Dimanche 03 Mars 2024

participant associé

La République d'Arménie a rejoint le GBIF en tant que participant associé, le chef par intérim du Ministère de l'Environnement signant le Protocole d'accord du GBIF au nom du gouvernement.

 

En acceptant d'aider à coordonner et à promouvoir un accès libre et ouvert aux données sur la biodiversité, l'Arménie est devenue le 99e membre officiel, son 61e participant national et le constituant le plus à l'est de la GBIF région Europe et Asie centrale.

 

L'Arménie est le deuxième pays à devenir participant au GBIF après avoir participé au projet BioDATA financé par la Norvège, mis en œuvre au niveau national par Unité de coordination du programme international de recherche de l'Université agraire nationale arménienne (ANAU). Ce résultat prouve la valeur de l'engagement des professionnels de la biodiversité à travers des événements de formation régionaux, aux côtés des exemples de Biélorussie et des 11 nouveaux membres qui sont entrés via l'Union européenne - programme Biodiversity Information for Development (BID).

 

« La participation au GBIF fournit un cadre pour le développement des données et des informations à l'échelle nationale dont nous avons besoin pour évaluer, surveiller et gérer efficacement la biodiversité de l'Arménie », a déclaré le Dr Armine Abrahamyan, chef de l'unité de coordination du programme de recherche international de l'ANAU. « La formation disponible par le biais des programmes de renforcement des capacités de la communauté est tout aussi importante, nous aidant à atteindre un objectif national pour l'amélioration des compétences de nos scientifiques et spécialistes des données. »

 

« En rejoignant la communauté du GBIF, l'Arménie est devenue un pionnier dans la région, et nous espérons que son exemple sera bientôt suivi par d'autres nations du Caucase et d'Asie centrale » a déclaré Joe Miller, secrétaire exécutif du GBIF. « L'importance de l'Arménie en tant que berceau de certaines des plus importantes cultures du monde rend cette évolution particulièrement passionnante. Les données sur la biodiversité mobilisées grâce à l'adhésion au GBIF offrent un soutien précieux pour les objectifs et les cibles de la communauté mondiale en matière de conservation et de développement durable. »

 

L'Arménie se trouve à un carrefour historique de diversité culturelle et naturelle. Les montagnes et les vallées du pays, qui s'étendent sur deux points chauds de la biodiversité d'importance mondiale, le Caucase et le Irano-Anatolien, abritent un grand nombre d'espèces endémiques, malgré sa superficie relativement réduite (29 743 km2). Le dernier Plan d'action national pour la biodiversité soumis à la Convention sur la diversité biologique note la présence de 142 espèces végétales et 495 espèces animales qui ne sont présentes dans aucun autre pays du monde.

 

L'Arménie reste une source importante de diversité agricole régionale, car elle abrite des centaines d'espèces de plantes cultivées apparentées, dont trois des quatre espèces de blé sauvage du monde : engrain sauvage (Triticum boeticum), Épinette sauvage rouge (T. urartu) et Blé de Timopheev ou Blé zanduri (T. araraticum). Ces richesses génétiques constituent une ressource vitale pour la culture de nouvelles variétés de plantes plus résistantes, capables d'accroître la production agricole et la sécurité alimentaire.

 

La longue histoire humaine de l'Arménie signifie, sans surprise, que ses habitats de montagne, de forêt, de steppe, de semi-désert et d'eau douce sont confrontés à toute la gamme des menaces anthropiques, telles que la perte d'habitat due aux établissements humains et à l'exploitation des ressources, la pollution, les espèces envahissantes et le changement climatique. En conséquence, le nombre d'espèces répertoriées comme menacées dans le Livre rouge national des espèces menacées dépasse les 120 espèces figurant sur la Liste rouge mondiale des espèces de l'UICN.

Les événements à venir en Arménie visent à accroître la capacité et la sensibilisation aux données ouvertes sur la biodiversité, avec un cours de formation sur la publication de données et un colloque régional pour le Caucase du Sud (tous deux reportés en raison de la pandémie COVID-19) prévus dans l'année à venir.

 

Gentiane à crête (Gentiana septemfida), Mont Sartcasar, Arménie © Vahe Martirosyan / via Flickr -CC BY-SA 2.0.

 

Lire l'article original

La République centrafricaine (RCA) est devenu le 11ème participant votant en Afrique et le 41ème pays à revendiquer ses droits et privilèges en tant que membre du conseil d'administration du GBIF.

 

Le nœud national responsable de la coordination des activités dans le pays, GBIF Centrafrique, est basé au Département Botanique du CERPHAMETA (Center for Studies and Research in Traditional Pharmacology in Africa ; ou bien en français : Centre d'Etudes et de Recherches sur la Pharmacologie et la Médecine Traditionnelle Africaine) à l'Université de Bangui, capitale du pays.

 

Les utilisateurs de GBIF.org peuvent actuellement accéder à plus de 63 000 enregistrements relatifs à plus de 5 500 espèces collectées ou observées en RCA, publiées par des institutions d'autres pays. Les éditeurs de données qui fournissent actuellement la plupart des données relatives à la RCA sont le Muséum national d'Histoire naturelle à Paris, le Missouri Botanical Garden, Naturalis Biodiversity Center des Pays-Bas, et le Musée sud-africain Iziko au Cap.

 

Plus d'informations sur l'entrée de la République centrafricaine dans le GBIF ici (en anglais)

 

 

Huitième pays le plus vaste d'Afrique, la république francophone du Mali se joint au GBIF en tant que participant associé et devient le 16ème pays africain du réseau GBIF. Les activités des nœuds nationaux seront dirigées par le GBIF Mali, situé à la Direction Nationale des Eaux et Forêts (DNEF) au Ministère de l'Environnement, de l'Assainissement et du Développement Durable dans la capitale malienne de Bamako.

Actuellement, les utilisateurs de GBIF.org peuvent accéder à environ 70 000 occurrences d'espèces au Mali publiées par 26 pays. Près de 30 pour cent de ces occurrences proviennent d'un projet de suivi des éperviers des marais occidentaux publiés par l'Institut de recherche belge pour la nature et la forêt (INBO). D'autres fournisseurs de données au Mali incluent le Centro Internacional de Agricultura Tropical (CIAT) de Colombie responsable d'une base de données familiale mondiale, le Muséum d'Histoire naturelle de Paris et l'organisation allemande Senckenberg qui publie un guide photographique pour les plantes africaines.

La décision de devenir un participant GBIF a été liée à la participation du Mali à un projet régional en cours dans le cadre du programme BID (Biodiversity Information for Development) financé par l'UE, formant une collaboration pour renforcer les capacités et mobiliser des données sur la biodiversité dans huit pays africains francophones.

 

Pour plus d'information sur l'entrée du Mali dans le GBIF, lisez l'article original (en anglais)

 

Éléphants forestiers (Loxodonta cyclotis) dans la réserve de Dzanga Sangha, République centrafricaine. Photo de Peter Prokosch via GRID Arendal, sous licence CC BY-NC-SA 2.0.

Spécimens préservés de Gobiocichla wonderi subsp. kanazawa ciclids de la River Niger à côté de Markala, Mali. Photo de L. Randrihasipara du Museum d'Hitoire Naturelle, Paris. Photo sous licence CC BY 4.0.

Revenir en haut