Jeudi 16 Juillet 2020

institution

Le Challenge Ebbe Nielsen 2020 a pour objectif de valoriser les projets innovants utilisant les données et les outils de la biodiversité du réseau GBIF pour faire avancer la science ouverte. Un jury d'experts jugera les candidatures sur leur adéquation aux principes des données ouvertes, leur répétabilité, leur pertinence et leur nouveauté puis présentera une liste de gagnants sélectionnés avec un prix pouvant aller jusqu'à 35 000 €.

 

Entre le 6 février et le 27 juillet 2020, les individus et les équipes peuvent préparer des outils et des techniques qui améliorent l'accès, l'utilité et la qualité des données ouvertes sur la biodiversité et les soumettre à ce concours annuel incitatif ouvert.

 

Les inscriptions au challenge peuvent prendre n'importe quelle forme. Les participants peuvent choisir de développer de nouvelles applications, visualisations, méthodes, workflows ou analyses, souvent en utilisant l'API GBIF (mais pas toujours) pour accéder aux données. Vous pouvez également développer ou étendre les capacités des outils et fonctionnalités existants disponibles sur le réseau GBIF. Nous encourageons les participants à revoir les gagnants ainsi que les candidatures précédentes afin de voir les idées, les problèmes ou les approches que vous pourriez souhaiter poursuivre.

 

Les inscriptions devraient bénéficier à plusieurs groupes de parties prenantes, y compris les utilisateurs de données, les détenteurs de données et les gestionnaires de données. Vous pouvez consulter la stratégie de communication du GBIF pour voir comment celui-ci décrit les publics du GBIF.

 

Les gagnants seront annoncés lors de la 27e réunion du conseil d'administration du GBIF, qui se tiendra à Alexandria (Virginie, États-Unis), du 20 au 22 septembre 2020.

 

Date limite de soumission : 27 juillet 2020, 16h00 UTC +2

 

Plus d'information (en anglais) ici

 

Le challenge rend hommage à la mémoire du Dr Ebbe Schmidt Nielsen, un leader inspirant dans les domaines de la biosystématique et de l'informatique de la biodiversité et l'un des principaux fondateurs du GBIF, décédé de façon inattendue juste avant sa création.

L’UMS PatriNat a intégré plus de 1 800 000 données d’occurrences sur les espèces sur les territoires français (métropole et outre-mer), provenant d’institutions étrangères ayant diffusé des données sur la France dans le réseau GBIF.

 

Ces données, accessibles de façon libre et gratuite sur le site www.gbif.org et provenant de plus de 45 pays et territoires à travers le monde, ont été rassemblées et intégrées dans l’INPN en suivant les protocoles habituels de validation des données, afin de n’intégrer que celles étant conformes au standard et aux règles en vigueur dans le SINP.

 

Outre l’apport d’informations sur la biodiversité des territoires français (l’INPN a intégré des occurrences concernant plus de 40 000 taxons présents sur les territoires français), ce rapatriement de données a également permis d’enrichir la connaissance sur les taxons en contribuant à la prochaine mise à jour du référentiel taxonomique national TAXREF.

L'Unité Mixte de Recherche EcoFoG (Ecologie des Forêts de Guyane) a publié, dans le GBIF, le jeu de données suivant :
 

Fungi of French Guiana

5 219 occurences - Lien vers la page du jeu de données sur GBIF.org

L'ensemble de données Champignons de Guyane française: permet de recueillir des données taxonomiques, environnementales et moléculaires grâce à un plan d'échantillonnage exhaustif, stratifié et reproductible dans 126 parcelles représentatives des principaux habitats forestiers

 

Une autre institution française, l'Institut Pasteur de la Guyane, a également partagé un jeu de données sur le GBIF :

A database of Anopheles (Diptera, Culicidae): historical presence records in French Guiana and in the state of Amapá, in South America

3 917 occurences - Lien vers la page du jeu de données sur GBIF.org

La Guyane française, un territoire français, et Amapá, un État brésilien, sont situés dans une zone intertropicale d'Amérique du Sud. Ils fournissent un excellent climat à la présence de vecteurs du paludisme, et notamment du principal vecteur d'Amérique du Sud, Anopheles darlingi. Cette base de données regroupe différentes occurrences d'anophèles en Guyane française et dans l'État d'Amapá entre 1902 et 2014. Elle vise à compléter la connaissance limitée de la répartition des anophèles dans cette région, où la situation transfrontalière est un obstacle majeur à l'élimination du paludisme.

Revenir en haut