Dimanche 26 Janvier 2020

Août 2019

Le programme d’appui au renforcement des capacités (CESP) 2019 a sélectionné cinq bénéficiaires de financement pour des projets collaboratifs impliquant 18 pays et organisations participant au GBIF. L’appel au CESP de cette année a abouti à 21 notes conceptuelles à partir desquelles neuf projets ont été invités à soumettre une proposition complète.

Les projets sélectionnés sont:
 

Ciblant des domaines d'intérêt prioritaires en matière de mentorat, de correction des lacunes de données et de promotion de l'utilisation des données, les projets primés recevront un financement combiné de 108 000 €, complété par un cofinancement de 183 000 €.

Le programme d’appui au renforcement des capacités (CESP) est financé par le budget propre du GBIF, et vise à répondre aux besoins spécifiques identifiés par les participants GBIF, afin de faciliter le transfert de connaissances et la collaboration aux niveaux régional et mondial. L'accès au programme est limité aux pays et aux organisations internationales qui ont adhéré au réseau par la signature du Memorandum of Understanding du GBIF.

Plus d'information (en anglais) ici : https://www.gbif.org/news/4vIfj570F7rsykAHXMgVBf/five-projects-receive-f...

 

 

Calao à bec jaune de Lowveld (Tockus leucomelas ssp. Parvior) observé à Chipinge au Zimbabwe par Shirley Hitschmann. Photo via iNaturalist (CC BY-NC 4.0)

La Biélorussie a rejoint le GBIF en tant que participant associé sous l’autorité du Ministère des ressources naturelles et de la protection de l’environnement du pays et de l’Académie des sciences de la Biélorussie (NASB). Son entrée étend le réseau en Europe à 21 pays membres, permettant ainsi à cette dernière de rejoindre l’Afrique en terme de région la mieux représentée dans le GBIF.

L’une des plus grandes et des plus anciennes forêts d’Europe, Bialowieza, chevauche la frontière occidentale de la Biélorussie avec la Pologne. La Stratégie et le plan d'action nationaux pour la diversité biologique 2016-2020 et le sixième rapport national soumis par la Biélorussie à la Convention sur la diversité biologique soulignent la présence d'espèces rares et menacées, dont 202 animaux et 303 plantes, la plupart se trouvant dans un vaste réseau de territoires naturels spécialement protégés couvrant 8% de la masse terrestre du pays.

"La République de la Biélorussie a reconnu l'urgence d'introduire les technologies de l'information modernes dans tous les secteurs du gouvernement et de la société", a déclaré Oleg Borodin de la NASB. «Nous attendons avec intérêt l'échange d'expertise scientifique et technique au sein du réseau GBIF et, en nous appuyant sur notre riche héritage scientifique, espérons augmenter notre capacité à intégrer la connaissance scientifique dans nos programmes et stratégies nationaux."

La Biélorussie a pris l’initiative de devenir un participant officiel du GBIF en s’engageant dans BioDATA, un projet norvégien de deux ans visant à aider les étudiants de premier cycle et de troisième cycle de l’Arménie, de la Biélorussie, du Tadjikistan, et de l’Ukraine à acquérir des compétences en gestion et en publication de données sur la biodiversité. Coordonné par l'Université d'Oslo avec le soutien du réseau GBIF, BioDATA est financé par l'Agence norvégienne pour la coopération internationale et l'amélioration de la qualité dans l'enseignement supérieur (DIKU).

De nombreuses autres connexions partagées entre la Biélorussie et le réseau GBIF offrent des possibilités supplémentaires de collaboration. La NASB héberge le nœud national de Barcode of Life dans son centre scientifique pour les ressources biologiques. Le même centre a également apporté son expertise dans l’élaboration d’une liste nationale du Global Register of Introduced and Invasive Species avec le groupe de spécialistes des espèces invasives de l’UICN. Ceci a permis à la Biélorussie de tirer parti de ces preuves pour résoudre les problèmes de biosécurité et de gestion entourant les 884 plantes et animaux exotiques répertoriées. Enfin, une participation officielle au GBIF pourrait également aider à mieux comprendre et mieux apprécier la valeur de la numérisation des centaines de milliers de spécimens contenus dans les collections d’États naturels et d’histoires naturelles de la Biélorussie.

Plus d'information (en anglais) ici

 

Petite tortue (Aglais urticae), Migdalovichy, Biélorussie, via iNaturalist Research-grade Observations. Photo 2018 schuutman CC BY-NC 4.0.

Le réseau GBIF a lancé un nouveau programme visant à soutenir un groupe d’experts qui promeuvent un accès libre et ouvert aux données sur la biodiversité. Au cours de sa phase initiale, 42 professionnels de 19 pays ont été recrutés, représentant ainsi les six régions du GBIF.

     Postuler pour devenir un ambassadeur des données ouvertes sur la biodiversité

     Afficher la liste actuelle des ambassadeurs des données ouvertes sur la biodiversité
     
Le programme vise à élargir et à renforcer le réseau GBIF, avec un intérêt particulier dans les zones où le GBIF est peu représenté avec l'établissement de relations au sein des communautés de la recherche scientifique et des politiques. En tirant parti de leurs possibilités de parole lors de conférences, d’ateliers et d’autres événements de mise en réseau, les ambassadeurs peuvent partager leur expérience et exprimer leur propre engagement en matière de données gratuites, FAIR et ouvertes.

"Nous sommes convaincus que le programme des ambassadeurs de données ouvertes sur la biodiversité peut élargir davantage les domaines et les zones géographiques représentés dans le réseau GBIF", a déclaré Joe Miller, secrétaire exécutif du GBIF. «Les ambassadeurs peuvent contribuer à une compréhension et à une appréciation plus larges du GBIF, à la fois en tant qu’infrastructure de données de recherche et en tant que communauté de pratique mondiale. Nous espérons que le programme pourra soutenir nos ambassadeurs tout en encourageant la vision commune de notre réseau d’une culture scientifique plus ouverte, transparente, reproductible et interopérable. "

Le programme vise à reconnaître et à soutenir le rôle actif que jouent les ambassadeurs aux côtés des responsables et du personnel des nœuds du réseau, des délégués officiels, des membres des comités et du personnel du Secrétariat. Bien que ces groupes travaillent sans relâche pour promouvoir la mission du GBIF et transformer la culture des données en pratiques plus équitables et plus ouvertes, le groupe reste relativement petit et ne peut atteindre toutes les communautés concernées.

La principale exigence pour être un ambassadeur est d'avoir un engagement à défendre les données ouvertes sur la biodiversité dans au moins un événement, une publication ou un processus chaque année. La durée du mandat est illimitée, bien que certaines personnes puissent être tenues de présenter une nouvelle candidature après une période d'inactivité de deux ans.

En plus de servir de défenseurs dans leurs propres communautés professionnelles, les ambassadeurs sont invités à aider le GBIF à identifier les événements et les publics où l'engagement peut avoir un impact. Ils fournissent également un ensemble d'experts que le secrétariat et les nœuds GBIF peuvent soliciter pour représenter le réseau et promouvoir les données de biodiversité ouvertes lors d'événements spécifiques.

Le secrétariat du GBIF met au point des ressources spécifiques pour aider les ambassadeurs dans leurs efforts, notamment des diapositives de présentation, des points de discussion, des affiches et du matériel d’appui, en format numérique et imprimé.

Ceux qui souhaitent postuler pour devenir ambassadeur des données ouvertes sur la biodiversité peuvent en apprendre davantage sur la page des ambassadeurs, compléter le formulaire de candidature ou envoyer des demandes de renseignements, des questions et des suggestions à ambassadors@gbif.org.

Page (en anglais) du GBIF.org : https://www.gbif.org/news/1EL1oQa7ZmWtIZlTsNHblx/programme-seeks-biodiversity-open-data-ambassadors-to-expand-best-practices

 

Dr Jean C. Ganglo de l'Université de Abomey-Calavi et du GBIF Benin, Cape Town, 13 avril 2018. Photo via Flickr

La Revue Scientifique (Science Review) 2019 a été mise en ligne sur le site www.gbif.org. Cette publication annuelle rassemble les articles scientifiques publiés en 2019 et utilisant des données sur la biodiversité découvertes via le réseau GBIF.

Vous trouverez également la Revue Scientifique sous l'onglet "Ressources > Documentation" de notre site.

Revenir en haut