Mercredi 07 Décembre 2022

Europe

Au nom du réseau des participants nationaux, le secrétariat du GBIF a le plaisir de vous inviter à présenter des candidatures pour le prix des jeunes chercheurs de l'année 2021. Ce programme annuel vise à encourager et à reconnaître les recherches et les découvertes innovantes en informatique de la biodiversité par des étudiants de troisième cycle dont les études de maîtrise et de doctorat s'appuient sur les données fournies par le GBIF.

Le programme 2021 fournira deux prix de 5 000 euros récompensant le travail de deux chercheurs en début de carrière - de préférence, un candidat en master et un candidat en doctorat - nommés par les chefs de délégation et les gestionnaires de nœuds des pays participants du GBIF.

Un jury organisé par le Comité scientifique du GBIF sélectionnera deux lauréats parmi les candidats dont les noms auront été reçus par le Secrétariat du GBIF avant le 21 juin 2021. Les lauréats seront annoncés au début de l'automne 2021.

 

Échéances nationales pour 2021

Bien que la date limite de réception des candidatures au secrétariat du GBIF soit fixée au 21 juin, les délais locaux s'appliquent !

  Pays Date limite
ES Espagne 31 mai 2020

Nous afficherons ici les autres délais nationaux au fur et à mesure que nous les recevrons et publierons les notifications par le biais du flux GBIF Twitter en utilisant le hashtag #YoungResearchers

 

Éligibilité

Les candidats doivent être inscrits dans un programme universitaire de deuxième cycle pour pouvoir bénéficier de la bourse. Les candidats doivent être soit

 

  • a) citoyens d'un pays participant au GBIF

ou

  • b) étudiants d'un établissement situé dans un pays participant au GBIF

 

Les nominations peuvent provenir de la délégation du GBIF ou du nœud > soit du pays de citoyenneté du candidat soit du pays de l'institution d'accueil du candidat.

 

Procédure et délais de soumission

Les étudiants qui souhaitent se porter candidats doivent s'adresser au chef de délégation ou au responsable de nœud d'un pays membre votant ou participant associé du GBIF (voir la liste complète). Les participants nationaux sont responsables de l'établissement de leurs propres délais et processus pour la réception et le traitement des candidatures des étudiants. Par conséquent, les étudiants diplômés qui souhaitent être nominés doivent consulter les sites web de leurs participants nationaux au GBIF ou contacter directement le chef de délégation ou le gestionnaire du nœud.

Les propositions des étudiants sont d'abord examinées et classées par ordre de priorité au niveau national. Les nœuds nationaux du GBIF sont encouragés à travailler en étroite collaboration avec les communautés universitaires et les établissements d'enseignement supérieur de leur pays et à entrer en contact avec les programmes universitaires et les groupes de recherche pertinents.

Les chefs de délégation nationaux et/ou les gestionnaires de nœuds peuvent soumettre un maximum de deux candidats par pays au secrétariat du GBIF à youngresearchersaward@gbif.org avant la date limite de soumission du 21 juin 2021. Les chefs de délégation et les gestionnaires de nœuds veilleront à ce que les soumissions soient complètes et comprennent tous les éléments énumérés ci-dessous. Les soumissions de propositions incomplètes ne seront pas prises en compte.

 

Dossier de nomination pour le prix

Les candidats doivent préparer leur proposition et les dossiers de candidature à inclure

  • Résumé de la recherche (200 mots)
  • Description du projet (maximum 5 pages, 12-point Arial) that describes :
    a. La nécessité de la recherche et la ou les questions auxquelles elle répond.
    b. Le rôle des données accessibles par le biais du GBIF pour répondre à ces questions. Les propositions de recherche doivent clairement démontrer comment l'étude intègre les données mobilisées par le GBIF. Les étudiants ayant des questions sur les données mobilisées par le GBIF doivent travailler avec les conseillers universitaires, leur nœud national GBIF, le secrétariat du GBIF ou les membres du comité scientifique pour améliorer leur compréhension.
    c. La portée de la recherche, le plan, les méthodologies, les citations de la littérature pertinente et le calendrier.
    d. Le cas échéant, une description ou un extrait d'un plan de gestion des données qui décrit comment les données relatives à la recherche sont publiées ou seront préparées pour être publiées par le réseau GBIF à GBIF.org.
  • Curriculum vitae de l'étudiant candidat comprenant les coordonnées complètes de l'établissement d'origine.
  • Pièces justificatives
    a. Une lettre officielle du mentor/superviseur de l'étudiant certifiant que le candidat est un étudiant en règle dans le programme d'études supérieures de l'université.
    b. Au moins une, et pas plus de trois, lettres de soutien de chercheurs établis, actifs dans un domaine qui englobe et intègre l'informatique de la biodiversité (par exemple, la génétique, la composition et les caractéristiques des espèces, la biogéographie, l'écologie, la systématique, etc.)

 

Processus et critères de sélection

Le comité scientifique du GBIF examinera les candidatures et sélectionnera les lauréats des prix des jeunes chercheurs.

Les critères d'attribution des prix sont les suivants :

  • Originalité et innovation
  • Utilisation et importance stratégique des données accessibles par le biais du GBIF
  • Efficacité et impact mesurables pour faire progresser l'informatique de la biodiversité et/ou la conservation de la diversité biologique

Les propositions qui ne sont pas retenues peuvent être mises à jour et soumises à nouveau pour examen les années suivantes.

Les boursiers sont censés reconnaître le soutien du GBIF lorsqu'ils diffusent des résultats de recherche par le biais de publications évaluées par des pairs, de présentations lors de réunions professionnelles et d'autres médias.

 

Holacanthella paucispinosa, un collembole à pattes courtes observé à Mokoreta, Southland, Nouvelle-Zélande. Photo 2020 Damien Brouste via iNaturalist CC BY-NC 4.0

 

Lire l'article original

La Biélorussie a rejoint le GBIF en tant que participant associé sous l’autorité du Ministère des ressources naturelles et de la protection de l’environnement du pays et de l’Académie des sciences de la Biélorussie (NASB). Son entrée étend le réseau en Europe à 21 pays membres, permettant ainsi à cette dernière de rejoindre l’Afrique en terme de région la mieux représentée dans le GBIF.

L’une des plus grandes et des plus anciennes forêts d’Europe, Bialowieza, chevauche la frontière occidentale de la Biélorussie avec la Pologne. La Stratégie et le plan d'action nationaux pour la diversité biologique 2016-2020 et le sixième rapport national soumis par la Biélorussie à la Convention sur la diversité biologique soulignent la présence d'espèces rares et menacées, dont 202 animaux et 303 plantes, la plupart se trouvant dans un vaste réseau de territoires naturels spécialement protégés couvrant 8% de la masse terrestre du pays.

"La République de la Biélorussie a reconnu l'urgence d'introduire les technologies de l'information modernes dans tous les secteurs du gouvernement et de la société", a déclaré Oleg Borodin de la NASB. «Nous attendons avec intérêt l'échange d'expertise scientifique et technique au sein du réseau GBIF et, en nous appuyant sur notre riche héritage scientifique, espérons augmenter notre capacité à intégrer la connaissance scientifique dans nos programmes et stratégies nationaux."

La Biélorussie a pris l’initiative de devenir un participant officiel du GBIF en s’engageant dans BioDATA, un projet norvégien de deux ans visant à aider les étudiants de premier cycle et de troisième cycle de l’Arménie, de la Biélorussie, du Tadjikistan, et de l’Ukraine à acquérir des compétences en gestion et en publication de données sur la biodiversité. Coordonné par l'Université d'Oslo avec le soutien du réseau GBIF, BioDATA est financé par l'Agence norvégienne pour la coopération internationale et l'amélioration de la qualité dans l'enseignement supérieur (DIKU).

De nombreuses autres connexions partagées entre la Biélorussie et le réseau GBIF offrent des possibilités supplémentaires de collaboration. La NASB héberge le nœud national de Barcode of Life dans son centre scientifique pour les ressources biologiques. Le même centre a également apporté son expertise dans l’élaboration d’une liste nationale du Global Register of Introduced and Invasive Species avec le groupe de spécialistes des espèces invasives de l’UICN. Ceci a permis à la Biélorussie de tirer parti de ces preuves pour résoudre les problèmes de biosécurité et de gestion entourant les 884 plantes et animaux exotiques répertoriées. Enfin, une participation officielle au GBIF pourrait également aider à mieux comprendre et mieux apprécier la valeur de la numérisation des centaines de milliers de spécimens contenus dans les collections d’États naturels et d’histoires naturelles de la Biélorussie.

Plus d'information (en anglais) ici

 

Petite tortue (Aglais urticae), Migdalovichy, Biélorussie, via iNaturalist Research-grade Observations. Photo 2018 schuutman CC BY-NC 4.0.

Jusqu'à il y a quelques semaines, la GBIF BackBone taxonomie s'intégrait parfaitement dans un modèle traditionnel, classant les noms des organismes en utilisant le système que Carl Linnaeus a décrit pour la première fois dans Systema Naturae en 1735. En combinant les informations basées sur les noms de dizaine de sources d'autorité différente (Catalogue of Life, IRMNG et le registre mondial des espèces marines - appelé affectueusement «WoRMS»), le backbone constitue un moyen cohérent d’organiser tout le contenu relatif aux espèces sur GBIF.org - comme les jeux de données, les pages d'occurrences et d'espèces - et permet toutes les formes de recherche taxonomique, de navigation et de reporting.

Mais ces derniers mois, des forces cachées ont été à l’œuvre, étendant la capacité de la backbone à s'adapter à un paradigme taxonomique émergent. En collaboration avec des partenaires en Estonie, en Suède, au Danemark et dans d’autres pays d’Europe du Nord, le GBIF a piloté avec succès la publication de 11 495 enregistrements d'occurrence fongiques liés à des identifiants basés sur l’ADN. Ces enregistrements apparaissent dans la dernière version de la taxonomie  Backbone GBIF.

 

Apporter l'ordre aux données 'noires'

Dans l’espoir de combler cette lacune dans les connaissances scientifiques, des experts du Muséum d’histoire naturelle de l’Université de Tartu (abritant le nœud GBIF Estonie) et de l’Université de Göteborg ont développé UNITE. Ce système utilise des séquences à base d’ADN ribosomique pour donner une identité sur les éléments cryptiques de la biodiversité fongique. L’élément principal de l’UNITE est ' l’hypothèse de l’espèce (SH) ', qui regroupe des séquences similaires en grappes provisoires au niveau de l’espèce.

Chaque hypothèse d'espèce se voit attribuer un DOI, établissant une référence permanente et stable pour cette hypothèse particulière (les séquences connues provenant d'organismes déjà en possession de noms scientifiques linnéens officiellement décrits peuvent, bien sûr, s'appuyer sur celles-ci). Pour les séquences connues uniquement à partir d'échantillons environnementaux, ce système présente l'avantage de donner des identités sans ambiguïté aux hypothèses des espèces.

Cette approche a conduit à la définition de plus de 73 000 hypothèses sur les espèces fongiques, qui reposent sur et combinent plus de la moitié des 817 130 séquences d’ADN de référence publique.

Pour (beaucoup) plus d’information, consulter la page du GBIF.org (en anglais) ici

 

Hygrocybe conica, observé à Trondheim, en Norvège, par Ole Reitan, via le service norvégien d'observation des espèces. Photo sous licence CC-BY-4.0.

Revenir en haut