Vendredi 27 Mai 2022

réseau GBIF

Au nom du réseau des participants nationaux, le secrétariat du GBIF a le plaisir de vous inviter à présenter des candidatures pour le prix des jeunes chercheurs de l'année 2021. Ce programme annuel vise à encourager et à reconnaître les recherches et les découvertes innovantes en informatique de la biodiversité par des étudiants de troisième cycle dont les études de maîtrise et de doctorat s'appuient sur les données fournies par le GBIF.

Le programme 2021 fournira deux prix de 5 000 euros récompensant le travail de deux chercheurs en début de carrière - de préférence, un candidat en master et un candidat en doctorat - nommés par les chefs de délégation et les gestionnaires de nœuds des pays participants du GBIF.

Un jury organisé par le Comité scientifique du GBIF sélectionnera deux lauréats parmi les candidats dont les noms auront été reçus par le Secrétariat du GBIF avant le 21 juin 2021. Les lauréats seront annoncés au début de l'automne 2021.

 

Échéances nationales pour 2021

Bien que la date limite de réception des candidatures au secrétariat du GBIF soit fixée au 21 juin, les délais locaux s'appliquent !

  Pays Date limite
ES Espagne 31 mai 2020

Nous afficherons ici les autres délais nationaux au fur et à mesure que nous les recevrons et publierons les notifications par le biais du flux GBIF Twitter en utilisant le hashtag #YoungResearchers

 

Éligibilité

Les candidats doivent être inscrits dans un programme universitaire de deuxième cycle pour pouvoir bénéficier de la bourse. Les candidats doivent être soit

 

  • a) citoyens d'un pays participant au GBIF

ou

  • b) étudiants d'un établissement situé dans un pays participant au GBIF

 

Les nominations peuvent provenir de la délégation du GBIF ou du nœud > soit du pays de citoyenneté du candidat soit du pays de l'institution d'accueil du candidat.

 

Procédure et délais de soumission

Les étudiants qui souhaitent se porter candidats doivent s'adresser au chef de délégation ou au responsable de nœud d'un pays membre votant ou participant associé du GBIF (voir la liste complète). Les participants nationaux sont responsables de l'établissement de leurs propres délais et processus pour la réception et le traitement des candidatures des étudiants. Par conséquent, les étudiants diplômés qui souhaitent être nominés doivent consulter les sites web de leurs participants nationaux au GBIF ou contacter directement le chef de délégation ou le gestionnaire du nœud.

Les propositions des étudiants sont d'abord examinées et classées par ordre de priorité au niveau national. Les nœuds nationaux du GBIF sont encouragés à travailler en étroite collaboration avec les communautés universitaires et les établissements d'enseignement supérieur de leur pays et à entrer en contact avec les programmes universitaires et les groupes de recherche pertinents.

Les chefs de délégation nationaux et/ou les gestionnaires de nœuds peuvent soumettre un maximum de deux candidats par pays au secrétariat du GBIF à youngresearchersaward@gbif.org avant la date limite de soumission du 21 juin 2021. Les chefs de délégation et les gestionnaires de nœuds veilleront à ce que les soumissions soient complètes et comprennent tous les éléments énumérés ci-dessous. Les soumissions de propositions incomplètes ne seront pas prises en compte.

 

Dossier de nomination pour le prix

Les candidats doivent préparer leur proposition et les dossiers de candidature à inclure

  • Résumé de la recherche (200 mots)
  • Description du projet (maximum 5 pages, 12-point Arial) that describes :
    a. La nécessité de la recherche et la ou les questions auxquelles elle répond.
    b. Le rôle des données accessibles par le biais du GBIF pour répondre à ces questions. Les propositions de recherche doivent clairement démontrer comment l'étude intègre les données mobilisées par le GBIF. Les étudiants ayant des questions sur les données mobilisées par le GBIF doivent travailler avec les conseillers universitaires, leur nœud national GBIF, le secrétariat du GBIF ou les membres du comité scientifique pour améliorer leur compréhension.
    c. La portée de la recherche, le plan, les méthodologies, les citations de la littérature pertinente et le calendrier.
    d. Le cas échéant, une description ou un extrait d'un plan de gestion des données qui décrit comment les données relatives à la recherche sont publiées ou seront préparées pour être publiées par le réseau GBIF à GBIF.org.
  • Curriculum vitae de l'étudiant candidat comprenant les coordonnées complètes de l'établissement d'origine.
  • Pièces justificatives
    a. Une lettre officielle du mentor/superviseur de l'étudiant certifiant que le candidat est un étudiant en règle dans le programme d'études supérieures de l'université.
    b. Au moins une, et pas plus de trois, lettres de soutien de chercheurs établis, actifs dans un domaine qui englobe et intègre l'informatique de la biodiversité (par exemple, la génétique, la composition et les caractéristiques des espèces, la biogéographie, l'écologie, la systématique, etc.)

 

Processus et critères de sélection

Le comité scientifique du GBIF examinera les candidatures et sélectionnera les lauréats des prix des jeunes chercheurs.

Les critères d'attribution des prix sont les suivants :

  • Originalité et innovation
  • Utilisation et importance stratégique des données accessibles par le biais du GBIF
  • Efficacité et impact mesurables pour faire progresser l'informatique de la biodiversité et/ou la conservation de la diversité biologique

Les propositions qui ne sont pas retenues peuvent être mises à jour et soumises à nouveau pour examen les années suivantes.

Les boursiers sont censés reconnaître le soutien du GBIF lorsqu'ils diffusent des résultats de recherche par le biais de publications évaluées par des pairs, de présentations lors de réunions professionnelles et d'autres médias.

 

Holacanthella paucispinosa, un collembole à pattes courtes observé à Mokoreta, Southland, Nouvelle-Zélande. Photo 2020 Damien Brouste via iNaturalist CC BY-NC 4.0

 

Lire l'article original

Le programme du Fonds d'information sur la biodiversité pour l'Asie (BIFA) invite la région à présenter une nouvelle série de propositions.
Date limite : 9 février 2021, 23:59 CET (UTC +1)

 

 

Le GBIF invite à soumettre des notes conceptuelles pour des projets qui améliorent la connaissance de la biodiversité asiatique grâce à l'accès aux données des collections biologiques et des programmes de surveillance dans la région.

L'appel est lancé dans le cadre de la sixième phase du programme Fonds d'information sur la biodiversité pour l'Asie (BIFA) , financé par le Ministère de l'environnement, gouvernement du Japon. Il vise à répondre aux principaux défis et priorités identifiés en relation avec la mobilisation et l'utilisation des données sur la biodiversité dans la région. Le financement total alloué à cet appel est d'environ 220 000 euros.

Les candidats peuvent demander un maximum de 20 000 euros pour des projets mis en œuvre sur une période maximale de 18 mois.

Cet appel vise à soutenir des projets qui :

  • Renforcer la capacité des institutions dans les pays cibles à gérer et à mobiliser les données sur la biodiversité
  • Mobiliser des données primaires sur la biodiversité asiatique, avec une préférence pour la mobilisation de :
    • Données relatives aux hôtes, réservoirs ou vecteurs des maladies zoonotiques
    • Données dérivées de l'ADN, par exemple les projets de métabarcodage et d'ADN électronique
    • Données mobilisées par le secteur privé par le biais d'évaluations des incidences sur l'environnement ou d'autres activités de surveillance
  • Accroître les données ouvertes sur la biodiversité asiatique afin de combler les lacunes taxonomiques et géographiques, pendant et après la période de subvention

Deux types de subventions sont inclus dans l'appel :

  • Subventions pour la mobilisation des données des collections du BIFA qui ciblent les collections d'histoire naturelle de l'Asie, afin de combler les lacunes taxonomiques et géographiques des données librement accessibles relatives à la biodiversité asiatique.
  • Les subventions de mobilisation des données de surveillance écologique du BIFA qui ciblent les programmes et les réseaux de surveillance de la biodiversité en Asie.

Ces subventions sont ouvertes aux institutions basées dans les pays éligibles en Asie du Sud-Est, Asie du Sud et Asie du Nord-Est. Les notes conceptuelles doivent être soumises via le portail des subventions du GBIF avant le 9 février 2021. Après évaluation des notes conceptuelles, le GBIF invitera les candidats retenus dans le cadre de ce cycle à soumettre une proposition complète.

Pour toute information ou question supplémentaire, veuillez contacter BIFA@gbif.org.


 

Types de subventions disponibles

Le BIFA recueille des subventions pour la mobilisation des données

es subventions visent les collections d'histoire naturelle de l'Asie afin de combler les lacunes taxonomiques et géographiques des données librement accessibles relatives à la biodiversité asiatique

Objet

La subvention de mobilisation des données sur les collections du BIFA est destinée aux projets qui se concentrent sur les collections d'histoire naturelle de l'Asie. Ils doivent relever le défi prioritaire pour le BIFA en Asie, à savoir combler les lacunes taxonomiques et géographiques dans la disponibilité des données accessibles sur la présence d'espèces dans la région. Les activités suivantes sont envisagées dans le cadre de ce type de subvention :

  • Numérisation et publication de données sur la présence d'espèces géoréférencées à partir de spécimens détenus dans des collections asiatiques
  • Organiser des ateliers visant à renforcer les capacités nationales ou régionales en matière de mobilisation de données sur la biodiversité

Ln savoir plus sur les types de données pertinents et le processus de publication des données par le réseau GBIF.

Le secrétariat du GBIF accepte les propositions de toute institution de collecte d'histoire naturelle qui est une entité légale dans un pays asiatique éligible aux subventions du BIFA et qui répond aux critères d'éligibilité du BIFA.

Les efforts conjoints entre institutions visant la mobilisation de données nationales, régionales ou thématiques prioritaires sont encouragés.

 

Subventions de mobilisation des données de surveillance écologique du BIFA

Ces subventions ciblent les programmes et les réseaux de surveillance de la biodiversité en Asie, y compris la surveillance effectuée à des fins d'évaluation des incidences sur l'environnement et la surveillance au moyen de techniques de codage métabolique (eADN)

Objet

Les subventions de mobilisation des données de surveillance écologique du BIFA ciblent les divers institutions, projets et réseaux en Asie qui réalisent des enquêtes et des inventaires de la biodiversité en utilisant des méthodologies et des protocoles normalisés. Elles doivent permettre de relever le défi régional prioritaire pour le BIFA en Asie, à savoir combler les lacunes taxonomiques et géographiques dans la disponibilité des données accessibles sur la présence des espèces dans la région, y compris l'abondance relative et les changements au fil du temps. Les activités suivantes sont envisagées dans le cadre de ce type de subvention :

  • Mobilisation des données sur l'occurrence des espèces et les événements d'échantillonnage des réseaux d'observation et des systèmes de surveillance
  • Organiser des ateliers visant à renforcer les capacités nationales ou régionales en matière de mobilisation de données sur la biodiversité

En savoir plus sur les types de données pertinents et le processus de publication des données par le réseau GBIF.

Le secrétariat du GBIF accueille les propositions de mobilisation de données de surveillance écologique provenant de toute institution, ONG ou réseau qui est une entité légale dans tout pays asiatique éligible aux subventions du BIFA et répondant aux critères d'éligibilité du BIFA.

Les efforts visant la mobilisation de données nationales, régionales ou thématiques prioritaires sont encouragés.

 

Financements disponibles

Un maximum de 20 000 euros peut être demandé par le biais d'une subvention du BIFA. Toutes les propositions doivent inclure un cofinancement provenant d'autres sources, soit directement, soit en nature, y compris le temps du personnel. Aucuns frais généraux¹, le travail sur le terrain et/ou la collecte de nouvelles données de terrain ne peut être imputé au BIFA. Dans le cadre de la demande de subvention, un montant maximum de 1 000 euros peut être demandé pour du matériel informatique, électronique et de laboratoire, ainsi que pour des services de bio-informatique et de séquençage pour traiter des matériaux existants², couvrant au maximum 50 % du coût de chaque article ou commande de service.

 

Priorités de mobilisation des données dans le cadre de la sixième phase du programme BIFA

Conformément aux priorités de mobilisation des données identifiées par le réseau GBIF dans le programme de travail GBIF 2021, les propositions qui comprennent la mobilisation d'un ou plusieurs flux de données suivants seront classées par ordre de priorité lors du processus de sélection :

 

Calendrier de candidature

Les notes conceptuelles initiales doivent être soumises au plus tard le 9 février 2021, 23:59 CET (UTC +1) via le portail des subventions du GBIF.

Les candidats sélectionnés seront invités au cours du deuxième trimestre 2021, à soumettre des propositions complètes.

Après un examen final et une sélection, les projets financés devraient commencer en septembre 2021 avec une période de mise en œuvre de 18 mois maximum (1er septembre 2021 - 28 février 2023).

Les projets élus devront nommer un membre de l'équipe-projet pour participer à un atelier virtuel de mobilisation de données organisé par le programme BIFA et obtenir une certification pour les compétences acquises. Cet atelier devrait avoir lieu en novembre 2021. Notez que le coût de la participation à cet atelier sera pris en charge séparément du programme BIFA. Toutefois, les participants à l'atelier désignés par les projets financés doivent contribuer au temps de participation.

 

Recommandations générales pour la préparation des notes de synthèse

  • Assurez-vous que votre projet répond aux critères d'éligibilité et s'aligne bien avec les objectifs généraux du programme et le type de subvention choisi.
  • Tenez compte des critères d'évaluation mentionnés dans la procédure de candidature, car ce sont eux qui décideront si vous serez invité à soumettre une proposition complète.
  • Soyez bref. Essayez de fournir les réponses les plus courtes possibles et n'ajoutez des informations de fond que si elles sont vraiment nécessaires, en utilisant des liens vers des ressources externes plutôt que de longues explications.
  • Consulter les FAQ. La page des FAQ sera mise à jour tout au long de la période de candidature du projet. Envoyez toute question sans réponse à BIFA@gbif.org.
  • Soumettre à temps. La date limite de dépôt des demandes est une date limite stricte après laquelle vous ne pourrez plus soumettre de demandes via le portail des subventions du GBIF.

 

Critères généraux d'éligibilité

Toutes les activités financées dans le cadre du programme BIFA doivent respecter les critères d'éligibilité généraux suivants :

  • Les notes conceptuelles et les propositions complètes doivent être soumises en anglais via le portail des subventions du GBIF dans les délais indiqués
  • Les candidats doivent être des personnes morales situées dans un pays asiatique éligible. Ces entités comprennent les agences gouvernementales nationales, les nœuds participants du GBIF et leurs institutions d'accueil, les musées et collections d'histoire naturelle, les instituts de recherche, les universités, les réseaux et les ONG, etc.
  • Les candidats doivent être en règle avec le GBIF (c'est-à-dire que l'institution chef de file qui soumet la proposition de projet n'a pas de rapports et/ou de produits livrables en retard ou manquants de projets antérieurs financés dans le cadre d'un programme dirigé par le GBIF).
  • Aucune demande de financement pour une troisième année d'un projet BIFA en cours ne sera considérée comme éligible. Les demandeurs de projets qui ont déjà reçu une deuxième subvention BIFA pour un projet de suivi peuvent toutefois soumettre de nouvelles propositions qui diffèrent substantiellement de la portée et des objectifs du projet initial et du suivant.
  • Les données mobilisées par les projets financés par le BIFA devraient se situer principalement dans les pays cibles.
  • Tous les projets doivent inclure une composante majeure de mobilisation de données par le biais du réseau GBIF. Il est prévu que la plupart des financements du BIFA soient destinés à la mobilisation des données. A titre indicatif, le montant du financement du BIFA dépensé pour les activités de mobilisation de données ne devrait pas être inférieur à 60% de la subvention totale.
  • Toutes les données mobilisées grâce aux subventions du BIFA, ainsi que tout autre produit des projets, tel que le matériel de formation, doivent être mis à disposition sous une CC0 1.0 waiver ou CC-BY 4.0 licence.
  • Toutes les activités de projet proposées doivent s'inscrire dans les périodes de mise en œuvre indiquées pour chaque type de subvention.
  • Le travail sur le terrain et/ou la collecte de nouvelles données de terrain ne sont pas des coûts éligibles au titre du programme BIFA - bien que ces activités puissent être incluses dans un plan de projet si elles sont financées par d'autres sources.
  • En raison du statut de la pandémie COVID-19, les propositions de projet peuvent ne pas inclure de plans ou de coûts pour les voyages internationaux en 2021.
  • Les propositions de projet peuvent inclure des plans et des coûts relatifs aux voyages internationaux ayant lieu pendant la période de mise en œuvre admissible en 2022, uniquement lorsqu'elles sont accompagnées de plans d'urgence clairs. Les coûts liés aux déplacements à l'intérieur du pays et aux ateliers physiques peuvent être inclus pendant toute la période de mise en œuvre, mais doivent être accompagnés de plans d'atténuation des risques au cas où des restrictions nationales sévères seraient mises en vigueur.
  • Toutes les activités financées par le BIFA doivent être sans but lucratif, bien que des entreprises et des cabinets de conseil privés puissent être inclus comme partenaires du projet.
  • Les candidats doivent s'engager à cofinancer leurs projets (en nature ou en espèces) et fournir des détails sur ce cofinancement dans leurs notes conceptuelles et leurs propositions complètes. Le cofinancement fait référence aux coûts réels encourus par les demandeurs lors de l'exécution des activités du projet financé. Il peut s'agir de contributions en nature qui contribuent directement aux activités du projet (comme les salaires du personnel, les frais de voyage, etc.) ou de toute contribution en espèces aux activités de la BIFA provenant d'autres sources de financement. Le niveau de ce cofinancement sera pris en compte lors de l'évaluation du rapport coût-efficacité de la proposition.
  • Les frais généraux¹ ne peuvent pas être imputés aux subventions de la BIFA.
  • Dans le cadre de la demande de subvention, un montant maximum de 1 000 euros peut être demandé pour du matériel informatique, électronique et de laboratoire, ainsi que pour des services de bioinformatique et de séquençage permettant de traiter des matériaux existants², couvrant au maximum 50 % du coût de chaque article ou commande de service. Les reçus doivent être fournis dans les rapports financiers.
  • Les candidats des pays ou organisations d'Asie qui participent déjà au GBIF doivent inclure une déclaration d'approbation du chef de délégation ou du gestionnaire de nœud du GBIF au stade de la note de concept. Les coordonnées des représentants des pays et organisations participant au GBIF se trouvent sur les pages des participants dont le lien figure dans la liste des participants.

 

Si vous êtes invité à soumettre une proposition complète :

  • Les candidats doivent préparer un budget détaillé.
  • Les candidats doivent fournir des plans pour assurer la durabilité des activités après la fin du soutien du projet par le BIFA.
  • Chaque partenaire de projet nommé doit fournir une confirmation écrite sous la forme d'une lettre, qui doit notamment indiquer sa participation et son rôle spécifique dans le projet. Les lettres doivent être soumises via le portail des subventions du GBIF.

 

Processus de candidature & critères de sélection

La sélection des demandes de subventions du programme BIFA suit un processus en deux étapes :

Étape 1

Le chef de projet soumet une note conceptuelle par le biais du portail des subventions du GBIF, qui sera examinée pour s'assurer qu'elle répond aux critères généraux d'éligibilité et qu'elle entre dans le champ d'application du programme. Si elle réussit ces tests, la note conceptuelle est examinée de manière indépendante par trois évaluateurs et notée en fonction des critères de sélection suivants :

  • Pertinence de la proposition par rapport à l'objectif et aux activités recommandées du type de subvention BIFA sélectionné et aux besoins spécifiques de la (des) zone(s) géographique(s) ciblée(s), y compris la pertinence du (des) groupe(s) taxonomique(s) sélectionné(s) pour la mobilisation des données
  • Inclusion d'un ou plusieurs des flux de données suivants dans le plan de mobilisation des données de la proposition :
    • Données relatives aux hôtes, réservoirs ou vecteurs des maladies zoonotiques
    • Données dérivées de DNA³, par exemple les projets de métabarcodage (eADN)
    • Données mobilisées par le secteur privé par le biais d'évaluations des incidences sur l'environnement ou d'autres activités de surveillance
  • Valeur attendue des résultats du projet pour le contexte national et régional et pour la communauté plus large des détenteurs et utilisateurs d'informations sur la biodiversité
  • Cohérence et efficacité de la proposition
  • Vraisemblance que le projet atteigne des résultats durables
  • Vraisemblance que les projets soumis par les pays non participants au GBIF aboutissent à une participation officielle au GBIF ou développent une voie menant à la participation au GBIF à la suite de leur projet
  • Démonstration de la manière dont les institutions qui demandent un suivi d'un projet BIFA prévoient de s'appuyer sur les résultats de leur précédente subvention BIFA
  • Coût-efficacité (y compris des facteurs tels que le nombre de partenaires bénéficiant du projet, les fonds de contrepartie obtenus, etc.
  • Choix et diversité des partenaires du projet
  • Niveau de soutien démontré par des lettres de confirmation d'au moins quelques partenaires du projet

 

Un comité de sélection convoqué par le secrétariat du GBIF, comprenant des experts externes, évalue ensuite les notes conceptuelles en fonction de la notation et des commentaires fournis par les examinateurs, avant de recommander les candidats qui devraient être invités à soumettre une proposition complète. En plus des conseils fournis par les examinateurs, le comité de sélection peut tenir compte des critères suivants dans ses recommandations :

  • Equilibre géographique et thématique, afin de garantir que les propositions invitées répondent à des objectifs plus larges visant à encourager la mobilisation de données dans les pays et/ou groupes taxonomiques sous-représentés
  • Un équilibre approprié entre les projets qui s'appuient sur les activités des bénéficiaires précédents et ceux qui introduisent de nouvelles institutions dans la communauté de pratique du GBIF
  • Possibilité de combiner des notes conceptuelles ayant des objectifs similaires, des centres d'intérêt et/ou des partenaires qui se chevauchent en une seule soumission au stade de la proposition complète

 

Étape 2

Les candidats recommandés par le comité de sélection sont invités à soumettre une proposition complète séparément via le portail des subventions du GBIF. L'invitation peut être accompagnée de recommandations ou de conditions spécifiques communiquées par le comité de sélection. Il peut s'agir de commentaires des examinateurs sur le détail de la note conceptuelle, de recommandations concernant le budget ou de suggestions relatives à un éventuel jumelage du projet avec une autre note conceptuelle soumise. La réponse à ce retour d'information est un critère supplémentaire utilisé pour évaluer la proposition complète.

Les propositions complètes sont soumises au même processus que la note conceptuelle, c'est-à-dire un examen indépendant et une notation par trois examinateurs, et une évaluation par le comité de sélection. Comme pour la première étape, les recommandations finales de financement peuvent tenir compte de l'équilibre géographique et thématique, ainsi que de l'équilibre entre les équipes de projet expérimentées et nouvelles, afin de garantir le meilleur impact global du cycle de financement annuel.

 

Pays et zones éligibles

Les institutions et les entités juridiques situées dans les pays/zones suivants sont éligibles pour demander une subvention dans le cadre de cet appel BIFA :

Afghanistan
Bangladesh
Bhoutan
Brunéi Darussalam
Cambodia
Chine
Inde
Indonésie
Japon
République populaire démocratique de Corée
République de Corée
Laos République démocratique populaire
Malaysie
Maldives
Mongolie
Myanmar
Népal
Pakistan
Philippines
Singapour
Sri Lanka
Taiwan
Thaïlande
Timor oriental
Vietnam

 

À propos du portail des subventions du GBIF

Les candidats qui n'ont pas encore de compte sur le portail de subventions du GBIF doivent s'inscrire et en créer un le plus tôt possible, car le processus de vérification du compte peut prendre jusqu'à deux (2) jours ouvrables. Toute demande/question envoyée à BIFA@gbif.org doit recevoir une réponse dans les trois (3) jours ouvrables.

 

Liens importants

 

Notes

¹ Les frais généraux comprennent les coûts qui ne peuvent être directement attribués aux activités du projet, par exemple les frais bancaires, les frais de change, la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et les coûts des services postaux et de messagerie
² Les équipements et services informatiques, électroniques et de laboratoire en font partie, par exemple :
- Matériel informatique, tel que les ordinateurs portables, les ordinateurs de bureau, les serveurs, les disques durs et les imprimantes
- Licences et abonnements de logiciels
- Appareils photo numériques et scanners
- Autres équipements électriques et électroniques
- Matériel de laboratoire, y compris les microscopes, le matériel nécessaire à l'extraction de l'ADN et à la PCR (comme les centrifugeuses de table, les appareils de PCR, les pipettes électroniques), etc.
- Services de séquençage pour traiter les matériaux existants
³ Il est conseillé aux candidats, et en particulier aux titulaires de subventions de la BIFA, de consulter le guide sur la publication de données dérivées de l'ADN par le biais de plateformes de données sur la biodiversité. Ce document sera finalisé dans un avenir proche, et il est conseillé aux éditeurs de données de contacter le secrétariat du GBIF pour obtenir des recommandations et des conseils actualisés sur la publication de données dérivées de l'ADN.

 

Renard volant indien (Pteropus giganteus) observé à Kadma, en Inde, par A. Singhamahapatra. Photo via iNaturalist CC BY-NC 4.0

 

Lire l'article original

La perte de biodiversité, le changement climatique et d'autres problèmes environnementaux à l'échelle mondiale ont rendu d'autant plus important de faire le point sur le vivant, car ce n'est qu'en arrivant à une meilleure compréhension de la planète que nous pouvons réussir à la protéger.

 

 

L'initiative Data4Nature encourage les acteurs du développement et leur contreparties à capitaliser les données de biodiversité recueilles dans le cadre des études d'impacts des projets qu'ils soutiennent. Ces projets sont l'origine d'une production considérable de datas, dont l'usage rest généralement restreint au cadre du projet.

 

En moyenne, chaque éxpertise écologique réalisée en amont d'un projet de développement avant un projet de développement produit entre 500 et 1 000 enregistrements d'occurrence d'espèces. Une estimation récente suggère que la Banque mondiale, l'Agence française de développement (AFD), le groupe KfW et les banques européennes, asiatiques et africaines de développement collectent jusqu'à 300 000 enregistrements d'occurrence d'éspèces chaque année. Ces informations représentent une part importante des données de biodiversité collectées dans le monde, notamment pour les pays du Sud.

Le GBIF - le Global Biodiversity Information Facility – repertoire les données de biodiversité de ses partenaires et fournit à tous et partout un accés libre et ouvert aux données sur toutes les formes de vie sur Terre. En participant à Data4Nature, les acteurs du développement et leurs contreparties peuvent utiliser cette plateforme complète et ce réseau international pour partager des données sur la biodiversité collectées dans le monde entier pour tous les groupes biologiques.

Envie de vous impliquer ?
Contact : private-sector@gbif.org

 

 

 

 

Une opportunité pour réduire le déficit de données dans les pays en développement

Les données générées grâce aux financements des banques de développement sont très intéressantes. D’une part, les pays en développement où interviennent prioritairement les banques de développement abritent de nombreux « hot spots » de la biodiversité mondiale. D’autre part, la disponsibilité des datas reste inégale, et certain pays d'Asie et d'Afrique un déficit d'information important.

Une très grande partie des données brutes de biodiversité collectées et publiées à travers le monde concerne le groupe des Oiseaux. Elles représentent plus de 91% de toutes les données d’occurrence. Cette proportion grimpe à plus de 98% si l’on ne s’intéresse qu’aux pays du Sud.

A l’inverse, des extrapolations réalisées à partir d’un échantillon d’études de l’AFD montre que les observations d’oiseaux représentent à peine 20% des données brutes de biodiversité générées grâce aux financements des banques de développement. Les inventaires réalisés dans le cadre des études d’impact environnemental concernent autant la flore, que les insectes, les amphibiens, les reptiles, les oiseaux ou encore les mammifères.

Compte tenu de ces tendances opposées, les banques publiques de développement pourraient jouer un rôle capital dans l’acquisition de connaissance sur la distribution des espèces animales et végétales sauvages dans les pays en développement.

 

L’analyse des études financées par l’AFD montre, par exemple, que ces études auraient permis de publier sur le GBIF en 2018 jusqu’à 56% des observations d’amphibiens, 35% des observations de sauterelles et criquets, 30% des observations de reptiles ou encore 25% des observations de mammifères pour l’ensemble des pays d’intervention de l’agence.

Une analyse croisée avec du nombre de données publiées par pays sur GBIF.org une analyse croisée a révélé que les projets financés par l’AFD peut produire entre 20 000 et 40 000 datas annuellement, hors données Oiseaux. Cela représente jusqu'à 40% des data asiatiques et 15% des informations colllectées à l'échelle de l'Afrique pour la periode 2015-2019.

 

Une démarche peu coûteuse et facile à mettre en oeuvre

Le travail supplémentaire induit par la publication des données consiste principalement en une mise en forme des données.

La quantité de travail supplémentaire et le surcoût induit par la mise en forme des données et leur publication sur GBIF.org ont été évalués dans le cadre de l’étude réalisée par l’AFD. Ils impliqueraient un surcoût modéré des prestations des bureaux d’études. Ce surcoût est évalué à 3 300 euros par étude d’impact environnementale en moyenne, ce qui correspond à moins de 0,7% du coût des études en moyenne.

Pour la banque de développement, les tâches à réaliser se limitent à l’intégration d’une nouvelle clause dans les contrats de financement, au contrôle de la publication des données brutes de biodiversité et à la formation et sensibilisation des personnels concernés (le GBIF met à disposition des supports de formation et peut fournir une assistance).

 

Apprendre plus

Si vous êtes impliqué dans un acteur du développement - une institution financière, un développeur de projet, un cabinet de conseil ou un autre groupe - et souhaitez en savoir plus sur la manière de vous impliquer dans Data4Nature, veuillez nous contacter private-sector@gbif.org

 

Ressources

 

Lire l'article original

Le GBIF invite les participants actuels votants et associés du GBIF à soumettre des notes conceptuelles pour le financement de projets par le biais du Programme de soutien au renforcement des capacités (PRC), qui vise à répondre aux besoins spécifiques identifiés par les participants du GBIF en facilitant la collaboration aux niveaux régional et mondial.

En se concentrant sur le renforcement de la capacité à long terme des participants à bénéficier et à contribuer à la mission du GBIF de fournir un accès libre et gratuit aux données sur la biodiversité, cet appel est aligné sur le cadre de renforcement des capacités du GBIF. Le GBIF encourage tous les participants à réaliser des autoévaluations des capacités pour aider à identifier les forces et les besoins en matière de capacités. Les propositions de projet doivent cibler des besoins spécifiques en matière de capacités identifiés par les participants eux-mêmes et être conformes à une ou plusieurs des tâches du plan de mise en œuvre du GBIF 2017-2022 et du programme de travail annuel 2021" (veuillez vous référer à "l'aperçu des éléments de travail 2021").

Les propositions de projet doivent être basées sur une ou plusieurs des trois types d'actions suivantes éligibles à un soutien. Veuillez noter que chaque type d'action a une limite de financement indicative, et les propositions qui ont l'intention de dépasser ces limites doivent inclure une justification.

  • Activités de tutorat: Interactions entre deux ou plusieurs participants au GBIF dont l'objectif principal est le transfert d'informations, de technologies, d'expériences et de meilleures pratiques en petits groupes.
    Limite de financement indicative : 15 000 euros par projet.
  • Soutien aux événements régionaux et aux ateliers de formation: Cours et ateliers avec une composante régionale (multinationale) pour renforcer la capacité des individus ou des réseaux à contribuer au GBIF et à en bénéficier.
    Limite de financement indicative : 15 000 € par projet.
  • Documentation: Production de ressources-clés d'apprentissage et de promotion ou leur adaptation au contexte national ou régional (par exemple par la traduction ou l'inclusion de perspectives locales/régionales). Il est important de noter que le secrétariat du GBIF coordonne activement un système de développement et de mise à jour de la documentation sous la direction d'un comité éditorial. Les principales caractéristiques de ce système comprennent une documentation standardisée, des mises à jour de routine, la création de versions, des traductions, la contribution de la communauté, l'examen par les pairs et un format interrogeable.
    Limite de financement indicative : 5 000 euros par projet.

La demande de financement maximale est de 15 000 euros par projet.

 

Calendrier de candidature

  • Les notes conceptuelles doivent être soumises au plus tard le 2 février 2021, 23:59 CET (UTC +1) via le portail des subventions du GBIF.
  • Les candidats sélectionnés seront invités à soumettre des propositions complètes d'ici fin mars 2021.
  • Après un examen final et une sélection, les projets financés devraient commencer en août 2021 avec une période de mise en œuvre de 12 mois maximum (01 août 2021 - 31 juillet 2022). Nous recommandons de tenir compte du calendrier général des activités liées au GBIF lors de la planification des événements.

 

Recommandations générales pour la préparation des notes de synthèse

  • Assurez-vous que votre projet réponde aux critères d'éligibilité et s'aligne bien sur les objectifs généraux du programme. Tenez également compte des critères d'évaluation mentionnés dans la procédure de candidature. Ceux-ci détermineront si vous serez invité à soumettre une proposition complète.
  • Soyez bref. Essayez de fournir les réponses les plus courtes possibles et n'ajoutez des informations de fond que si elles sont vraiment nécessaires, en utilisant des liens vers des ressources externes plutôt que de longues explications.
  • Consulter les FAQs. La page des FAQs sera mise à jour tout au long de la période de candidature du projet. Envoyez toute question sans réponse à CESP@gbif.org
  • Soumettre à temps. La date limite de soumission est une date limite stricte, et les projets reçus en retard ou incomplets ne seront pas examinés.

 

Critères généraux d'éligibilité

Toutes les activités financées dans le cadre du programme CESP doivent respecter les critères généraux d'éligibilité suivants :

  • Les notes conceptuelles et les propositions complètes doivent être soumises en anglais via le Portail des subventions du FIBG avant les dates limites indiquées.
  • Les demandeurs et les partenaires doivent être en règle avec le GBIF (c'est-à-dire que toutes les parties impliquées dans la proposition de projet n'ont pas de rapports et/ou de produits livrables en retard ou manquants de projets antérieurs financés dans le cadre d'un programme dirigé par le GBIF).
  • Les demandes doivent être présentées par des représentants des participants actuels GIF (à la fois les partenaires votants et associés) : Les demandes peuvent être soumises par (1) un chef de délégation du GBIF, (2) un gestionnaire de nœud du GBIF, ou (3) un représentant d'une institution située dans un pays participant au GBIF seulement si la demande comprend une lettre d'approbation du chef de délégation ou du gestionnaire de nœud du GBIF.
  • The applicant, who is also identified as project lead and primary contact for the project, will be responsible for the management, implementation and reporting of the grant on behalf of all project partners. We expect that the project lead is located in the country where the majority of the activities are scheduled to take place. Should this not be the case, a rationale explaining this decision is required in the concept note.
  • Le demandeur, qui est également identifié comme chef de projet et contact principal pour le projet, sera responsable de la gestion, de la mise en œuvre et de la présentation des rapports de la subvention au nom de tous les partenaires du projet. Nous espérons que le chef de projet sera situé dans le pays où la majorité des activités doivent avoir lieu. Si ce n'est pas le cas, une justification expliquant cette décision est requise dans la note de synthèse.
  • Les propositions de projet doivent être préparées conjointement par tous les collaborateurs du projet (tous les partenaires et le demandeur).
  • Les candidats doivent s'engager à cofinancer leurs projets (en nature ou en espèces) et fournir des détails sur ce cofinancement dans leurs notes conceptuelles et leurs propositions complètes. Le cofinancement fait référence aux coûts réels encourus par les demandeurs lors de l'exécution des activités du projet financé. Il peut s'agir de contributions en nature qui contribuent directement aux activités du projet (comme les salaires du personnel, les frais de voyage, etc.) ou de toute contribution en espèces aux activités du CESP provenant d'autres sources de financement. Le niveau de ce cofinancement sera pris en compte lors de l'évaluation du rapport coût-efficacité.
  • Le financement du CESP ne peut être utilisé que pour les dépenses relatives aux participants actuels au GBIF et aux trois types d'action (activités de mentorat, soutien aux événements régionaux et aux ateliers de formation, et documentation).
  • Toutes les activités financées par le CESP doivent être à but non lucratif. Les fonds du CESP peuvent être utilisés pour soutenir du temps de personnel, les déplacements et les coûts liés à l'organisation de réunions et d'ateliers.
  • En raison de la situation actuelle de la pandémie COVID-19, les propositions de projet peuvent ne pas inclure les plans ou les coûts des voyages internationaux en 2021. Les projets du CESP peuvent demander un financement pour couvrir jusqu'à 50% des coûts des services informatiques requis pour les événements virtuels, jusqu'à un maximum de 1 000 euros.
  • Les propositions de projet peuvent inclure des plans et des coûts relatifs aux voyages internationaux ayant lieu pendant la période de mise en œuvre admissible en 2022, uniquement lorsqu'elles sont accompagnées de plans d'urgence clairs. Les coûts liés aux déplacements à l'intérieur du pays et aux ateliers physiques peuvent être inclus pendant toute la période de mise en œuvre, mais doivent être accompagnés de plans d'atténuation des risques au cas où des restrictions nationales sévères seraient mises en vigueur.
  • Note that CESP funds cannot be used to pay for Overheads, which include costs that cannot be directly attributed to the activities of the project, e.g. bank transfer fees, exchange rate fees, Value Added Tax (VAT), postal/courier costs. CESP funds also cannot be used to pay for expenses related to the purchase of IT hardware or for expenses related to non-GBIF Participants. Such expenses may be included in a project plan if they are covered with alternative sources.
  • S'ils sont invités à soumettre une proposition complète, les candidats doivent préparer un budget détaillé.
  • S'ils sont invités à soumettre une proposition complète, les candidats doivent fournir des plans pour assurer la durabilité des activités après la fin du soutien du CESP au projet.
  • S'ils sont invités à soumettre une proposition complète, chaque partenaire de projet nommé doit fournir une confirmation écrite sous la forme d'une lettre, qui comprend une déclaration de leur participation et de leur rôle spécifique dans le projet. Ces lettres doivent être soumises via le portail des subventions du GBIF.
  • S'ils sont invités à soumettre une proposition complète, tous les participants au GBIF qui bénéficieront du projet doivent remplir un une auto-évaluation des capacités. Si elle est sélectionnée pour un financement, cette évaluation fera également partie du processus de rapport.
  • Toutes les données mobilisées grâce aux subventions du CESP, ainsi que tout autre produit des projets, tel que le matériel de formation, doivent être mises à disposition sous une CC0 1.0 waiver ou CC-BY 4.0 license.

 

À propos du portail des subventions du GBIF

Les candidats qui n'ont pas encore de compte sur le portail de subventions du GBIF doivent s'inscrire et en créer un le plus tôt possible, car le processus de vérification du compte peut prendre jusqu'à deux (2) jours ouvrables. Toute demande/question envoyée à CESP@gbif.org doit recevoir une réponse dans les trois (3) jours ouvrables.

 

Processus de candidature et critères de sélection

Les demandes de subventions du CESP suivent un processus en deux étapes :

Étape 1

Le chef de projet soumet une note conceptuelle par l'intermédiaire du portail des subventions du GBIF, qui sera examinée pour s'assurer qu'elle répond aux critères généraux d'éligibilité et qu'elle entre dans le champ d'application du programme. Si elle réussit ces tests, la note conceptuelle est examinée de manière indépendante par trois évaluateurs et notée en fonction des critères de sélection suivants :

  • Pertinence, urgence et ampleur des besoins en capacités ciblés
  • Efficacité perçue de la proposition pour répondre aux besoins déclarés
  • Valeur escomptée des produits livrables du projet
  • Probabilité que le projet obtienne des résultats durables
  • Rentabilité (y compris des facteurs tels que le nombre de participants au GBIF bénéficiant du projet, les fonds de contrepartie obtenus (cofinancement), etc.)
  • Alignement sur le programme de travail actuel du GBIF

Un panel convoqué par le secrétariat du GBIF, comprenant des experts externes, évalue ensuite les notes conceptuelles sur la base de la notation et des commentaires fournis par les évaluateurs, avant de recommander les candidats qui devraient être invités à soumettre une proposition complète. En plus des conseils fournis par les examinateurs, ce panel peut tenir compte des critères suivants dans ses recommandations :

  • L'équilibre géographique et thématique, afin de garantir que les propositions sollicitées répondent à des objectifs plus larges visant à faciliter la collaboration aux niveaux régional et mondial
  • Avantages escomptés pour la communauté GBIF au sens large
  • Un équilibre approprié entre les projets qui s'appuient sur les activités des bénéficiaires précédents et ceux qui réunissent de nouvelles équipes de projet
  • Possibilité de combiner des notes conceptuelles ayant des objectifs similaires, des centres d'intérêt et/ou des partenaires qui se chevauchent en une seule soumission au stade de la proposition complète

 

Étape 2

Les candidats recommandés par le comité de sélection sont invités à soumettre une proposition complète séparément via le portail des subventions du GBIF. L'invitation peut être accompagnée de recommandations ou de conditions spécifiques communiquées par le comité de sélection. Il peut s'agir de commentaires des examinateurs sur le détail de la note conceptuelle, de recommandations concernant le budget ou de suggestions relatives à l'éventuel jumelage du projet avec une autre note conceptuelle soumise. La réponse à ce retour d'information constituera un critère supplémentaire utilisé pour évaluer la proposition complète.

Les propositions complètes sont soumises au même processus que la note de synthèse, c'est-à-dire un examen indépendant et une notation par trois examinateurs, et une évaluation par le comité de sélection. Comme pour la première étape, les recommandations finales de financement peuvent tenir compte de l'équilibre géographique et thématique, ainsi que de l'équilibre entre les équipes de projet expérimentées et nouvelles, afin de garantir le meilleur impact global du cycle annuel de financement.

 

Liens importants

 

Nénuphar rose (Nymphaea pubescens) observé à Krong Siem Reap, Cambodge par David Thomas. Photo via iNaturalist CC BY-NC 4.0

 

Lire l'article original

La République d'Arménie a rejoint le GBIF en tant que participant associé, le chef par intérim du Ministère de l'Environnement signant le Protocole d'accord du GBIF au nom du gouvernement.

 

En acceptant d'aider à coordonner et à promouvoir un accès libre et ouvert aux données sur la biodiversité, l'Arménie est devenue le 99e membre officiel, son 61e participant national et le constituant le plus à l'est de la GBIF région Europe et Asie centrale.

 

L'Arménie est le deuxième pays à devenir participant au GBIF après avoir participé au projet BioDATA financé par la Norvège, mis en œuvre au niveau national par Unité de coordination du programme international de recherche de l'Université agraire nationale arménienne (ANAU). Ce résultat prouve la valeur de l'engagement des professionnels de la biodiversité à travers des événements de formation régionaux, aux côtés des exemples de Biélorussie et des 11 nouveaux membres qui sont entrés via l'Union européenne - programme Biodiversity Information for Development (BID).

 

« La participation au GBIF fournit un cadre pour le développement des données et des informations à l'échelle nationale dont nous avons besoin pour évaluer, surveiller et gérer efficacement la biodiversité de l'Arménie », a déclaré le Dr Armine Abrahamyan, chef de l'unité de coordination du programme de recherche international de l'ANAU. « La formation disponible par le biais des programmes de renforcement des capacités de la communauté est tout aussi importante, nous aidant à atteindre un objectif national pour l'amélioration des compétences de nos scientifiques et spécialistes des données. »

 

« En rejoignant la communauté du GBIF, l'Arménie est devenue un pionnier dans la région, et nous espérons que son exemple sera bientôt suivi par d'autres nations du Caucase et d'Asie centrale » a déclaré Joe Miller, secrétaire exécutif du GBIF. « L'importance de l'Arménie en tant que berceau de certaines des plus importantes cultures du monde rend cette évolution particulièrement passionnante. Les données sur la biodiversité mobilisées grâce à l'adhésion au GBIF offrent un soutien précieux pour les objectifs et les cibles de la communauté mondiale en matière de conservation et de développement durable. »

 

L'Arménie se trouve à un carrefour historique de diversité culturelle et naturelle. Les montagnes et les vallées du pays, qui s'étendent sur deux points chauds de la biodiversité d'importance mondiale, le Caucase et le Irano-Anatolien, abritent un grand nombre d'espèces endémiques, malgré sa superficie relativement réduite (29 743 km2). Le dernier Plan d'action national pour la biodiversité soumis à la Convention sur la diversité biologique note la présence de 142 espèces végétales et 495 espèces animales qui ne sont présentes dans aucun autre pays du monde.

 

L'Arménie reste une source importante de diversité agricole régionale, car elle abrite des centaines d'espèces de plantes cultivées apparentées, dont trois des quatre espèces de blé sauvage du monde : engrain sauvage (Triticum boeticum), Épinette sauvage rouge (T. urartu) et Blé de Timopheev ou Blé zanduri (T. araraticum). Ces richesses génétiques constituent une ressource vitale pour la culture de nouvelles variétés de plantes plus résistantes, capables d'accroître la production agricole et la sécurité alimentaire.

 

La longue histoire humaine de l'Arménie signifie, sans surprise, que ses habitats de montagne, de forêt, de steppe, de semi-désert et d'eau douce sont confrontés à toute la gamme des menaces anthropiques, telles que la perte d'habitat due aux établissements humains et à l'exploitation des ressources, la pollution, les espèces envahissantes et le changement climatique. En conséquence, le nombre d'espèces répertoriées comme menacées dans le Livre rouge national des espèces menacées dépasse les 120 espèces figurant sur la Liste rouge mondiale des espèces de l'UICN.

Les événements à venir en Arménie visent à accroître la capacité et la sensibilisation aux données ouvertes sur la biodiversité, avec un cours de formation sur la publication de données et un colloque régional pour le Caucase du Sud (tous deux reportés en raison de la pandémie COVID-19) prévus dans l'année à venir.

 

Gentiane à crête (Gentiana septemfida), Mont Sartcasar, Arménie © Vahe Martirosyan / via Flickr -CC BY-SA 2.0.

 

Lire l'article original

Revenir en haut