Mercredi 07 Décembre 2022

Programme

Le secrétariat du GBIF a annoncé la sélection d'un ensemble de 18 projets qui recevront un financement dans le cadre de son programme Information sur la biodiversité pour le développement. Menés par des institutions représentant 13 pays, les projets de deux ans mobiliseront des données sur la biodiversité pertinentes pour les politiques dans un éventail de sujets, notamment la santé humaine, l'agriculture et la sécurité alimentaire, les zones protégées, les espèces menacées et la numérisation des collections.

 

Le financement alloué aux projets s'élève à 959 693 €, 13 projets recevant 548 693 € de la part de l'Union européenne, qui était auparavant le seul financeur du BID. Un autre financement de 411 000 € fourni par la JRS Biodiversity Foundation sera alloué pour soutenir un cinq projets supplémentaires.

 

« L'amélioration des liens entre la science et la politique est essentielle pour accroître l'efficacité de nos efforts de conservation de la biodiversité », a déclaré Florence Van Houtte, responsable de la coopération internationale pour la biodiversité à la Direction générale des partenariats internationaux de la Commission européenne. "Nous sommes encouragés de voir tant de pays et d'institutions africains renforcer leurs capacités dans ce domaine ainsi que les contributions actives que le programme du BID apporte à cette communauté dynamique. »

 

Ensemble, les projets mobiliseront près de 1,1 million d'euros en fonds de contrepartie, tandis que l'ajout de nouveaux bénéficiaires de Namibie et des Seychelles porte à 30 le nombre total de pays d'Afrique subsaharienne représentés au BID.

Cette série de subventions soutient la mobilisation des données sur la biodiversité aux niveaux régional (3), national (6) et institutionnel (4) et constitue un nouveau type de subvention pour le programme. Cinq subventions pour l'utilisation des données s'appuieront sur les relations existantes entre les institutions détentrices de données et les décideurs pour fournir des solutions de données répondant à des besoins politiques spécifiques. Collectivement, ces projets feront avancer les objectifs du programme BID en augmentant la disponibilité et l'utilisation des informations sur la biodiversité dans la recherche et la politique pour l'Afrique sub-saharienne, les Caraïbes et le Pacifique.

 

«La JRS Biodiversity Foundation est fière de soutenir le financement de cinq projets exceptionnels du BID qui font progresser l'informatique libre en Afrique sub-saharienne », a déclaré le directeur exécutif de JRS Matthew Cassetta. « La complémentarité de nos objectifs avec ceux du GBIF et de l'Union européenne représente une remarquable convergence de buts pour étendre considérablement les plateformes de connaissances scientifiques en Afrique. Nous sommes certains que l'investissement de la JRS et de nos partenaires dans le renforcement des capacités critiques et l'information sur la biodiversité sera utile aux chercheurs et aux décideurs africains dans leurs actions de sauvegarde de l'inestimable richesse naturelle du continent. »

 

« Nous sommes ravis d'accueillir la JRS Biodiversity Foundation en tant que partenaire du BID », a déclaré Joe Miller, secrétaire exécutif du GBIF. "Leur longue histoire de soutien à l'informatique de la biodiversité en Afrique, combinée à un financement supplémentaire de l'Union européenne, nous a permis d'étendre le programme et de financer davantage de propositions dans cette série de subventions - quelque chose que nous espérons que d'autres partenariats viendront renforcer dans les années à venir. »

 

Un panel d'experts a sélectionné ces projets au cours d'un processus en deux étapes, qui a d'abord permis de recueillir 215 notes conceptuelles provenant de 39 des 48 pays éligibles d'Afrique subsaharienne. Les choix finaux ont été faits à partir d'une liste de 34 candidats de 20 pays invités à soumettre des propositions complètes.

Les projets s'appuieront sur le impact de la première phase du BID, qui a mobilisé plus de 1,3 million d'enregistrements répondant aux besoins politiques prioritaires des régions et établi des communautés de pratique à travers l'Afrique subsaharienne, les Caraïbes et le Pacifique grâce à un programme de formation rigoureux et reproductible.

Le coup d'envoi des projets sera donné cette semaine par un atelier régional sur la publication des données, et un atelier de formation régional sur invitation seulement pour les coordinateurs de projets d'utilisation des données suivra le 27 mai 2021. Le secrétariat du GBIF prévoit d'annoncer la sélection de séries de projets supplémentaires dans les Caraïbes et le Pacifique plus tard cet été.

 

Projets du BID financés par l'Union européenne

 

Nom du projet Organisation principale Pays
Utilisation des données pour éclairer les décisions sur la conservation de la biodiversité et la santé publique au Bénin University of Abomey-Calavi, Faculty of Agricultural Sciences Bénin
Renforcer la capacité des organisations de la société civile à créer et à contribuer à une base de données unifiée sur les tortues marines au Cameroun Réseau des Acteurs de la Sauvegarde des Tortues Marines en Afrique Centrale Cameroun
Mobilisation et renforcement des données sur la biodiversité pour la conservation en vue de soutenir le développement durable en Côte d'Ivoire Centre National de Floristique Côte d'Ivoire
Numérisation des collections de biodiversité du Gabon et des fiches d'occurrence numériques pour créer une base de données nationale sur la biodiversité National School of Water and Forests Gabon
Développement des capacités pour la mobilisation et l'utilisation des données sur les espèces d'oiseaux menacées au Kenya Strathmore University Kenya
Mobiliser les collections de faune et de flore namibiennes et améliorer l'engagement national en matière de données ouvertes National Museum of Namibia Namibie
Mise en œuvre du système d'information et de données sur la biodiversité des écosystèmes côtiers au Nigeria Center for Biodiversity Conservation and Ecosystem Management, University of Lagos Nigeria
Accroître la visibilité de l'herbier de Lagos par la numérisation et la mobilisation des données relatives aux spécimens de plantes Department of Botany, University of Lagos Nigeria
Intégration de données récentes sur la répartition des espèces et des écosystèmes dans les évaluations des zones clés pour la biodiversité des Seychelles. Plant Conservation Action Group Seychelles
Améliorer l'accessibilité des données sur la flore forestière en Tanzanie Tanzania Forestry Research Institute Tanzanie
Progrès vers une plateforme régionale de données des Herbiers d'Afrique de l'Ouest et du Centre GBIF Togo & University of Lome Togo
Améliorer l'accès, l'utilité et la pertinence des données et des informations sur la biodiversité des eaux douces pour la prise de décision en matière de conservation en Ouganda. National Fisheries Resources Research Institute Ouganda
Données sur la biodiversité à l'appui de l'action en faveur du climat, de la vie sur terre et de l'alimentation humaine et animale durable : Reptiles et arachnides trouvés dans les zones protégées et faune d'insectes comestibles au Zimbabwe Natural History Museum of Zimbabwe Zimbabwe

 

Projets dU BID financés par la JRS Biodiversity Foundation

 

Nom du projet Organisation principale Pays
Mobilisation et utilisation des données botaniques comme outils d'aide à la décision au Gabon Institut de Pharmacopée et de Médecine Traditionnelle Gabon
Intégrer les données sur les écosystèmes et la biodiversité pour faciliter la planification du développement national Conservation Alliance International Ghana
Améliorer le profil des données pour la conservation de quatre paysages forestiers africains A Rocha Kenya Kenya
Projet d'atlas des oiseaux africains : Cartographie de la répartition des oiseaux d'Afrique A. P. Leventis Ornithological Research Institute Nigeria
Intégration des données sur la biodiversité des invertébrés d'eau douce dans les décisions gouvernementales The Nelson Mandela African Institution of Science and Technology Tanzanie

Ce programme est financé par l'Union européenne.


Ce programme est financé par la JRS Biodiversity Foundation.

 

Arbre du berger (Boscia albitrunca), Namibie Photo 2021 Nick Helme via iNaturalist Research-grade Observations, sous licence CC BY-SA 4.0

 

Lire l'article original

 

 

Le programme BIFA apporte un soutien supplémentaire aux activités existantes au sein du réseau GBIF, en répondant aux besoins des chercheurs et des décideurs régionaux par la mobilisation et l'utilisation de données sur la biodiversité. Cet appel sollicite des propositions qui améliorent la connaissance de la biodiversité asiatique grâce à l'accès aux données de collections biologiques et de programmes de surveillance dans la région.

Les membres situés dans l'un des pays / économies éligibles en Asie sont éligibles et nous vous invitons à participer à cet appel.

 

Pour les membres qui ne sont pas en Asie, vous pouvez également être inclus en tant que partenaire dans un rôle de mentor ou de conseil, à condition que le projet concerne des données et des activités dans la région asiatique.

Les candidatures doivent être soumises via le nouveau portail de subventions GBIF. Il est vivement recommandé aux candidats de créer un compte sur le portail des subventions GBIF dès que possible, car le processus de vérification du compte peut prendre jusqu'à 2 jours ouvrables. Toutes les demandes de renseignements envoyées à BIFA@gbif.org recevront une réponse dans un délai de 3 jours ouvrables.

 

Pour toutes questions à propos de l'appel, veuillez contacter BIFA@gbif.org.

 

Plus d'information (en anglais) ici

Le programme d’appui au renforcement des capacités (CESP) 2019 a sélectionné cinq bénéficiaires de financement pour des projets collaboratifs impliquant 18 pays et organisations participant au GBIF. L’appel au CESP de cette année a abouti à 21 notes conceptuelles à partir desquelles neuf projets ont été invités à soumettre une proposition complète.

Les projets sélectionnés sont:
 

Ciblant des domaines d'intérêt prioritaires en matière de mentorat, de correction des lacunes de données et de promotion de l'utilisation des données, les projets primés recevront un financement combiné de 108 000 €, complété par un cofinancement de 183 000 €.

Le programme d’appui au renforcement des capacités (CESP) est financé par le budget propre du GBIF, et vise à répondre aux besoins spécifiques identifiés par les participants GBIF, afin de faciliter le transfert de connaissances et la collaboration aux niveaux régional et mondial. L'accès au programme est limité aux pays et aux organisations internationales qui ont adhéré au réseau par la signature du Memorandum of Understanding du GBIF.

Plus d'information (en anglais) ici : https://www.gbif.org/news/4vIfj570F7rsykAHXMgVBf/five-projects-receive-f...

 

 

Calao à bec jaune de Lowveld (Tockus leucomelas ssp. Parvior) observé à Chipinge au Zimbabwe par Shirley Hitschmann. Photo via iNaturalist (CC BY-NC 4.0)

Le réseau GBIF a lancé un nouveau programme visant à soutenir un groupe d’experts qui promeuvent un accès libre et ouvert aux données sur la biodiversité. Au cours de sa phase initiale, 42 professionnels de 19 pays ont été recrutés, représentant ainsi les six régions du GBIF.

     Postuler pour devenir un ambassadeur des données ouvertes sur la biodiversité

     Afficher la liste actuelle des ambassadeurs des données ouvertes sur la biodiversité
     
Le programme vise à élargir et à renforcer le réseau GBIF, avec un intérêt particulier dans les zones où le GBIF est peu représenté avec l'établissement de relations au sein des communautés de la recherche scientifique et des politiques. En tirant parti de leurs possibilités de parole lors de conférences, d’ateliers et d’autres événements de mise en réseau, les ambassadeurs peuvent partager leur expérience et exprimer leur propre engagement en matière de données gratuites, FAIR et ouvertes.

"Nous sommes convaincus que le programme des ambassadeurs de données ouvertes sur la biodiversité peut élargir davantage les domaines et les zones géographiques représentés dans le réseau GBIF", a déclaré Joe Miller, secrétaire exécutif du GBIF. «Les ambassadeurs peuvent contribuer à une compréhension et à une appréciation plus larges du GBIF, à la fois en tant qu’infrastructure de données de recherche et en tant que communauté de pratique mondiale. Nous espérons que le programme pourra soutenir nos ambassadeurs tout en encourageant la vision commune de notre réseau d’une culture scientifique plus ouverte, transparente, reproductible et interopérable. "

Le programme vise à reconnaître et à soutenir le rôle actif que jouent les ambassadeurs aux côtés des responsables et du personnel des nœuds du réseau, des délégués officiels, des membres des comités et du personnel du Secrétariat. Bien que ces groupes travaillent sans relâche pour promouvoir la mission du GBIF et transformer la culture des données en pratiques plus équitables et plus ouvertes, le groupe reste relativement petit et ne peut atteindre toutes les communautés concernées.

La principale exigence pour être un ambassadeur est d'avoir un engagement à défendre les données ouvertes sur la biodiversité dans au moins un événement, une publication ou un processus chaque année. La durée du mandat est illimitée, bien que certaines personnes puissent être tenues de présenter une nouvelle candidature après une période d'inactivité de deux ans.

En plus de servir de défenseurs dans leurs propres communautés professionnelles, les ambassadeurs sont invités à aider le GBIF à identifier les événements et les publics où l'engagement peut avoir un impact. Ils fournissent également un ensemble d'experts que le secrétariat et les nœuds GBIF peuvent soliciter pour représenter le réseau et promouvoir les données de biodiversité ouvertes lors d'événements spécifiques.

Le secrétariat du GBIF met au point des ressources spécifiques pour aider les ambassadeurs dans leurs efforts, notamment des diapositives de présentation, des points de discussion, des affiches et du matériel d’appui, en format numérique et imprimé.

Ceux qui souhaitent postuler pour devenir ambassadeur des données ouvertes sur la biodiversité peuvent en apprendre davantage sur la page des ambassadeurs, compléter le formulaire de candidature ou envoyer des demandes de renseignements, des questions et des suggestions à ambassadors@gbif.org.

Page (en anglais) du GBIF.org : https://www.gbif.org/news/1EL1oQa7ZmWtIZlTsNHblx/programme-seeks-biodiversity-open-data-ambassadors-to-expand-best-practices

 

Dr Jean C. Ganglo de l'Université de Abomey-Calavi et du GBIF Benin, Cape Town, 13 avril 2018. Photo via Flickr

Revenir en haut