Lundi 03 Août 2020

Afrique

Le GBIF invite les institutions des pays éligibles d'Afrique subsaharienne à soumettre des notes conceptuelles pour le programme Information sur la biodiversité au service du développement (BID), un programme financé par le Directorat-Général pour les relations internationales de l'Union européenne.

 

Le programme BID vise à renforcer les capacités de mobilisation et d'utilisation efficaces des données sur la biodiversité à l'appui des décisions et des politiques de développement durable. Le financement total attribué à cet appel s'élève à environ 600 000 €.

 

Cet appel vise à soutenir des projets d'Afrique subsaharienne qui:

  • Mobilisent des données sur la biodiversité pertinentes pour les décisions soutenant le développement durable
  • Utilisent et étendent les meilleures pratiques de numérisation les collections d'histoire naturelle et mobilisent d'autres données sur la biodiversité
  • Appliquent les données sur la biodiversité à l'appui de la prise de décision et de la recherche
  • Développent des réseaux nationaux, régionaux ou thématiques durables en vue de soutenir à long terme le partage et la réutilisation des données
  •  

L'appel prend en charge quatre types de subventions :

Ces subventions sont ouvertes aux institutions basées dans les pays et territoires éligible en Afrique subsaharienne. Les notes conceptuelles initiales devront être soumissent avant le 27 août 2020 au travers du Portail GBIF de soumission. Après évaluation des notes conceptuelles, le GBIF invitera les candidats retenus dans ce cycle à soumettre une proposition complète.

Cet appel s'appuyer sur l'impact de la première phase du programme BID, dans lequel 63 projets financés par le BID ont mobilisé 535 jeux de données sur la biodiversité avec plus de 1,3 million de données pertinentes pour les besoins politiques prioritaires des régions. Les programmes de formations et d'étude en ligne rigoureux ont également contribué à améliorer les compétences en matière de données sur la biodiversité et à établir des communautés de pratique régionales pour des centaines de professionnels en Afrique subsaharienne, dans les Caraïbes et dans le Pacifique.

Le GBIF prévoit d'inviter des appels simultanés pour la soumission de notes conceptuelles pour les Caraïbes au sens large (voir pays éligibles) et le Pacifique (voir pays éligibles) en septembre 2020.

Pour vous tenir au courant du programme, y compris des prochains séminaires d'information en ligne et autres ressources d'information, inscrivez-vous aux listes de diffusion BID.

 

Calendrier d'application

Les notes conceptuelles initiales devront être soumissent avant le 27 août 2020 au travers du Portail GBIF de soumission.

Les candidats sélectionnés seront invités durant le dernier trimestre 2020 à soumettre leurs propositions complètes.

 

Plus d'informations sur les conditions de soumission sur cette page (en français).

 


 Ce programme est financé par l'Union européenne.

 

Ver plat de Linda (Pseudoceros lindae) Zanzibar, Tanzanie. Photo 2011 par Rino Iubatti via iNaturalist Research-grade Observations, sous licence CC BY-NC 4.0.

Le Secrétariat du GBIF est heureux d’annoncer la prolongation du programme d'Information sur la Biodiversité pour le Développement (BID)jusqu’en 2023, ainsi que la tenue de nouveaux appels à propositions prévus actuellement en juin et septembre 2020.

 

La prolongation du programme mené par le GBIF, et cofinancé par l'Union européenne, permettra aux institutions de trois régions du monde de s'appuyer sur les résultats de la première phase du programme BID. Durant cette première phases, 63 projets financés par le programme BID ont mobilisés 535 jeux de données de biodiversité contenant plus de 1,3 millions d’enregistrements pertinents pour répondre aux priorités politiques régionales.

 

Dans le cadre de la prochaine phase du programme, le GBIF invitera des propositions dans quatre catégories de subvention, toutes devant être réalisées dans une période de deux ans :

  • Subventions pour la mobilisation de données sur la biodiversité au niveau régional établissant ou renforçant des collaborations internationales afin d’augmenter la mobilisation des données de la biodiversité répondant à des besoins régionaux en matière de développement durable (financement maximal : 60 000€ pour les projets comportant deux pays, 120 000€ pour les projets comportant trois pays)
  • Subventions pour la mobilisation de données sur la biodiversité au niveau national établissant ou renforçant des collaborations nationales afin d’augmenter la mobilisation des données de la biodiversité répondant à des priorités nationales (financement maximal : 40 000€)
  • Subventions pour la mobilisation de données au niveau institutionnel mobilisant des données pertinentes pour le développement durable (financement maximal : 20 000€)
  • Subventions pour l’utilisation des données se basant sur des partenariats déjà existants entre des institutions possédant des données de la biodiversité et des preneurs de décisions, et fournissant des solutions répondant à des besoins politiques spécifiques (financement maximal : 60 000€)

 

Le GBIF fournira de plus amples informations sur les différents subventions, le processus de sélection et les règles d’éligibilités lors des appels à propositions. Pour rester informé sur le programme, les futurs webinaires et recevoir les dernières informations, vous pouvez vous inscrire aux listes de diffusion BID.

 

L’échéancier actuel pour le lancement des appels à propositions du programme BID est :

  • Début juin 2020 : Appel à soumission de notes conceptuelles pour l’Afrique sub-Saharienne (voir les pays éligibles).
  • Début septembre 2020 : Appel à soumission de notes conceptuelles en simultané pour l'ensemble des Caraïbes (voir les pays éligibles) et le Pacifique (voir les pays éligibles).

 

Pour les Caraïbes, le programme BID sera étendu à tous les pays de Mésoamérique, les pays d'Amérique du Sud avec un littoral Caribéen, et tous les états insulaires des Caraïbes. Les organisations basées dans des territoires d’Outre-Mer dans chacune des trois régions pourront participer en tant que partenaires de projets régionaux mais pas en tant que responsable des projets.

 

La prolongation du programme BID au-delà de sa période originelle allant de 2015 à 2019 est possible grâce à des fonds supplémentaires de 1,6 million € provenant de l’Union Européenne via la Direction Générale pour la Coopération internationale. Le GBIF apportant une contribution en appui non-financier. supplémentaire de 410 000€.
Cet ajout porte l’investissement total de l’UE au programme BID à un total de €5,5 millions sur la période 2015-2023, GBIF apportant €1,41 million en contributions non-financières.

 

Au-déla des contributions non-financières, le programme de formation va de nouveau s’appuyer sur le support du réseau international de mentors et de formateurs du GBIF. Celui-ci a permis la mise en place et la croissance de communautés de pratiques dans chacune des trois régions cibles du programme BID. Cette communauté comprend plus de 60 mentors dans des pays ayant reçus des financements BID, pouvent soutenir des équipes moins expérimentées et les aider à s’intégrer à la grande communauté de l’informatique de la biodiversité.

 

Plus d'information ici

 

Souimanga à collier (Hedydipna collaris). Photo 2018 par Joseph Onoja, via la base de données des oiseaux du Nigéria de la Fondation nigériane pour la conservation (NCF), sous licence CC BY-NC 4.0.

L’Agence française de développement (AFD) lance un appel à initiatives visant à sélectionner un projet de publication scientifique pluridisciplinaire sur l’Afrique. Le projet devra mettre en valeur et dynamiser la recherche africaine en faisant évoluer le modèle de la revue « Afrique contemporaine ».

 

Revue de référence dans le paysage intellectuel et académique francophone, Afrique contemporaine s’est constamment transformée depuis sa création en 1962, s’adaptant à l’essor des usages numériques et confortant son caractère scientifique et pluridisciplinaire.

 

L’AFD entend aujourd’hui soutenir une nouvelle étape de son évolution, en renouvelant profondément son modèle de publication pour l’ancrer dans l’écosystème de la recherche en Afrique.

 

Les initiatives attendues auront à proposer une stratégie éditoriale et un modèle de fonctionnement et de gouvernance innovants et pérennes au regard du contexte africain et des enjeux actuels de l’édition scientifique (qualité des contenus, modalités de diffusion, positionnement dans la géopolitique du savoir…).

 

Un soutien financier sur quatre ans

L’AFD propose d’apporter une subvention au candidat retenu d’un montant maximal de 1,5 million d’euros et pour une durée estimée à quatre ans, afin de soutenir une phase d’amorçage, de développement et de pérennisation d’un modèle de publication novateur.

 

Les candidatures seront évaluées sur la base d’une note projet, d’un canevas financier, d’un cadre logique et d’un chronogramme des activités. La structure sélectionnée sera ensuite invitée à poursuivre l’instruction en étroite relation avec le responsable du projet à l’AFD, et soumettra une note projet finale sur la base de laquelle pourra être octroyée la subvention.

 

Date de publication de l’appel à initiatives : 17 avril 2020

Date limite de réception des dossiers de candidature : 22 juillet 2020

 

Télécharger l'appel à initiatives

Télécharger le canevas financier

Accéder au dossier complet de soumission des candidatures

 

Page de l'appel à projet

 

Broadleysaurus major (Duméril, 1851) -Ueda K (2020). iNaturalist Research-grade Observations. iNaturalist.org. Occurrence dataset https://doi.org/10.15468/ab3s5x accessed via GBIF.org on 2020-05-07. https://www.gbif.org/occurrence/2574004454

Le Zimbabwe se joint au GBIF

La nation d'Afrique australe devient le dix-huitième pays Participant d'Afrique à rejoindre la communauté GBIF

 

La République du Zimbabwe a rejoint le GBIF en tant que Participant associé, devenant le 56ème pays à rejoindre le réseau mondial. Le ministère de l'Environnement, de l'Eau et du Climat a désigné l'Université de l'Enseignement des Sciences de Bindura pour signer le Mémorandum of Understanding du GBIF au nom du Zimbabwe et représenter le pays au Conseil d'Administration.

 

L'Université de Bindura dirige un projet national dans le cadre du programme Biodiversity Information for Development (BID).

Le projet de l'université vise à cataloguer, numériser et publier des données d'occurrence d'espèces pour les produits forestiers non ligneux (NTFP pour non-timber forest products). Il fait partie des cinq projets menés par des institutions au Zimbabwe en partie via le programme BID, qui est financé par l'Union européenne.

 

"Au Zimbabwe, nous sommes ravis de rejoindre la famille du GBIF," a déclaré Abraham Matiza, chef du Bureau national de la biodiversité du Zimbabwe au ministère de l'Environnement, de l'Eau et du Climat. "Le partenariat avec le GBIF nous permettra d'atteindre les objectifs de la Convention sur la diversité biologique, les Objectifs d'Aichi pour la biodiversité et notre Plan d'action pour la stratégie nationale concernant la biodiversité. Ceci est particulièrement important pour assurer une nation avec des écosystèmes résilients et des valeurs de biodiversité pour le développement social, politique et économique visant à s'attaquer aux menaces sur la biodiversité.

En outre, en tant que ministère, nous apprécions le rôle joué par l'Union européenne à travers le GBIF pour financer des projets de mobilisation de la biodiversité avant même que le pays n'en devienne un participant, et nous espérons que nos relations continueront de croître."

 

"L'entrée du Zimbabwe dans le GBIF est un excellent exemple de l'opportunité offerte par le programme BID d'impliquer une communauté plus large en Afrique dans la mobilisation et l'utilisation des données sur la biodiversité," a déclaré Tim Hirsch, directeur adjoint du GBIF.

"Grâce aux projets financés au Zimbabwe, nous avons déjà vu le développement de l'expertise en informatique de la biodiversité au sein des institutions clés, et cela est de bon augure pour la création d'un nœud GBIF efficace dans le pays. Cela afin de coordonner les flux de données et les informations nécessaires pour la gestion et la conservation du riche patrimoine biologique du pays. "

 

Les utilisateurs de GBIF.org peuvent actuellement télécharger plus de 320 000 occurrences d'espèces au Zimbabwe provenant de 412 ensembles de données différents fournis par 31 pays. Environ la moitié des occurrences sont publiées par des institutions d'Afrique du Sud avec le jeu de données SAFRING. Celui-ci contient des historiques de baguage d'oiseaux publiés par l'Institut national de la Biodiversité d'Afrique du Sud, Institut qui a contribué à plus de 85 000 enregistrements. L'espèce avec le plus grand nombre d'occurrences enregistrées au Zimbabwe - plus de 14 000 - est le quéléa à bec rouge (Quelea quelea).

 

Plus d'informations (en anglais) ici

 

Impala (Aepyceros melampus) observé par Rémi Cardinael près de Chiredzi, Zimbabwe. Photo via iNaturalist sous licence CC BY-NC 4.0.

La fondation JRS Biodiversity lance un appel à propositions (Request for Proposals - RFP) pour des projets pluriannuels axés sur les données de biodiversité, les connaissances et les services d'information sur la biodiversité des  eaux douces et à celle des pollinisateurs. La fondation financera à hauteur de  1 600 000 $ les propositions choisies  d'ici juillet 2018 (Ceci est une estimation)

 

Fondation JRS Biodiversity

La vision de notre fondation est un monde dans lequel un meilleur accès au savoir permet la préservation de la biodiversité sur la Terre pour le bénéfice  de la société. Notre mission est d'accroître l'accès et l'utilisation de l'information pour la conservation de la biodiversité et le développement durable en Afrique subsaharienne.

La stratégie de la fondation JRS consiste à relier les données à l'utilisation des connaissances dans les domaines de la conservation et du développement durable, où la demande d'information peut soutenir l'investissement dans l'informatique dédiée à la biodiversité. Cet appel à propositions appuie nos programmes d'octroi de subventions en matière de biodiversité et de ressources focalisées sur les eaux douces et en matière de biodiversité sur les pollinisateurs et des services qui leurs sont attribués.

La fondation JRS Biodiversity concentre ses subventions sur le Botswana, le Kenya, le Malawi, le Rwanda, l’ Afrique du Sud, la Tanzanie et l’Ouganda. Des exceptions à cette politique peuvent être faites pour des projets ayant un impact exceptionnel sur le développement des capacités informatiques en matière de biodiversité, des modèles ou des technologies hautement transférables, ou des partenariats exceptionnels de fournisseurs de données et d'utilisation de données.

Pour plus d’information sur l’appel à projet, vous pouvez accéder à l’annonce ici ou télécharger l'annonce de la demande de propositions (mise à jour le 11 décembre 2017)
 
Télécharger l'annonce de la demande de propositions (mise à jour le 11 décembre 2017)

 

Lézard prise au environ de Trinidad Marie-Elise Lecoq © Tout droit réservés

Revenir en haut