Vendredi 19 Avril 2024

Une étude exploratoire porte sur un système mondial de données publiques relatives à la nature

Le GBIF se joint à la Taskforce for Nature-based Financial Disclosures (Groupe de travail pour une information financière basée sur la nature) et à dix autres organisations internationales pour répondre à l'intérêt croissant des entreprises pour les données relatives à la nature et souligner les avantages sociétaux d'un système mondial de données publiques relatives à la nature.

Une étude exploratoire de haut niveau entreprise par le Groupe de travail sur les informations financières liées à la nature (TNFD) et 11 organisations partenaires (dont le GBIF) a conclu que les données de haute qualité liées à la nature constituent un bien public mondial avec une demande croissante d'un large éventail d'acteurs. acteurs publics, privés et de la société civile du monde entier.

L'intérêt pour des solutions à l'échelle mondiale aux besoins en données liées à la nature s'est accéléré depuis que les pays sont parvenus à un accord sur le cadre mondial Kunming-Montréal pour la biodiversité lors de la COP-15 de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique à Montrealen décembre dernier. La disponibilité de données précises, comparables et pertinentes sur le plan politique est une condition préalable essentielle pour aider les organisations à devenir plus résilientes face aux risques liés à la nature et pour faciliter le flux de capitaux vers des résultats positifs pour la nature.

InEn réponse, le TNFD a réuni 11 organisations internationales pour évaluer les arguments en faveur d'un centre mondial de données publiques liées à la nature, en mettant d'abord l'accent sur la nécessité d'améliorer la disponibilité, la qualité et la comparabilité des données sur l'état de la nature. Les conclusions de l'étude ont été publiées le 10 août 2023 en marge du sommet amazonien de Belem, au Brésil, en présence du secrétaire exécutif du GBIF, Joe Miller.

 

« Le gouvernement, les entreprises, la finance et la société civile ne peuvent pas prendre de mesures efficaces face aux défis naturels et climatiques sans données de haute qualité, comparables et facilement accessibles », a déclaré Tony Goldner, directeur exécutif du TNFD. « De nombreux progrès ont été réalisés depuis l'Accord de Paris pour améliorer la qualité et l'accessibilité des données liées au climat. Nous avons maintenant besoin d'un changement radical d'orientation et de financement pour améliorer une base de référence mondiale de données liées à la nature. et le travail de nombreux organismes et organisations scientifiques nationaux et internationaux sur plusieurs décennies, nous pensons qu'il existe de solides arguments en faveur de la connexion, de la mise à l'échelle et de la maintenance des données liées à la nature via un centre mondial de données publiques. «

 

Une analyse du paysage des données sur la nature entreprise par le TNFD en mars 2022 a conclu qu'un nombre important de mesures et de données liées à la nature existent déjà et sont utilisées aujourd'hui, mais des défis critiques demeurent :

  • normalisation des méthodes et des définitions
  • la maintenance et la connectivité des jeux de données liées à la nature
  • une accessibilité améliorée pour une communauté croissante d’utilisateurs de données
  • comparabilité pour faciliter l'élaboration des politiques, la stratégie commerciale et les décisions d'allocation de capital par les marchés financiers.

 

L'examen du paysage du TNFD a également révélé que de nouvelles technologies et solutions de données liées à la nature émergent rapidement, des données satellitaires à l'ADNe, la plupart étant dirigées par de nouvelles collaborations entre les institutions scientifiques et les fournisseurs de données de marché. Ces nouvelles avancées ouvrent de nouvelles possibilités passionnantes pour améliorer et mettre à l’échelle les données d’évaluation de l’état de la nature et soulignent que les acteurs du secteur privé seront de plus en plus d’importants fournisseurs de données liées à la nature, et non seulement des utilisateurs.

L’une des principales conclusions de l’étude de cadrage est que la croissance rapide de la demande de données liées à la nature pourrait soutenir le développement d’un système mondial de données publiques liées à la nature, offrant ainsi des avantages significatifs aux parties prenantes publiques, privées et de la société civile du monde entier. Dans la mesure du possible, les partenaires recommandent que les données de référence liées à la nature restent ouvertes et accessibles à un large éventail de parties prenantes, plutôt que d'être conservées derrière des barrières payantes ou dans des systèmes propriétaires.

 

» En tant que réseau axé sur les normes, responsable de la source la plus complète et la plus largement utilisée de données gratuites, ouvertes et interopérables sur la biodiversité, nous soutenons l'appel de l'étude du TNFD en faveur d'une plus grande ambition et d'un plus grand investissement dans les données liées à la nature en tant que bien public mondial «, a déclaré Miller. » Plus de deux décennies après sa création par l'intermédiaire de l'OCDE, le GBIF peut fournir au service public proposé un modèle précieux et des enseignements tirés concernant ses pratiques de conception, de gouvernance et de renforcement des capacités. «

 

L’étude a exploré trois options possibles pour mieux mettre à l’échelle, connecter et financer l’amélioration des données liées à la nature et a recommandé un centre mondial de données publiques liées à la nature qui connecte et étend les plateformes de données existantes aux niveaux national et infranational. Cette installation doit également intégrer le nombre croissant de sources de données liées à la nature provenant du secteur privé dans une plateforme partagée et ouverte.

 

« Soutenu par des structures de portée, de gouvernance, de financement et d'incitation appropriées, et rendu possible par des méthodes et des normes cohérentes à l'échelle mondiale pour les données liées à la nature, un centre mondial de données publiques liées à la nature changerait la donne pour une meilleure gestion des risques et permettrait une nouvelle nature. des marchés émergent », a déclaré Simon Zadek,président de Nature Finance.

 

Les organisations à l'origine de l'étude de cadrage entament maintenant la prochaine phase de travail exploratoire, impliquant des consultations avec un large éventail de parties prenantes en vue d'élaborer un modèle de gouvernance, de financement et d'exploitation préféré pour le centre de données publiques proposé et d'assurer des synergies avec les données climatiques associées, des initiatives telles que le Net Zero Public Data Utility (NZDPU) et d’autres.

Télécharger le document » Findings of a high-level scoping study exploring the case for a global nature-related public data facility »

 

Partenaires contributeurs

 

 

Lire l'article original

Revenir en haut