Vendredi 25 Mai 2018

espèces invasives

Les listes officielles  d'espèces introduites et envahissantes connues de  20 pays sont maintenant librement accessibles via le GBIF.org. Cela constitue la première phase de ce qui sera une ressource d'information complète pour soutenir des actions contre l'une des menaces les plus importantes pour la biodiversité.

La publication de 23 listes modèles du Global Register of Introduced and Invasive Species (GRIIS), comprenant 20 listes nationales et trois listes infranationales d'îles, est le fruit d'une collaboration de longue date entre le GBIF et le IUCN Invasive Species Specialist Group (ISSG).

Les listes vérifiées pour 198 pays, y compris les territoires d'outre-mer de l'Union européenne, devraient être disponibles d'ici fin-2018.

La méthodologie derrière la compilation et la conservation des listes, utilisant une équipe de «rédacteurs nationaux», est détaillée dans un article publié dans la revue "Scientific Data", co-écrit par le personnel de l'ISSG, de l'Université de Monash et du Secrétariat du GBIF.

Chaque liste est formatée selon les standards Darwin Core (DwC), avec des espèces associés au référentiel taxonomique GBIF pour permettre son intégration avec d'autres données pertinentes partagées via le GBIF.org. Cela permettra au GBIF de reconnaître et d'étiqueter les enregistrements d'occurrence d'espèces considérées comme non indigènes dans les pays d'occurrence. Cela permettra potentiellement, à l'avenir, de mettre en avant de nouvelles preuves pour appuyer des changements aux listes d'espèces nationales.

L'élaboration des listes de référence GRIIS fait partie d'une collaboration plus large organisée par la Convention on Biological Diversity (CDB). Cela au travers du Global Invasive Alien Species Information Partnership (GIASIP). Les futurs plans comprennent un lien vers les listes de référence nationales à partir des informations nationales incluses dans le Mécanisme de centre d'échange de la CDB (CHM).

L'auteur principal de la publication, Shyama Pagad de l'ISSG, a noté: "Un des points importants de cette initiative est la participation de réseaux d'éditeurs nationaux qui sont les gardiens des listes de référence de leur pays."

Piero Genovesi, président de l'ISSG et co-auteur du document, a commenté: "GRIIS fournit des informations crédibles, faisant autorité et révisées par des pairs sur les espèces envahissantes, ce qui est essentiel pour éclairer la prise de décision efficace."

Un autre co-auteur, Melodie McGeoch, de l'École des sciences biologiques de l'Université Monash en Australie, a ajouté: "Le commerce et le transport transfrontaliers sont le principal moteur de l'introduction de nouvelles espèces, et connaître la localisation des espèces est essentielles pour évaluer le risque pour la biodiversité et les écosystèmes. Le nouveau registre est un grand pas en avant dans la transmission de l'information nécessaire pour traiter efficacement du problème des invasions biologiques."

La publication des listes GRIIS sur GBIF.org répond à l'une des recommandations formulées par un groupe de travail d'experts du GBIF. Celui-ci a examiné l'adéquation à l'usage des données issues du GBIF dans les recherches sur les espèces envahissantes (groupe présidé par le Dr. McGeoch). Il propose des options afin que le GBIF.org propose des informations plus enrichies à l'avenir sur les espèces envahissantes. Cela se traduit par l'établissement de liens entre des listes de référence et des informations sur les occurrences, cela grâce à des programmes de suivi en cours, des résumés au niveau des espèces et les pages pays (sur le site du gbif.org).

Dmitry Schigel, directeur scientifique du Secrétariat du GBIF, également co-auteur de la publication dans "Scientific Data", a ajouté: "Nous savons que de nombreux chercheurs se tournent vers le GBIF pour accéder aux données sur les espèces exotiques envahissantes et le risque qu'elles représentent pour la biodiversité. Ce développement passionnant ouvre de nouvelles possibilités pour combiner des connaissances d'experts avec la richesse des preuves rassemblées à partir des collections, des observations et des données de surveillance librement partagées par les partenaires du GBIF à travers le monde."

Documents :

Site internet - Groupe spécialiste pour les espèces envahissante dans l'UICN (ISSG) : http://www.issg.org/

Editeurs de données dans le GBIF - Groupe ISSG de spécialistes des espèces invasives : https://www.gbif.org/publisher/cdef28b1-db4e-4c58-aa71-3c5238c2d0b5

Données scientifiques - Introduction au registre mondial des espèces introduites et envahissantes : http://nature.com/articles/doi:10.1038/sdata.2017.202
 

 

La fourmi Trichomyrmex destructor est l'une des 135 espèces répertoriées sur la liste de référence GRIIS des espèces introduites et envahissantes pour l'île yéménite de Socotra. Photo par Zach Lieberman de AntWeb.org, sous licence via CC BY-SA 4.0.

Un groupe de travail constitué d'experts du domaine a partagé des recommandations pour s'assurer que le GBIF fournisse des données durables, fiables, actuelles et accessibles sur les espèces invasives, et contribue à la gestion à long terme de ces menaces importantes pour la biodiversité.

 

Le rapport final du groupe de travail sur l'adéquation des données à l'usage dans la recherche sur les espcèes invasives définit une stratégie impliquant les éditeurs de données, les points nodaux des Participants au GBIF, le Secrétariat du GBIF et des partenaires du réseau.

 

Ce rapport sort peu après le lancement du "Défi d'Honolulu" par un groupement international incluant le GBIF, et qui demande des actions urgentes sur les espèces invasives. Des experts provenant de gouvernements et d'ONG ont lancé cette intiative durant le récent congrès de l'UICN à Hawaii. Une des étapes soutenues par les partenaires du Défi d'Honolulu est de permettre l'amélioration des connaissances sur les espèces invasives, leurs impacts et leurs routes d'invasion, en investissant dans la collecte de données, leur standardisation, leur partage et leur accès libre.

 

Plus d'informations sur cette page (en anglais).

 

Abdomen d'un Agryle du frêne (Argils planipennis) grossi 50x par Macroscopic Solutions via Flickr. Photo sous la licence CC BY-NC 2.0.

Le groupe de travail GBIF sur l'adéquation à l'usage des données pour la recherche sur les espèces invasives (data fitness for use in research on invasive alien species ou IAS) vient de diffuser une enquête à destination des détenteurs et utilisateurs de données dont le but est d'améliorer la pertinence et l'accessibilité des données pour les travaux de recherche sur les espèces invasives et les domaines qui y sont associés.

Cette enquête de 21 questions, qui prend 15 à 20 mn à compléter, vise à documenter les limites des services déjà proposés par le GBIF, à améliorer l'utilité des données disponibles via le GBIF et à rassembler des suggestions sur les améliorations à apporter pour soutenir la recherche sur les espèces invasives.

La date limite de réponse est le 30 septembre 2016 ; questions et commentaires peuvent être envoyés à tout moment à Dmitry Shigel (dschigel@gbif.org).

 

Illustration : Ciona intestinalis. CC BY-NC-SA 2.0 2009 Brent Wilson

Un groupe d'experts internationaux a été assemblé par le GBIF afin de produire des recommandations sur la meilleure façon d'aider la recherche sur les espèces invasives à l'aide des données partagées via le réseau GBIF.

 

Ce Task group on data fitness for use in research into invasive alien species fait partie d'une stratégie plus large de consultation des communautés d'experts à l'échelle mondiale, visant à améliorer l'adéquation à l'usage des données accessibles via le GBIF.org.

D'autres groupes de travail ont déjà mis en ligne leurs recommandations concernant les données liées à la recherche sur l'agrobiodiversité ainsi que les modélisations de distributions d'espèces.

 

La recherche sur les espèces invasives représente une partie significative des données d'occurrences d'espcèes publiées dans le réseau GBIF. Sur les 407 publications à comité de lecture citant le GBIF publiées en 2015, 69 articles scientifiques étaient liés à des travaux sur les espèces invasives. Toutes les publications sur ce thème sont visibles sur cette page.

 

Le Secrétariat du GBIF coordonne également le Global Invasive Species Information Partnership (GIASIP) pour la Convention sur la Diversité Biologique (CBD), qui vise à améliorer et harmoniser les données disponibles pour les preneurs de décisions centrées sur la lutte contre les espèces invaisves. Ce partenariat a récemment permis de publier la première version du Global Register of Introduced and Invasive Species (GRIIS), développé par le Species Survival Commission Invasive Species Specialist Group de l'UICN.

 

Plus d'informations sur cet groupe de travail et sa composition ici (en anglais).

 

 

Crédit photo : Water hyacinth (Eichhornia crassipes), 2012 CC BY-NC-SA Andreas Kay

Revenir en haut