et spécialisées.
En savoir plus .


Jury du Prix Jeunes Chercheurs 2022

 

Armand Rausell-Moreno, lauréat du GBIF Young Researchers Award 2022, lors d'un stage de master à Tenerife, îles Canaries, avril 2022.
Photo publiée avec l'aimable autorisation de M. Rausell-Moreno.

 

Lire l'article original

Les efforts de traduction collaborative facilitent l'engagement avec les détenteurs francophones d'informations génomiques et métagénomiques

 

Les membres de la communauté des traducteurs bénévoles de cinq nœuds francophones du GBIF ont terminé la première traduction du guide, Publishing DNA-derived data through biodiversity data platforms, en français - Publier des données dérivées de l'ADN sur les plateformes de données sur la biodiversité.

Contribuant à l'effort de mise à disposition de cette documentation à la communauté francophone, Sofia Wyler du GBIF Suisse, a commenté le guide :

 

« Les données dérivées de l'ADN sont un type de données assez spécifique et les concepts qui sous-tendent leur publication dans le GBIF peuvent être déroutants et décourageants. En fournissant une version française des directives, nous espérons contribuer à rendre le processus de publication de ce type de données plus accessible aux francophones, qu'ils soient gestionnaires de nœuds ou fournisseurs de données potentiels. Lors de la traduction, nous avons détecté quelques difficultés de la part de collègues qui n'étaient pas familiers avec les données dérivées de l'ADN, et nous espérons que notre effort profitera à la communauté au sens large. L'objectif est que davantage de données de qualité dérivées de l'ADN puissent être mises à disposition sur GBIF afin d'améliorer notre connaissance de la biodiversité et l'utilité de données autres que les données typiques traitées par la plateforme. »

 

L'équipe transfrontalière de traducteurs et de réviseurs était composée de :

Publiée l'année dernière, cette documentation numérique vise à fournir aux détenteurs d'informations génomiques et métagénomiques des considérations pratiques pour refaire surface les occurrences dérivées de l'ADN dans les plateformes de données sur la biodiversité comme GBIF.org.

Le guide représente la prochaine étape des efforts du GBIF pour connecter son infrastructure de données et ses outils aux sources pertinentes d'informations génomiques et métagénomiques, en s'appuyant sur des collaborations avec la communauté UNITE, l'Institut européen de bioinformatique de l'EMBL (par le biais de ses archives européennes de nucléotides et de sa plateforme MGnify), et l'International Barcode of Life Consortium (IBOL).

 

Appel ouvert aux traducteurs bénévoles ! Si vous souhaitez consulter ces documents ou d'autres documents d'orientation du GBIF dans votre langue, n'hésitez pas à nous envoyer un e-mail à communication@gbif.org pour savoir comment rejoindre notre communauté de traducteurs bénévoles.

 

Citation

Andersson AF, Bissett A, Finstad AG, Fossøy F, Grosjean M, Hope M, Jeppesen TS, Kõljalg U, Lundin D, Nilsson RN, Prager M, Svenningsen C & Schigel D (2022) Publier des données dérivées de l'ADN sur les plateformes de données sur la biodiversité (Wyler S, Braun P, Sinou C, Heughebaert A & Archambeau AS, Trans.). v1.0 Copenhague : Secrétariat GBIF. https://doi.org/10.35035/doc-vf1a-nr22. (Publié initialement 2021).

 

Lire l'article original

 

En préparation de la Quinzième Convention des Parties (COP15) à la Convention des Nations Unies sur la Diversité Biologique (CBD), l'Alliance pour la connaissance de la biodiversité organise une consultation communautaire. Avec l'aide de partenaires-clés à travers l'interface science-politique, la consultation engagera les personnes impliquées dans l'élaboration d'indicateurs mondiaux et nationaux au titre du cadre mondial de la biodiversité (GBF) post2020 (GBF) et des variables essentielles de la biodiversité (EBVs) de la CDB.

Pour commencer la discussion, nous encourageons les membres de la communauté à lire le livre blanc, Primary biodiversity data and the Post-2020 Global Biodiversity Framework (Données primaires sur la biodiversité et le Cadre mondial de la biodiversité post-2020), qui donne un aperçu de la dépendance des cadres d'indicateurs précédents et futurs sur les données primaires sur la biodiversité.

 

Regardez l'enregistrement du webinaire de lancement

L'ordre du jour du webinaire constituera la base d'une consultation modérée de deux semaines abordant les thèmes suivants :

 

La discussion explorera comment améliorer les flux de travail autour des données primaires sur la biodiversité sur lesquelles reposent les indicateurs et les EBV et soulignera le rôle clé des réseaux d'observation de la biodiversité et des installations d'information dans la réalisation des objectifs du GBF.
La discussion s'est poursuivie jusqu'au 28 septembre 2022 à 09h00 CEST UTC+2.

 

Plus de détails disponibles auprès de l'Alliance pour la connaissance de la biodiversité..

 

Lieu : Virtuel
Date : 13 septembre 2022 15:00 - 16:30 UTC +02:00
Langue : Anglais

 

Bonnet saignant (Mycena sanguinolenta), observé en Norvège. Photo © 2020 Kirsti Anne Mandal via le Service norvégien d'observation des espèces.

 

Lire l'article original

L'analyse des enregistrements dans les ensembles de données mis à jour détecte les erreurs potentielles, permettant aux gestionnaires de données de prendre des décisions opportunes sur la préservation des identifiants existants

 

Les améliorations apportées aux processus d'ingestion de données du GBIF permettront aux gestionnaires et aux producteurs de données de faire des choix plus judicieux et plus éclairés lorsque les mises à jour de leurs données modifient les identifiants uniques attribués à chaque enregistrement d'occurrence dans GBIF.org.

Les ID d'occurrence GBIF (gbifID) ne sont pas conçus comme des identifiants persistants. En fait, il s'agit simplement de la chaîne numérique utilisée pour former l'URL de toute occurre nce individuelle, par exemple 2284341217). Cependant, ces identificateurs fournissent souvent un moyen pratique et le meilleur disponible pour créer des références cohérentes et non ambiguës à ces enregistrements individuels.

Par conséquent, l'amélioration de leur stabilité peut aider les détenteurs de données et les chercheurs qui citent et relient des enregistrements de spécimens ou d'observations, alors même qu'ils attendent les résultats d'initiatives au sein de la communauté GBIF visant à développer un système mondial robuste d'identificateurs persistants uniques. (Cette problématique peut fournir une introduction aux détails techniques pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le sujet plus large.)

Avec l'introduction de ces améliorations back-end, lorsque les producteurs mettent à jour les ensembles de données, le pipeline de traitement des données analyse chaque mise à jour et alerte le service d'assistance du GBIF s'il détecte un nombre anormalement élevé d'identifiants modifiés. Le personnel peut ensuite examiner les données et travailler avec les producteurs de données pour confirmer si les modifications sont intentionnelles ou non. Le personnel du Secrétariat surveillera et affinera le seuil de déclenchement de ce processus au fil du temps.

Les producteurs de données modifient généralement les ID d'occurrence GBIF pour l'une des trois raisons suivantes :

  1. Mises à jour administratives reflétant les décisions politiques, telles que l'adoption de nouveaux identifiants (par exemple CETAF Stable Identifiers) ou de nouveaux modèles (par exemple institutionCode : collectionCode : catalogNumber), l'introduction du cryptage du site Web (par exemple http > https) ou des modifications du nom ou conditionnement des jeux de données.
  2. Erreurs involontaires causées par inadvertance dans les coulisses par des mises à jour logicielles, des scripts défectueux ou d'autres problèmes techniques.
  3. Manque de sensibilisation que l'introduction de modifications généralisées ou fréquentes des ID d'occurrence peut avoir des conséquences en aval pour les autres utilisateurs.

Dans le cas du premier exemple, le service d'assistance du GBIF dispose désormais d'un flux de travail permettant aux producteurs de données de coordonner les modifications administratives, de détecter les erreurs accidentelles et de préserver la provenance et la cohérence des enregistrements individuels sans créer de nouveaux identifiants d'occurrence.

 

« Le maintien de la stabilité des gbifID est essentiel pour renforcer la confiance dans la recherche et les systèmes dont elle dépend », a déclaré David Shorthouse, développeur de Bionomia, un environnement de conservation ouvert permettant de relier et de créditer les enregistrements de spécimens d'histoire naturelle aux experts qui ont collecté et identifié leur. « Toute amélioration de la durabilité et de la persistance des gbifID apporte plus de stabilité à Bionomia, plus de confiance dans les liens que nos bénévoles établissent et un plus grand potentiel pour effectuer des flux de travail aller-retour afin de réintégrer les améliorations numériques dans les systèmes de gestion des collections et d'autres magasins de données locaux. »

 

«Des identifiants d'occurrence stables sont une condition préalable pour faire correspondre les citations matérielles dans les publications aux occurrences et ainsi étendre l'accès et la connaissance d'une occurrence » a déclaré Donat Agosti, président du participant GBIF et producteur de données Plazi. « Ces correspondances constituent la première étape vers la révélation d'occurrences cachées dans les publications et la mise en relation des spécimens des collections d'histoire naturelle avec les traitements taxonomiques de leurs bibliothèques - un sujet brûlant actuellement soutenu par le projet BiCIKL financé par l'UE , les universités suisses et le Fond Arcadia. »

 

Avec ces changements en place, le GBIF va maintenant commencer à développer des outils qui surveillent la stabilité des identifiants d'occurrence par institution et par pays et aident les utilisateurs de données à évaluer si les identifiants répondent à leurs besoins.

 

Nymphe d'un papillon jaune des graminées à trois points (Eurema blanda subsp. arsakia), observée sur l'île de Taïwan. Photo 2022 via les données d'occurrence de la teigne de Taiwan collectées à partir du réseau social, sous licence CC BY 4.0.

 

Lire l'article original

6 octobre 2022 de 9h à 17h, Etterbeek, Belgique

 

 

 

L'événement sera diffusé en direct pour tous ceux qui souhaitent le suivre, mais a participation en personne est limitée aux participants et délégués invités à la 29e réunion du Conseil d'administration du GBIF ( inscrivez-vous ici), en raison de l'espace limité.

 

Contexte de la rencontre

Un symposium d'une journée organisé par le Partenariat européen pour la biodiversité (Biodiversa+) et le Système mondial d'information sur la biodiversité (GBIF), en marge de la 29e réunion du Conseil de direction du GBIF (GB29),, qui se tiendra à Bruxelles du 3 au 5 octobre. Biodiversa+, regroupant 74 acteurs des politiques de recherche et des acteurs des politiques environnementales de 36 pays européens et associés, fait partie de la Stratégie européenne pour la biodiversité à l'horizon 2030 qui vise à renforcer l'interface entre la science, la politique et la pratique. La co-organisation de ce symposium avec le GBIF offre un forum aux principales parties prenantes pour renforcer la coopération entre Biodiversa+, le GBIF, la Commission européenne, les agences, les programmes de recherche, les infrastructures, les réseaux et les initiatives afin de mettre en œuvre la stratégie 2030 de l'UE pour la biodiversité et la vision 2050 de « Vivre dans harmonie avec la nature » adoptée dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique.

 

Objectifs généraux de la journée

  • Explorer et clarifier le paysage émergent dans les institutions basées dans l'UE afin de soutenir la fourniture d'informations fiables sur la biodiversité à l'appui de la prise de décision et de la recherche
  • Discuter et commencer à catalyser les collaborations nécessaires pour assurer la coordination à l'échelle nationale, régionale et mondiale afin de répondre aux besoins d'information sur la biodiversité sans duplication des efforts
  • Démontrer la pertinence des initiatives basées dans l'UE pour soutenir les activités et les objectifs mondiaux du GBIF

 

Structure de l'événement

La journée sera structurée en trois sessions, chacune abordant plusieurs perspectives sur un même thème à partir d'une série d'intervenants. La journée se terminera par la réunion de tous les orateurs pour une table ronde et un dialogue ouvert. Chaque orateur disposera de 12 à 15 minutes pour présenter, suivi de 5 minutes pour les questions.

 

Ordre du jour

9h00–10h30 Séance 1 - Mise en scène

  • Introduction et présentation des objectifs de la réunion
    Tim Hirsch, directeur adjoint GBIF
  • Remarques d'ouverture et de bienvenue présentées par la DG-ENV
    Anne Teller, chargée de mission senior, DG ENV
  • Présentation de la DG-INTPAA
    Thierry Dudermel, Partenariats internationaux Union européenne
  • Présentation du GBIF
    Joe Miller, secrétaire exécutif du GBIF
  • Présentation de Biodiversa+
    Hilde Eggermont, Biodiversa+ Président/Coordinateur – Belspo Belgium
    and Rob Hendriks, co-chef du groupe de travail Biodiversa+ – LNV Pays-Bas
  • Presentation from the GBIF network
    Anne-Sophie Archambeau, présidente du Comité des nœuds du GBIF, responsable des nœuds du GBIF France

 

11.00—12:30 Session 2 : Coordonner les réseaux de biodiversité pour la recherche et la politique scientifique à travers l'écosystème européen

  • Présentation d'EuropaBON
    Henrique Pereira, coordinateur scientifique
  • Présentation de l'Agence européenne pour l'environnement (AEE)
    Brian MacSharry, chef du groupe de la biodiversité
  • Présentation de l'ESFRI
  • Présentation du Centre de connaissances sur la biodiversité
    Camino Liquete, Commission européenne. Centre commun de recherche, Centre de connaissances de la CE sur la biodiversité>

 

13h30—15h00 Session 3 : Les données sur la biodiversité au service des besoins de développement mondiaux

  • Présentation sur le programme d'information sur la biodiversité pour le développement (BID)
    Maheva Bagard-Laursen, GBIFS et les bénéficiaires de BID
  • Présentation de l'Agence Française de Développement
    Julien Calas, chargé de recherche sénior biodiversité
  • Présentation de la DG Recherche et innovation
    Philippe Tulkens, chef d'unité, Climat et limites planétaires

 

15.30 – 17.00 Table ronde avec tous les présentateurs et discussion ouverte

 

The event will be livestreamed for anyone wishing to follow it, but in-person attendance is restricted to invited participants and delegates at the 29th meeting of the GBIF Governing Board (register here), due to limited space.

 

< Accès au direct >


Lieu : Centre de Conférences Albert Borschette, CCAB, Commission européenne
Emplacement : Rue Froissart 36, 1040 Etterbeek
Pays ou région : Belgique
Date : 6 octobre 2022 09:00 - 17:00 UTC +02:00
Langue : Anglais

 

Lire l'article original

Revenir en haut