Jeudi 12 Décembre 2019

projet

Le réseau GBIF s’élargit encore dans le Pacifique, avec l’entrée de la nation insulaire des Tonga en tant que membre votant à part entière. L’arrivée des Tonga élève le nombre actuel de pays participants à 59, et constitue la première addition d’un pays de la région Océanie depuis la création du GBIF (l’Australie et la Nouvelle-Zélande ayant rejoint le réseau en 2001).

Les Tonga sont aussi le dixième pays participant à rejoindre le GBIF à la suite d’un projet financé par le Biodiversity Information for Development (BID) Programme, en compagnie d’une organisation participante (également située en Océanie), le Secretariat of the Pacific Regional Environment Programme (souvent abrégé sous l’acronyme SPREP).

Des représentants du Department of Environment prendront en charge les activités du point nodal GBIF Tonga au sein du Ministry of Meteorology, Energy, Information, Disaster Management, Environment, Climate Change & Communication (MEIDECC).

Après avoir signé la Convention sur la Biodiversité Biologique (CDB) en 1998, les Tonga ont développé un National Biodiversity Strategy and Action Plan, qui a permis d’identifier l’expansion non raisonnée de l’agriculture comme menace principale pesant sur la biodiversité du pays. Les espèces exotiques envahissantes représentent une autre menace conséquente, et représentent le sujet principal du projet régional BID dans lequel l’équipe des Tonga (incluant le MEIDECC) a rassemblé des données afin de mettre en place un contrôle des espèces envahissantes dans la forêt tropicale de Toloa, au sud-ouest de Tongatapu. Depuis sa mise en ligne en avril 2018, ce jeu de données a permis d’effectuer trois études publiées dans des revues à comité de lecture, qui figurent dans la Revue Scientifique 2019 du GBIF.

Les personnes consultant GBIF.org peuvent à présent accéder à plus de 66 000 données d’occurrences sur les Tonga, provenant de 280 jeux de données et 133 éditeurs de données de 25 pays. Le MEIDECC à lui seul a publié 15 jeux de données dans le cadre du projet régional BID.

Le programme d’appui au renforcement des capacités (CESP) 2019 a sélectionné cinq bénéficiaires de financement pour des projets collaboratifs impliquant 18 pays et organisations participant au GBIF. L’appel au CESP de cette année a abouti à 21 notes conceptuelles à partir desquelles neuf projets ont été invités à soumettre une proposition complète.

Les projets sélectionnés sont:
 

Ciblant des domaines d'intérêt prioritaires en matière de mentorat, de correction des lacunes de données et de promotion de l'utilisation des données, les projets primés recevront un financement combiné de 108 000 €, complété par un cofinancement de 183 000 €.

Le programme d’appui au renforcement des capacités (CESP) est financé par le budget propre du GBIF, et vise à répondre aux besoins spécifiques identifiés par les participants GBIF, afin de faciliter le transfert de connaissances et la collaboration aux niveaux régional et mondial. L'accès au programme est limité aux pays et aux organisations internationales qui ont adhéré au réseau par la signature du Memorandum of Understanding du GBIF.

Plus d'information (en anglais) ici : https://www.gbif.org/news/4vIfj570F7rsykAHXMgVBf/five-projects-receive-f...

 

 

Calao à bec jaune de Lowveld (Tockus leucomelas ssp. Parvior) observé à Chipinge au Zimbabwe par Shirley Hitschmann. Photo via iNaturalist (CC BY-NC 4.0)

La Biélorussie a rejoint le GBIF en tant que participant associé sous l’autorité du Ministère des ressources naturelles et de la protection de l’environnement du pays et de l’Académie des sciences de la Biélorussie (NASB). Son entrée étend le réseau en Europe à 21 pays membres, permettant ainsi à cette dernière de rejoindre l’Afrique en terme de région la mieux représentée dans le GBIF.

L’une des plus grandes et des plus anciennes forêts d’Europe, Bialowieza, chevauche la frontière occidentale de la Biélorussie avec la Pologne. La Stratégie et le plan d'action nationaux pour la diversité biologique 2016-2020 et le sixième rapport national soumis par la Biélorussie à la Convention sur la diversité biologique soulignent la présence d'espèces rares et menacées, dont 202 animaux et 303 plantes, la plupart se trouvant dans un vaste réseau de territoires naturels spécialement protégés couvrant 8% de la masse terrestre du pays.

"La République de la Biélorussie a reconnu l'urgence d'introduire les technologies de l'information modernes dans tous les secteurs du gouvernement et de la société", a déclaré Oleg Borodin de la NASB. «Nous attendons avec intérêt l'échange d'expertise scientifique et technique au sein du réseau GBIF et, en nous appuyant sur notre riche héritage scientifique, espérons augmenter notre capacité à intégrer la connaissance scientifique dans nos programmes et stratégies nationaux."

La Biélorussie a pris l’initiative de devenir un participant officiel du GBIF en s’engageant dans BioDATA, un projet norvégien de deux ans visant à aider les étudiants de premier cycle et de troisième cycle de l’Arménie, de la Biélorussie, du Tadjikistan, et de l’Ukraine à acquérir des compétences en gestion et en publication de données sur la biodiversité. Coordonné par l'Université d'Oslo avec le soutien du réseau GBIF, BioDATA est financé par l'Agence norvégienne pour la coopération internationale et l'amélioration de la qualité dans l'enseignement supérieur (DIKU).

De nombreuses autres connexions partagées entre la Biélorussie et le réseau GBIF offrent des possibilités supplémentaires de collaboration. La NASB héberge le nœud national de Barcode of Life dans son centre scientifique pour les ressources biologiques. Le même centre a également apporté son expertise dans l’élaboration d’une liste nationale du Global Register of Introduced and Invasive Species avec le groupe de spécialistes des espèces invasives de l’UICN. Ceci a permis à la Biélorussie de tirer parti de ces preuves pour résoudre les problèmes de biosécurité et de gestion entourant les 884 plantes et animaux exotiques répertoriées. Enfin, une participation officielle au GBIF pourrait également aider à mieux comprendre et mieux apprécier la valeur de la numérisation des centaines de milliers de spécimens contenus dans les collections d’États naturels et d’histoires naturelles de la Biélorussie.

Plus d'information (en anglais) ici

 

Petite tortue (Aglais urticae), Migdalovichy, Biélorussie, via iNaturalist Research-grade Observations. Photo 2018 schuutman CC BY-NC 4.0.

Jusqu'à il y a quelques semaines, la GBIF BackBone taxonomie s'intégrait parfaitement dans un modèle traditionnel, classant les noms des organismes en utilisant le système que Carl Linnaeus a décrit pour la première fois dans Systema Naturae en 1735. En combinant les informations basées sur les noms de dizaine de sources d'autorité différente (Catalogue of Life, IRMNG et le registre mondial des espèces marines - appelé affectueusement «WoRMS»), le backbone constitue un moyen cohérent d’organiser tout le contenu relatif aux espèces sur GBIF.org - comme les jeux de données, les pages d'occurrences et d'espèces - et permet toutes les formes de recherche taxonomique, de navigation et de reporting.

Mais ces derniers mois, des forces cachées ont été à l’œuvre, étendant la capacité de la backbone à s'adapter à un paradigme taxonomique émergent. En collaboration avec des partenaires en Estonie, en Suède, au Danemark et dans d’autres pays d’Europe du Nord, le GBIF a piloté avec succès la publication de 11 495 enregistrements d'occurrence fongiques liés à des identifiants basés sur l’ADN. Ces enregistrements apparaissent dans la dernière version de la taxonomie  Backbone GBIF.

 

Apporter l'ordre aux données 'noires'

Dans l’espoir de combler cette lacune dans les connaissances scientifiques, des experts du Muséum d’histoire naturelle de l’Université de Tartu (abritant le nœud GBIF Estonie) et de l’Université de Göteborg ont développé UNITE. Ce système utilise des séquences à base d’ADN ribosomique pour donner une identité sur les éléments cryptiques de la biodiversité fongique. L’élément principal de l’UNITE est ' l’hypothèse de l’espèce (SH) ', qui regroupe des séquences similaires en grappes provisoires au niveau de l’espèce.

Chaque hypothèse d'espèce se voit attribuer un DOI, établissant une référence permanente et stable pour cette hypothèse particulière (les séquences connues provenant d'organismes déjà en possession de noms scientifiques linnéens officiellement décrits peuvent, bien sûr, s'appuyer sur celles-ci). Pour les séquences connues uniquement à partir d'échantillons environnementaux, ce système présente l'avantage de donner des identités sans ambiguïté aux hypothèses des espèces.

Cette approche a conduit à la définition de plus de 73 000 hypothèses sur les espèces fongiques, qui reposent sur et combinent plus de la moitié des 817 130 séquences d’ADN de référence publique.

Pour (beaucoup) plus d’information, consulter la page du GBIF.org (en anglais) ici

 

Hygrocybe conica, observé à Trondheim, en Norvège, par Ole Reitan, via le service norvégien d'observation des espèces. Photo sous licence CC-BY-4.0.

L’Agence française pour la biodiversité (AFB) se mobilise, avec l’appui de ses partenaires, et dans le respect des compétences des collectivités d’outre-mer, pour soutenir et renforcer les acteurs et réseaux ultramarins engagés en faveur de la biodiversité terrestre, aquatique et marine.
 
Jusqu’au 27 avril 2018, associations, collectivités, gestionnaires d’espaces naturels, acteurs économiques sont invités à candidater ! Les micro-projets pourront également être soutenus, notamment pour les gestionnaires d’espaces naturels. 
 

Soutenir les acteurs déjà impliqués et faire émerger de nouvelles initiatives

Un nombre important d’aires protégées, terrestres et marines, contribuent déjà à mieux connaître et gérer les espaces les plus sensibles des territoires ultra-marins. Pour autant, les nombreux acteurs impliqués dans la préservation de la biodiversité ne bénéficient pas toujours d’un appui technique ou financier à la hauteur des enjeux. Face à ce constat, l’AFB souhaite faire émerger et soutenir de nombreuses initiatives locales, répondant aux priorités d’action de chaque territoire, et renforcer les acteurs, réseaux d’acteurs et organisations, porteurs de projets.
 

Cinq objectifs pour préserver et reconquérir la biodiversité

L’appel à projets s’articule autour des cinq objectifs suivants :
 
  • Maintenir ou restaurer le bon état des milieux naturels et des fonctionnalités écologiques
  • Conserver les espèces, de faune et de flore sauvages prioritaires pour l’action publique, et leurs habitats
  • Assurer un usage durable et équitable de la biodiversité à toutes ses échelles
  • Contribuer à la connaissance partagée et à l’éducation de la nature
  • Renforcer les capacités des gestionnaires d’espaces naturels
 

Des relais locaux dans chaque territoire ultramarin

Pour ancrer l’appel à projets au plus près des spécificités et des acteurs de chaque territoire, l’animation locale du programme est confiée par l’AFB à des « relais locaux », constitués soit des antennes de l’AFB dans le Pacifique, soit de structures partenaires : parcs nationaux de Guyane, Guadeloupe et de La Réunion, ou services de l’Etat (DTAM de Saint-Pierre et Miquelon, DEAL de Martinique et de Mayotte). Les DEAL de Guyane et de Guadeloupe viennent en appui au programme. Par ailleurs, des comités locaux consultatifs sont mobilisés pour procéder à la phase de pré-sélection technique des projets.
 
Pour en savoir plus sur le rôle des relais locaux, consultez le règlement ici.
 

Comment répondre à cet appel à projets ?

Les porteurs de projets disposent de deux mois pour la première session, soit jusqu’au 27 avril 2018, pour déposer leur dossier de candidature, en vue de formaliser un partenariat avec l’AFB, si leur projet est lauréat. Une seconde session de dépôt des dossiers de candidature est programmée durant l’été, du 15 juin au 1er septembre.
 
Le soutien de l’AFB peut atteindre 300 000 € / projet, pour les opérations les plus importantes.
Les micro-projets, c’est à dire bénéficiant d’une aide de 1 000 à 5 000 €, pourront également être soutenus, notamment pour le renforcement de capacité des gestionnaires d’espaces naturels, dans la continuité du programme Te Me Um.
 
 

L’appel à projets, en bref :

  • Territoires concernés : ensemble des outre-mer français
  • Montant global : 4 millions d’euros, en deux sessions de dépôt des candidatures
  • Champ : reconquête de la biodiversité terrestre, aquatique et marine (hors programmes de recherche)
  • Bénéficiaires : acteurs associatifs, socio-économiques et institutionnels, hors personne physique et services de l’État.
  • Montant de l’aide par projet : de 1 000 € à 300 000 €
  • Taux d’aide : jusqu’à 80 % des dépenses éligibles dans le cas général (jusqu’à 100 % pour les associations)
  • Date limite de dépôt des candidatures : 27 avril (session 1) puis 1er septembre 2018 (session 2)
 

Téléchargez les documents de l'appel à projet :

            > Règlement administratif [.PDF]
            > Dossier de candidature [.PDF]
            > Formulaire Cerfa [PDF]
Revenir en haut