Mercredi 04 Août 2021

Bénin

Le secrétariat du GBIF a annoncé la sélection d'un ensemble de 18 projets qui recevront un financement dans le cadre de son programme Information sur la biodiversité pour le développement. Menés par des institutions représentant 13 pays, les projets de deux ans mobiliseront des données sur la biodiversité pertinentes pour les politiques dans un éventail de sujets, notamment la santé humaine, l'agriculture et la sécurité alimentaire, les zones protégées, les espèces menacées et la numérisation des collections.

 

Le financement alloué aux projets s'élève à 959 693 €, 13 projets recevant 548 693 € de la part de l'Union européenne, qui était auparavant le seul financeur du BID. Un autre financement de 411 000 € fourni par la JRS Biodiversity Foundation sera alloué pour soutenir un cinq projets supplémentaires.

 

« L'amélioration des liens entre la science et la politique est essentielle pour accroître l'efficacité de nos efforts de conservation de la biodiversité », a déclaré Florence Van Houtte, responsable de la coopération internationale pour la biodiversité à la Direction générale des partenariats internationaux de la Commission européenne. "Nous sommes encouragés de voir tant de pays et d'institutions africains renforcer leurs capacités dans ce domaine ainsi que les contributions actives que le programme du BID apporte à cette communauté dynamique. »

 

Ensemble, les projets mobiliseront près de 1,1 million d'euros en fonds de contrepartie, tandis que l'ajout de nouveaux bénéficiaires de Namibie et des Seychelles porte à 30 le nombre total de pays d'Afrique subsaharienne représentés au BID.

Cette série de subventions soutient la mobilisation des données sur la biodiversité aux niveaux régional (3), national (6) et institutionnel (4) et constitue un nouveau type de subvention pour le programme. Cinq subventions pour l'utilisation des données s'appuieront sur les relations existantes entre les institutions détentrices de données et les décideurs pour fournir des solutions de données répondant à des besoins politiques spécifiques. Collectivement, ces projets feront avancer les objectifs du programme BID en augmentant la disponibilité et l'utilisation des informations sur la biodiversité dans la recherche et la politique pour l'Afrique sub-saharienne, les Caraïbes et le Pacifique.

 

«La JRS Biodiversity Foundation est fière de soutenir le financement de cinq projets exceptionnels du BID qui font progresser l'informatique libre en Afrique sub-saharienne », a déclaré le directeur exécutif de JRS Matthew Cassetta. « La complémentarité de nos objectifs avec ceux du GBIF et de l'Union européenne représente une remarquable convergence de buts pour étendre considérablement les plateformes de connaissances scientifiques en Afrique. Nous sommes certains que l'investissement de la JRS et de nos partenaires dans le renforcement des capacités critiques et l'information sur la biodiversité sera utile aux chercheurs et aux décideurs africains dans leurs actions de sauvegarde de l'inestimable richesse naturelle du continent. »

 

« Nous sommes ravis d'accueillir la JRS Biodiversity Foundation en tant que partenaire du BID », a déclaré Joe Miller, secrétaire exécutif du GBIF. "Leur longue histoire de soutien à l'informatique de la biodiversité en Afrique, combinée à un financement supplémentaire de l'Union européenne, nous a permis d'étendre le programme et de financer davantage de propositions dans cette série de subventions - quelque chose que nous espérons que d'autres partenariats viendront renforcer dans les années à venir. »

 

Un panel d'experts a sélectionné ces projets au cours d'un processus en deux étapes, qui a d'abord permis de recueillir 215 notes conceptuelles provenant de 39 des 48 pays éligibles d'Afrique subsaharienne. Les choix finaux ont été faits à partir d'une liste de 34 candidats de 20 pays invités à soumettre des propositions complètes.

Les projets s'appuieront sur le impact de la première phase du BID, qui a mobilisé plus de 1,3 million d'enregistrements répondant aux besoins politiques prioritaires des régions et établi des communautés de pratique à travers l'Afrique subsaharienne, les Caraïbes et le Pacifique grâce à un programme de formation rigoureux et reproductible.

Le coup d'envoi des projets sera donné cette semaine par un atelier régional sur la publication des données, et un atelier de formation régional sur invitation seulement pour les coordinateurs de projets d'utilisation des données suivra le 27 mai 2021. Le secrétariat du GBIF prévoit d'annoncer la sélection de séries de projets supplémentaires dans les Caraïbes et le Pacifique plus tard cet été.

 

Projets du BID financés par l'Union européenne

 

Nom du projet Organisation principale Pays
Utilisation des données pour éclairer les décisions sur la conservation de la biodiversité et la santé publique au Bénin University of Abomey-Calavi, Faculty of Agricultural Sciences Bénin
Renforcer la capacité des organisations de la société civile à créer et à contribuer à une base de données unifiée sur les tortues marines au Cameroun Réseau des Acteurs de la Sauvegarde des Tortues Marines en Afrique Centrale Cameroun
Mobilisation et renforcement des données sur la biodiversité pour la conservation en vue de soutenir le développement durable en Côte d'Ivoire Centre National de Floristique Côte d'Ivoire
Numérisation des collections de biodiversité du Gabon et des fiches d'occurrence numériques pour créer une base de données nationale sur la biodiversité National School of Water and Forests Gabon
Développement des capacités pour la mobilisation et l'utilisation des données sur les espèces d'oiseaux menacées au Kenya Strathmore University Kenya
Mobiliser les collections de faune et de flore namibiennes et améliorer l'engagement national en matière de données ouvertes National Museum of Namibia Namibie
Mise en œuvre du système d'information et de données sur la biodiversité des écosystèmes côtiers au Nigeria Center for Biodiversity Conservation and Ecosystem Management, University of Lagos Nigeria
Accroître la visibilité de l'herbier de Lagos par la numérisation et la mobilisation des données relatives aux spécimens de plantes Department of Botany, University of Lagos Nigeria
Intégration de données récentes sur la répartition des espèces et des écosystèmes dans les évaluations des zones clés pour la biodiversité des Seychelles. Plant Conservation Action Group Seychelles
Améliorer l'accessibilité des données sur la flore forestière en Tanzanie Tanzania Forestry Research Institute Tanzanie
Progrès vers une plateforme régionale de données des Herbiers d'Afrique de l'Ouest et du Centre GBIF Togo & University of Lome Togo
Améliorer l'accès, l'utilité et la pertinence des données et des informations sur la biodiversité des eaux douces pour la prise de décision en matière de conservation en Ouganda. National Fisheries Resources Research Institute Ouganda
Données sur la biodiversité à l'appui de l'action en faveur du climat, de la vie sur terre et de l'alimentation humaine et animale durable : Reptiles et arachnides trouvés dans les zones protégées et faune d'insectes comestibles au Zimbabwe Natural History Museum of Zimbabwe Zimbabwe

 

Projets dU BID financés par la JRS Biodiversity Foundation

 

Nom du projet Organisation principale Pays
Mobilisation et utilisation des données botaniques comme outils d'aide à la décision au Gabon Institut de Pharmacopée et de Médecine Traditionnelle Gabon
Intégrer les données sur les écosystèmes et la biodiversité pour faciliter la planification du développement national Conservation Alliance International Ghana
Améliorer le profil des données pour la conservation de quatre paysages forestiers africains A Rocha Kenya Kenya
Projet d'atlas des oiseaux africains : Cartographie de la répartition des oiseaux d'Afrique A. P. Leventis Ornithological Research Institute Nigeria
Intégration des données sur la biodiversité des invertébrés d'eau douce dans les décisions gouvernementales The Nelson Mandela African Institution of Science and Technology Tanzanie

Ce programme est financé par l'Union européenne.


Ce programme est financé par la JRS Biodiversity Foundation.

 

Arbre du berger (Boscia albitrunca), Namibie Photo 2021 Nick Helme via iNaturalist Research-grade Observations, sous licence CC BY-SA 4.0

 

Lire l'article original

 

 

En collaboration avec l’Université d’Abomey-Calavi, le programme SEP2D organise du 18 au 20 mars 2020, à Cotonou (Bénin), un symposium international visant à favoriser la rencontre et la coopération entre les différents acteurs de la biodiversité végétale : communauté scientifique, société civile, décideurs, opérateurs économiques de petite et moyenne taille, organisations non gouvernementales, ainsi qu’agences de développement régionales.

Ce symposium aura comme principaux objectifs de :

·        Promouvoir le rôle des communautés scientifiques des pays en développement pour la valorisation et la conservation de la biodiversité, dans un contexte de perte de biodiversité et de changement climatique ;

·        Présenter les meilleures pratiques de coopération, incluant scientifiques, opérateurs économiques et société civile;

·        Susciter l’intérêt des bailleurs de fonds pour soutenir les réseaux et projets déjà mis en œuvre ;

·        Et éclairer les décideurs en capitalisant sur les enseignements tirés au cours des 14 années d'activités des programme SEP puis SEP2D.

Ce symposium international est ouvert à l’ensemble de la communauté scientifique et aux acteurs de la gestion et valorisation de la biodiversité végétale, sous réserve d’une inscription préalable obligatoire et dans la limite de la capacité d'accueil du symposium.

 

Si vous souhaitez proposer une présentation orale ou un poster, merci de le faire au plus tard le 15 septembre 2019 en remplissant ce formulaire.

 

Pour toute inscription et renseignements complémentaires, veuillez consulter cette page.
 

didolanvijustin - inaturalist- https://www.inaturalist.org/photos/42915628 - Sous Licence CC BY-NC 4.0

La Fondation de France et le Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI) lancent un appel à projets « Promotion de l'agriculture familiale en Afrique de l'Ouest » sur le thème « Produire et se nourrir localement ».

L'objectif général de ce programme, qui bénéficie du soutien de la Fondation JM Bruneau et de l'AFD, est de promouvoir des initiatives locales de renforcement de l'accès à l'alimentation par une agriculture familiale ouest-africaine viable et durable.

Le programme soutient des projets qui prennent en compte l'une ET l'autre des deux thématiques suivantes :
-    Connecter agriculture familiale et marchés / promouvoir le « consommer local » et
-    Développer des pratiques d'agriculture durable / des systèmes alimentaires durables.

Depuis 2009, il a soutenu 200 projets sur la base d'un appel à projets par an.

L'appel à projets 2018 cible exclusivement les innovations spécifiques à la connexion avec les marchés de masse, démontrant une réelle capacité à répondre au questionnement prioritaire : comment dépasser les marchés de niche ?

Cet appel à projet s'adresse aux organisations paysannes, aux ONG d'appui actives en Afrique de l'Ouest ou en Europe dans la mesure ou elles agissent avec des partenaires locaux, aux organismes de recherche et/ou de formation. Il est réservé aux projets menés en partenariat par au minimum deux organisations sans but lucratif, l'une européenne et l'autre ouest-africaine, et se déroulant uniquement dans les pays suivants : Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d'Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo

Deux types d'initiatives peuvent être soutenues : des projets de courte durée (un an) pour un montant accordé de 10 000 à 15 000€ et des projets pluriannuels (maximum trois ans) pour un montant maximum total de 50 000€.

Les termes de référence, les critères de sélection et les modalités de réponse sont disponibles sur les sites :

https://www.fondationdefrance.org/fr/promotion-de-lagriculture-familiale-en-afrique-de-louest
http://www.cfsi.asso.fr/actu/appel-a-projets-promotion-lagriculture-familiale-afrique-louest-pafao-2018

 
La date de réception du dossier par mail est fixée au 26 février 2018.

 

Marché de vivriers sur la route nationale Abidjan Abengourou, Côte d'Ivoire. - Zenman le 29 September 2008

Bonjour,

Dans le cadre de son activité dans le hotspot de biodiversité des forêts Guinéennes, le CEPF (Critical Ecosystem Partnership Fund ou Fonds de partenariat pour les écosystèmes critiques en français) vient d’ouvrir un appel offrant un financement de projets allant de 50 000 $ à 300 000 $ (cf. plus bas)

 

Les pays éligibles à ces financements sont les suivants :

· Bénin
· Cameroun
· Côte d’Ivoire
· Guinée équatoriale
· Ghana
· Guinée Conakry
· Libéria
· Nigéria
· São Tomé et Príncipe
· Sierra Leone
· Togo

 

La deadline de l'appel est le lundi 30 octobre 2017 à minuit (GMT).

 

Attention à bien consulter les critères d’éligibilité des projets ET des institutions qui ne sont pas communes aux deux programmes :

 - Eligibilités pour le deuxième appel (FR)

 - Eligibility for 2d call (EN)

 

 - Seconde version pour le deuxième appel pour LOI - GFWA (FR)

 - Second Draft of 2nd Call for LOI - GFWA (EN)

 

Plus d'informations (en anglais) sur cette page et sur celle-ci

 

Section de forêt guinéenne le long de la route Kenema Kailahun en Sierra Leone © Lindsay Stark

Revenir en haut