Lundi 17 Juin 2024

Le GBIF renforce son soutien à l'obtention d'informations nécessaires à la lutte contre les espèces exotiques envahissantes

Poisson-lion Pterois volitans, observé aux Bahamas Photo 2023 Paige Winter via iNaturalist

Un nouveau groupe de travail du GBIF répondra au besoin urgent d'un meilleur accès à de meilleures données et informations sur les espèces exotiques envahissantes en réponse à l'évaluation historique des espèces exotiques envahissantes approuvée par la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) ce mois-ci.

Parmi ses conclusions, l'évaluation thématique de l'IPBES sur les espèces exotiques envahissantes et leur contrôle a conclu que le soutien aux systèmes d'information, aux infrastructures et au partage de données était l'une des sept actions stratégiques complémentaires qui pourraient permettre de réaliser des progrès ambitieux en matière de gestion, de prévention et de contrôle des invasions biologiques.

 

Les mesures stratégiques visant à prévenir l'introduction et l'impact des espèces exotiques envahissantes comprennent : Soutenir les systèmes d'information, les infrastructures et le partage de données. (§D25)

 

Le rapport identifie également le rôle essentiel que des systèmes d'information ouverts et interopérables peuvent jouer dans la compréhension des invasions biologiques, soutenus par la coopération internationale et la mise en réseau des gouvernements et des parties prenantes.

 

Le renforcement des systèmes d’information ouverts existants peut faciliter la gestion des invasions biologiques, y compris la priorisation des actions, la détection précoce et la réponse rapide, et améliorer l’efficacité des réglementations. Les systèmes d’information ouverts peuvent réduire considérablement les coûts de gestion en garantissant des réponses ciblées et appropriées, en évitant la duplication des efforts et en facilitant l’évaluation de l’efficacité des instruments politiques au moyen d’indicateurs... Ils peuvent également améliorer la disponibilité des données et des connaissances dans les régions géographiques et les habitats. et groupes taxonomiques et réduire la grande variation de la capacité de réponse. Grâce à la science citoyenne, les systèmes d’information ont le potentiel d’impliquer les gens, de les sensibiliser et d’accroître la disponibilité des données. (§D31)

 

L'évaluation a également identifié les lacunes de données les plus importantes relatives aux espèces exotiques envahissantes, « qui, si elles étaient comblées, renforceraient la compréhension des invasions biologiques& » dans les écosystèmes marins, tropicaux et polaires ; parmi les micro-organismes et les invertébrés ; ainsi que des lacunes en matière de données régionales, en particulier en Afrique et en Asie centrale. (Table SPM.A1)

 

Le groupe de travail recommandé par le Comité scientifique du GBIF, et approuvé par le Comité exécutif du GBIF examinera les développements récents dans l'interface science-politique relative aux espèces exotiques envahissantes et recommandera des actions pour le GBIF qui répondront au mieux aux besoins des utilisateurs de données. Ces développements incluent non seulement l'évaluation de l'IPBES, mais également la nécessité pour les gouvernements de suivre les progrès vers l'objectif 6 du Cadre mondial pour la biodiversité Kunming-Montréal (GBF), relatif à la prévention ou à la réduction de l'introduction et de l'établissement d'espèces exotiques envahissantes.

 

Panneau d'avertissement de biosécurité agricole à la porte d'une ferme dans le comté de Kerry, en Irlande. Photo de Gabriel12/Shutterstock, gracieuseté de l'équipe média de l'IPBES.

 

« L’évaluation de l’IPBES a souligné la nécessité essentielle de systèmes de données robustes et durables en libre accès pour soutenir les actions nécessaires à la réduction des énormes impacts des invasions biologiques sur la biodiversité, les personnes et les économies. Le GBIF est idéalement placé pour répondre à ce besoin, en travaillant en partenariat avec les communautés d'experts concernées tout en s'appuyant sur son éventail inégalé d'institutions de partage de données, y compris des groupes scientifiques citoyens », a déclaré le Dr Melodie McGeoch, professeur de sciences de la vie à l'Université de La Trobe, vice-président du comité scientifique du GBIF et auteur principal coordonnateur de l'évaluation IPBES. « Ce nouveau groupe de travail aidera à identifier les mesures pragmatiques qui peuvent être prises rapidement pour garantir que le GBIF réalise tout son potentiel en tant que ressource d'information dans ce domaine, notamment en comblant les lacunes en matière de données identifiées dans l'évaluation de l'IPBES. »

 

« Le comité scientifique du GBIF a considéré les espèces envahissantes comme un domaine qui justifiait déjà une attention prioritaire dans la période à venir, et l'évaluation de l'IPBES a encore renforcé ce point de vue », a déclaré le DR Birgit Gemeinholzer, présidente du comité et professeur de botanique à l'Université de Kassel. « Nous sommes convaincus que le nouveau groupe de travail s’appuiera efficacement sur le travail déjà réalisé pour ancrer le GBIF en tant que point de référence majeur pour la recherche et la politique dans le domaine de la biologie des invasions. »

 

« Il est clair que la question des espèces exotiques envahissantes fait partie des priorités stratégiques du GBIF, car elle démontre l'importance de notre réseau et de nos infrastructures pour relever les grands défis mondiaux », a déclaré le Dr Liam Lysaght, directeur du Centre national irlandais de données sur la biodiversité président du Conseil d'administration du GBIF : « Nous savons que les données circulant via le GBIF fournissent déjà un ensemble irremplaçable de preuves sur les espèces exotiques envahissantes, mais nous savons également que nous pouvons faire encore mieux – et c'est là que le groupe de travail peut aider. »

 

Le sujet des espèces exotiques envahissantes représente près de 14 pour cent des utilisations publiées des données du réseau GBIF, évaluées par des pairs, avec près de 1 300 articles relatifs aux espèces envahissantes enregistrés dans les archives de recherche activées par le GBIF compilées grâce à son programme de suivi des publications.

 

Le nouveau groupe de travail s'appuiera sur les travaux d'un précédent groupe d'experts responsable du rapport de 2016, Data fitness for use in research on alien and invasive species. En plus de synthétiser les développements récents et leur pertinence pour le GBIF, le nouveau groupe appliquera un cas d'utilisation sur les espèces exotiques envahissantes dans le cadre du nouveau modèle de données du GBIF et examinera l'avenir du partenariat entre le GBIF et le Registre mondial des espèces introduites et envahissantes. GRIIS, un projet du Groupe de spécialistes des espèces envahissantes de la Commission pour la sauvegarde des espèces de l'UICN.

Le GRIIS publie plus de 380 listes de contrôle d'espèces introduites et envahissantes relatives aux pays, aux îles et aux zones protégées au GBIF, et leur intégration dans l'infrastructure du GBIF permet l'inclusion d'informations sur les aires de répartition introduites et le statut envahissant sur les pages d'espèces du GBIF.org. Ces informations alimentent également les profils de pays pour le Mécanisme d'échange d'informations de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (CBD).

Les listes de contrôle GRIIS, combinées aux enregistrements d'occurrences du réseau du GBIF composé de plus de 2 100 institutions publiant des données, ont fourni aux auteurs de l'évaluation de l'IPBES un cadre pour analyser l'état et les tendances des espèces exotiques envahissantes, démontrant l'un des rôles essentiels que joue le GBIF dans la réalisation des objectifs sous-jacents. preuves qui informent le GBIF.


 

En savoir plus

IPBES (2023) Résumé à l'intention des décideurs politiques du rapport d'évaluation thématique sur les espèces exotiques envahissantes et leur contrôle de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques. Roy HE, Pauchard A, Stoett P, Renard Truong T, Bacher S, Galil BS, Hulme PE, Ikeda T, Sankaran KV, McGeoch MA, Meyerson LA, Nuñez MA, Ordonez A, Rahlao SJ, Schwindt E, Seebens H, Sheppard AW et Vandvik V, éd. Bonn, Allemagne : Secrétariat de l'IPBES. https://doi.org/10.5281/zenodo.7430692

 

Poisson-lion (Pterois volitans), observé aux Bahamas, où il est enregistré comme envahissant dans le Registre mondial des espèces introduites et envahissantes. Photo 2023 Paige Winter via iNaturalist Research-grade Observations , sous licence CC BY-NC 4.0.

 

Lire l'article original

Revenir en haut