Jeudi 08 Décembre 2022

Analyse des données

Le réseau d'experts de l'UICN a utilisé les données du GBIF dans 25 % des évaluations nouvelles et mises à jour incluses dans la récente mise à jour de la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées™ (Liste rouge).

 

Ces dernières évaluations de la Liste rouge ont analysé le risque d'extinction auquel sont confrontées plus de 7 500 espèces, comprenant des centaines de plantes vasculaires, de poissons, de reptiles et d'amphibiens ainsi que des dizaines d'insectes et de mammifères. Les citations d'utilisation des données de 140 téléchargements identifiés de manière unique avec des DOI améliorent la transparence et la reproductibilité d'une partie des 1 839 évaluations citant l'utilisation du GBIF comme source de données dans leur bibliographie.

 

Les contributions du réseau GBIF à la Liste rouge ne se limitent pas aux données. Une équipe de l'Institut national ougandais de recherche sur les ressources halieutiques (NaFiRRI) dirigée par Laban Musinguzi, actuellement sous-traitant de soutien régional du GBIF pour l'Afrique, a examiné les poissons d'eau douce afrotropicaux et a contribué à 29 nouvelles évaluations, chacune fournissant des liens directs vers les données du GBIF étayant leurs conclusions.

 

Plus de la moitié des espèces évaluées incluses dans la mise à jour sont classées dans la catégorie Préoccupation mineure, cependant, près de 2 500 espèces sont considérées comme menacées (c'est-à-dire vulnérables, en voie de disparition ou en danger critique d'extinction), tandis que 21 espèces sont considérées comme éteintes. Cela inclut le barbeau géant de l'atlas (Labeobarbus reinii), un poisson d'eau douce endémique au Maroc qui a été signalé pour la dernière fois en 2001.

 

Connu pour ses migrations du Mexique et de la Californie en hiver vers les aires de reproduction estivale à travers les États-Unis et le Canada, le papillon monarque migrateur (Danaus plexippus subsp. plexippus) est l'un des nouveaux ajouts à la Liste. Les évaluateurs ont utilisé les occurrences médiées par le GBIF pour cartographier la distribution et calculer l'étendue et la zone d'occurrence, classant le papillon comme étant en danger selon les critères A2ab de la Liste rouge.

 

« L'évaluation de la Liste rouge de l'UICN pour le monarque migrateur place l'état de conservation de cette sous-espèce emblématique dans un contexte mondial. Il est clair que davantage doit être fait pour protéger ce papillon et sa migration unique », a déclaré Anna Walker, qui, en tant qu'espèce L'agent de survie de la New Mexico BioPark Society et membre du groupe de spécialistes des papillons et des papillons de nuit de la Commission de la survie des espèces de l'UICN a dirigé l'évaluation du monarque migrateur. Elle a poursuivi : « Le processus d'évaluation a été facilité par l'utilisation des données d'occurrence du GBIF. Les informations sur la distribution sont essentielles pour comprendre le risque d'extinction de toute espèce. Le GBIF est une ressource inestimable pour accéder à des données d'occurrence précises et à jour. »

 

 

Danaus plexippus subsp. plexippusobservé à Querétaro, Mexique par Christine Cieslak Campelo - CC BY-NC 4.0

 

Lire l'article original

Le secrétariat du GBIF a publié les « premières versions finales » de trois documents sur le géoréférencement qui, tous, fournissent un ensemble d'outils essentiels pour améliorer la pratique de la représentation spatiale et de l'interprétation des informations de localisation.

 

Georeferencing Best Practices (Meilleures pratiques de géoréférencement) par Arthur Chapman et John Wieczorek offre un contexte théorique et des méthodes pour géoréférencer des localités descriptives. Le document met à jour les meilleures pratiques, les recommandations, les termes communs et les technologies développées et affinées depuis la publication du rapport des mêmes auteurs en 2006 Guide to Best Practices for Georeferencing (Guide des meilleures pratiques pour le géoréférencement).

 

Le Georeferencing Quick Reference Guide (Guide de référence rapide sur le géoréférencement) par Paula Zermoglio, Arthur Chapman, John Wieczorek, Maria Celeste Luna et David Bloom fournit un protocole citable sous la forme d'un guide pratique avec des règles et des procédures pour déterminer les formes des caractéristiques géospatiales et utiliser leurs résultats comme base pour le géoréférencement.

 

Le Georeferencing Calculator Manual (Manuel du calculateur de géoréférencement) par David Bloom, John Wieczorek et Paula Zermoglio donne des instructions pour le Georeferencing Calculator (Calculateur de géoréférencement). Cet outil basé sur un navigateur fonctionne à la fois en ligne et hors ligne, aidant les utilisateurs à géoréférencer des localités descriptives en utilisant la méthode du rayon de points basée sur la théorie donnée dans les meilleures pratiques de géoréférencement.

 

« C'est un honneur d'avoir eu l'occasion d'actualiser ces documents, de les rendre plus flexibles et dynamiques, et de les ouvrir plus facilement aux contributions de la communauté, » dit John Wieczorek de VertNet. « Il est tout à l'honneur du GBIF de rendre une telle documentation plus pertinente et d'accroître son impact potentiel. »

 

Les concepts et les méthodes présentés dans ces documents ont été développés depuis longtemps par l'équipe de VertNet dans le contexte général des données d'occurrence biologique. Toutefois, les principes et pratiques fondamentaux sont adaptés à une application dans toute autre discipline qui repose sur l'interprétation spatiale des lieux descriptifs.

 

« Des évaluations précises de la biodiversité, à quelque échelle que ce soit, reposent sur trois éléments d'information clés : what (identifications taxonomiques), when (date et heure) et where (lieu), » dit Niels Raes, gestionnaire de nœud pour le NLBIF, Centre d'information sur la biodiversité des Pays-Bas. « En fournissant les outils et les conseils essentiels pour dériver avec précision les coordonnées et l'incertitude des descriptions de localités, ces matériels peuvent aider les chercheurs et les gestionnaires de collections à accroître la qualité, l'utilité et la précision des données sur la biodiversité, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du réseau GBIF. »

 

Les trois documents représentent la pièce maîtresse du premier document numérique que le secrétariat du GBIF a commandé à VertNet pour remplir un engagement pris dans le programme de travail du GBIF pour 2019. Comme pour le guide pour la publication de données sur les espèces sensibles récemment publié et le guide à venir en espagnol pour l'utilisation d'OpenRefine, l'objectif de cet effort est de fournir des conseils techniques pour soutenir le développement des compétences et la formation dans les communautés de pratique du GBIF tout en améliorant les processus de mise à jour et de maintien des conseils dans le temps.

 

Les systèmes et les processus du programme sont conçus pour être aussi transparents, ouverts et autosurveillants que possible. Avant la publication des « premières versions finales » les membres de la communauté examinent les projets de documents conservés dans des dépôts GitHub ouverts et publiés aux formats HTML et PDF à l'aide d'une chaîne d'outils de publication à code source ouvert appelée AsciiDoctor. La communauté dynamique de traducteurs bénévoles du GBIF peut facilement fournir des versions dans d'autres langues de tout document en utilisant CrowdIn, qui fournit une licence non commerciale gratuite pour soutenir leurs efforts.

 

Les personnes intéressées par les futures publications, l'évaluation par les pairs et les possibilités de traduction dans le cadre de ce programme devraient envisager de s'inscrire à la liste de diffusion dédiée à la documentation numérique.

 

 

Baleine à bosse (Megaptera novaeangliae), Baie de Monterey, Californie, USA. Photo 2020 Robin Gwen Agarwal via iNaturalist CC BY-NC 4.0

 

Lire l'article original

La République d'Arménie a rejoint le GBIF en tant que participant associé, le chef par intérim du Ministère de l'Environnement signant le Protocole d'accord du GBIF au nom du gouvernement.

 

En acceptant d'aider à coordonner et à promouvoir un accès libre et ouvert aux données sur la biodiversité, l'Arménie est devenue le 99e membre officiel, son 61e participant national et le constituant le plus à l'est de la GBIF région Europe et Asie centrale.

 

L'Arménie est le deuxième pays à devenir participant au GBIF après avoir participé au projet BioDATA financé par la Norvège, mis en œuvre au niveau national par Unité de coordination du programme international de recherche de l'Université agraire nationale arménienne (ANAU). Ce résultat prouve la valeur de l'engagement des professionnels de la biodiversité à travers des événements de formation régionaux, aux côtés des exemples de Biélorussie et des 11 nouveaux membres qui sont entrés via l'Union européenne - programme Biodiversity Information for Development (BID).

 

« La participation au GBIF fournit un cadre pour le développement des données et des informations à l'échelle nationale dont nous avons besoin pour évaluer, surveiller et gérer efficacement la biodiversité de l'Arménie », a déclaré le Dr Armine Abrahamyan, chef de l'unité de coordination du programme de recherche international de l'ANAU. « La formation disponible par le biais des programmes de renforcement des capacités de la communauté est tout aussi importante, nous aidant à atteindre un objectif national pour l'amélioration des compétences de nos scientifiques et spécialistes des données. »

 

« En rejoignant la communauté du GBIF, l'Arménie est devenue un pionnier dans la région, et nous espérons que son exemple sera bientôt suivi par d'autres nations du Caucase et d'Asie centrale » a déclaré Joe Miller, secrétaire exécutif du GBIF. « L'importance de l'Arménie en tant que berceau de certaines des plus importantes cultures du monde rend cette évolution particulièrement passionnante. Les données sur la biodiversité mobilisées grâce à l'adhésion au GBIF offrent un soutien précieux pour les objectifs et les cibles de la communauté mondiale en matière de conservation et de développement durable. »

 

L'Arménie se trouve à un carrefour historique de diversité culturelle et naturelle. Les montagnes et les vallées du pays, qui s'étendent sur deux points chauds de la biodiversité d'importance mondiale, le Caucase et le Irano-Anatolien, abritent un grand nombre d'espèces endémiques, malgré sa superficie relativement réduite (29 743 km2). Le dernier Plan d'action national pour la biodiversité soumis à la Convention sur la diversité biologique note la présence de 142 espèces végétales et 495 espèces animales qui ne sont présentes dans aucun autre pays du monde.

 

L'Arménie reste une source importante de diversité agricole régionale, car elle abrite des centaines d'espèces de plantes cultivées apparentées, dont trois des quatre espèces de blé sauvage du monde : engrain sauvage (Triticum boeticum), Épinette sauvage rouge (T. urartu) et Blé de Timopheev ou Blé zanduri (T. araraticum). Ces richesses génétiques constituent une ressource vitale pour la culture de nouvelles variétés de plantes plus résistantes, capables d'accroître la production agricole et la sécurité alimentaire.

 

La longue histoire humaine de l'Arménie signifie, sans surprise, que ses habitats de montagne, de forêt, de steppe, de semi-désert et d'eau douce sont confrontés à toute la gamme des menaces anthropiques, telles que la perte d'habitat due aux établissements humains et à l'exploitation des ressources, la pollution, les espèces envahissantes et le changement climatique. En conséquence, le nombre d'espèces répertoriées comme menacées dans le Livre rouge national des espèces menacées dépasse les 120 espèces figurant sur la Liste rouge mondiale des espèces de l'UICN.

Les événements à venir en Arménie visent à accroître la capacité et la sensibilisation aux données ouvertes sur la biodiversité, avec un cours de formation sur la publication de données et un colloque régional pour le Caucase du Sud (tous deux reportés en raison de la pandémie COVID-19) prévus dans l'année à venir.

 

Gentiane à crête (Gentiana septemfida), Mont Sartcasar, Arménie © Vahe Martirosyan / via Flickr -CC BY-SA 2.0.

 

Lire l'article original

Revenir en haut