Samedi 27 Février 2021

De nouveaux documents permettent d'améliorer les pratiques de géoréférencement

Baleine à bosse

Le secrétariat du GBIF a publié les « premières versions finales » de trois documents sur le géoréférencement qui, tous, fournissent un ensemble d'outils essentiels pour améliorer la pratique de la représentation spatiale et de l'interprétation des informations de localisation.

 

Georeferencing Best Practices (Meilleures pratiques de géoréférencement) par Arthur Chapman et John Wieczorek offre un contexte théorique et des méthodes pour géoréférencer des localités descriptives. Le document met à jour les meilleures pratiques, les recommandations, les termes communs et les technologies développées et affinées depuis la publication du rapport des mêmes auteurs en 2006 Guide to Best Practices for Georeferencing (Guide des meilleures pratiques pour le géoréférencement).

 

Le Georeferencing Quick Reference Guide (Guide de référence rapide sur le géoréférencement) par Paula Zermoglio, Arthur Chapman, John Wieczorek, Maria Celeste Luna et David Bloom fournit un protocole citable sous la forme d'un guide pratique avec des règles et des procédures pour déterminer les formes des caractéristiques géospatiales et utiliser leurs résultats comme base pour le géoréférencement.

 

Le Georeferencing Calculator Manual (Manuel du calculateur de géoréférencement) par David Bloom, John Wieczorek et Paula Zermoglio donne des instructions pour le Georeferencing Calculator (Calculateur de géoréférencement). Cet outil basé sur un navigateur fonctionne à la fois en ligne et hors ligne, aidant les utilisateurs à géoréférencer des localités descriptives en utilisant la méthode du rayon de points basée sur la théorie donnée dans les meilleures pratiques de géoréférencement.

 

« C'est un honneur d'avoir eu l'occasion d'actualiser ces documents, de les rendre plus flexibles et dynamiques, et de les ouvrir plus facilement aux contributions de la communauté, » dit John Wieczorek de VertNet. « Il est tout à l'honneur du GBIF de rendre une telle documentation plus pertinente et d'accroître son impact potentiel. »

 

Les concepts et les méthodes présentés dans ces documents ont été développés depuis longtemps par l'équipe de VertNet dans le contexte général des données d'occurrence biologique. Toutefois, les principes et pratiques fondamentaux sont adaptés à une application dans toute autre discipline qui repose sur l'interprétation spatiale des lieux descriptifs.

 

« Des évaluations précises de la biodiversité, à quelque échelle que ce soit, reposent sur trois éléments d'information clés : what (identifications taxonomiques), when (date et heure) et where (lieu), » dit Niels Raes, gestionnaire de nœud pour le NLBIF, Centre d'information sur la biodiversité des Pays-Bas. « En fournissant les outils et les conseils essentiels pour dériver avec précision les coordonnées et l'incertitude des descriptions de localités, ces matériels peuvent aider les chercheurs et les gestionnaires de collections à accroître la qualité, l'utilité et la précision des données sur la biodiversité, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du réseau GBIF. »

 

Les trois documents représentent la pièce maîtresse du premier document numérique que le secrétariat du GBIF a commandé à VertNet pour remplir un engagement pris dans le programme de travail du GBIF pour 2019. Comme pour le guide pour la publication de données sur les espèces sensibles récemment publié et le guide à venir en espagnol pour l'utilisation d'OpenRefine, l'objectif de cet effort est de fournir des conseils techniques pour soutenir le développement des compétences et la formation dans les communautés de pratique du GBIF tout en améliorant les processus de mise à jour et de maintien des conseils dans le temps.

 

Les systèmes et les processus du programme sont conçus pour être aussi transparents, ouverts et autosurveillants que possible. Avant la publication des « premières versions finales » les membres de la communauté examinent les projets de documents conservés dans des dépôts GitHub ouverts et publiés aux formats HTML et PDF à l'aide d'une chaîne d'outils de publication à code source ouvert appelée AsciiDoctor. La communauté dynamique de traducteurs bénévoles du GBIF peut facilement fournir des versions dans d'autres langues de tout document en utilisant CrowdIn, qui fournit une licence non commerciale gratuite pour soutenir leurs efforts.

 

Les personnes intéressées par les futures publications, l'évaluation par les pairs et les possibilités de traduction dans le cadre de ce programme devraient envisager de s'inscrire à la liste de diffusion dédiée à la documentation numérique.

 

 

Baleine à bosse (Megaptera novaeangliae), Baie de Monterey, Californie, USA. Photo 2020 Robin Gwen Agarwal via iNaturalist CC BY-NC 4.0

 

Lire l'article original

Revenir en haut