Vendredi 23 Février 2024

Santé humaine Détenteurs de données Acteurs publics Réseau GBIF Décideurs Utilisateurs de données Experts en connaissances sur la biodiversité Conservation et qualité des données Renforcement des capacités Accès aux données Publication de données

Le rapport final du premier trimestre décrit les améliorations dans la découverte, l'accès et l'utilisation des données sur les hôtes sauvages, les vecteurs et les réservoirs de maladies humaines

 

Le comité scientifique du GBIF a renouvelé un groupe de travail d'experts chargé d'aider le réseau à améliorer la découverte, l'accès et l'utilisation des données sur la biodiversité liées aux maladies humaines.

 

Alors que le mandat du groupe de travail sur la mobilisation et l'utilisation des données sur la biodiversité pour la recherche et la politique sur les maladies humaines a gagné en importance à la lumière des origines zoonotiques de la pandémie de COVID-19, il trouve son origine dans le nombre croissant d'utilisations de la recherche évaluée par des pairs de données véhiculées par le GBIF liées à la santé humaine.

En novembre 2022, la dernière présidente du premier groupe de travail, Paloma Shimabukuro, a soumis un rapport sur les réalisations du groupe qui décrivait des progrès significatifs vers un ensemble de six objectifs. En plus d'affiner les messages pour soutenir les campagnes de mobilisation de données et de promouvoir l'utilisation et la conservation des données médiées par le GBIF, les membres du groupe de travail ont proposé des recommandations d'experts pour clarifier comment et où des données plus nombreuses et de meilleure qualité pourraient améliorer la recherche liée aux zoonoses et aux maladies à transmission vectorielle chez l'homme.

La réalisation la plus visible du groupe à ce jour est centrée sur la mobilisation d e plus de 500 000 nouvelles occurrences de vecteurs publiées dans une série spéciale de data papers "Data Release" dans la revue GigaByte. Son succès a été tel que le secrétariat du GBIF et le programme spécial de recherche et de formation sur les maladies tropicales de l'Organisation mondiale de la santé (TDR) ont rapidement annoncé un deuxième data papers sur les données liées aux vecteurs, qui est désormais ouvert jusqu'au 30 avril 2023.

« La première phase de ce groupe de travail a fourni des conseils pratiques pour améliorer l'exhaustivité, la pertinence et l'adéquation à l'utilisation des données sur la biodiversité sauvage partagées via le réseau GBIF qui est lié aux maladies humaines » a déclaré Quentin Groom, chercheur au Meise Botanic Gardenet président du groupe renouvelé. « Nous sommes ravis que le comité scientifique reconnaisse la valeur de ce travail et nous encourage à continuer à en tirer parti. »

L'une des principales sources d'opportunités pour le réseau GBIF de s'engager dans des domaines liés aux maladies provient du mouvement croissant "One Health", une approche intégrative qui reconnaît les liens intimes entre la santé et le bien-être des humains, des animaux et des écosystèmes. Alors que d'autres infrastructures continueront à fournir un accès aux données épidémiologiques et vétérinaires liées aux maladies humaines, le GBIF vise à soutenir les communautés One Health en garantissant la disponibilité de données à l'échelle mondiale sur les espèces sauvages liées aux risques de maladies humaines et aux menaces pour la santé publique.

« Les liens fondamentaux entre les humains, les animaux et les écosystèmes dans notre vie quotidienne rendent absolument critique une utilisation plus large des preuves de la biodiversité dans le cadre de l'approche One Health » a déclaré Catherine Machalaba, scientifique principale pour la santé et la politique à EcoHealth Alliance. « Les données du réseau GBIF aident les chercheurs et les praticiens à mieux comprendre, surveiller et prendre des mesures pour réduire le risque de maladie tout en montrant l'utilité pratique d'intégrer le secteur de l'environnement dans des collaborations multisectorielles One Health. »

En plus d'accueillir le Dr Josiane Etang du Cameroun au sein du groupe de travail, le Secrétariat souhaite exprimer sa gratitude et son appréciation pour les contributions de deux membres sortants, le Dr Luna Kamau du Kenya et le Dr Thomas Orrell et le Dr Carlos Zambrana-Torrelio, tous deux des États-Unis.

Mandat : Groupe de travail sur les maladies humaines, v2.0


Membres du groupe de travail

Nom Organisation Pays
Quentin Groom, président Jardin botanique de Meise Belgique
Theeraphap Chareonviriyaphap Département d'entomologie, Faculté d'agriculture, Université de Kasetsart Thaïlande
Josiane Etang Organisation de Coordination pour la lutte contre les endémies en Afrique centrale (OCEAC) / Faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques (FMPS), Université de Douala Cameroun
Florence Fouque TDR/Organisation mondiale de la santé Suisse
Sylvie Manguin Institut de recherche pour le développement (IRD) France
Paloma Helena Fernandes Shimabukuro Instituto René Rachou, Fundação Oswaldo Cruz (FIOCRUZ) Brésil
Marianne Sinka Laboratoire d'écologie à long terme d'Oxford, Université d'Oxford Royaume-Uni
Dmitry Schigel Secrétariat du GBIF Danemark
Kate Ingenloff Secrétariat du GBIF Danemark

 

Le moustique Aedes scapularis observé au Brésil. Photo 2022 César Favacho via iNaturalist Research-grade Observations sous licence >CC BY NC

 

Lire l'article original

Revenir en haut