Jeudi 08 Décembre 2022

conservation

Le réseau d'experts de l'UICN a utilisé les données du GBIF dans 25 % des évaluations nouvelles et mises à jour incluses dans la récente mise à jour de la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées™ (Liste rouge).

 

Ces dernières évaluations de la Liste rouge ont analysé le risque d'extinction auquel sont confrontées plus de 7 500 espèces, comprenant des centaines de plantes vasculaires, de poissons, de reptiles et d'amphibiens ainsi que des dizaines d'insectes et de mammifères. Les citations d'utilisation des données de 140 téléchargements identifiés de manière unique avec des DOI améliorent la transparence et la reproductibilité d'une partie des 1 839 évaluations citant l'utilisation du GBIF comme source de données dans leur bibliographie.

 

Les contributions du réseau GBIF à la Liste rouge ne se limitent pas aux données. Une équipe de l'Institut national ougandais de recherche sur les ressources halieutiques (NaFiRRI) dirigée par Laban Musinguzi, actuellement sous-traitant de soutien régional du GBIF pour l'Afrique, a examiné les poissons d'eau douce afrotropicaux et a contribué à 29 nouvelles évaluations, chacune fournissant des liens directs vers les données du GBIF étayant leurs conclusions.

 

Plus de la moitié des espèces évaluées incluses dans la mise à jour sont classées dans la catégorie Préoccupation mineure, cependant, près de 2 500 espèces sont considérées comme menacées (c'est-à-dire vulnérables, en voie de disparition ou en danger critique d'extinction), tandis que 21 espèces sont considérées comme éteintes. Cela inclut le barbeau géant de l'atlas (Labeobarbus reinii), un poisson d'eau douce endémique au Maroc qui a été signalé pour la dernière fois en 2001.

 

Connu pour ses migrations du Mexique et de la Californie en hiver vers les aires de reproduction estivale à travers les États-Unis et le Canada, le papillon monarque migrateur (Danaus plexippus subsp. plexippus) est l'un des nouveaux ajouts à la Liste. Les évaluateurs ont utilisé les occurrences médiées par le GBIF pour cartographier la distribution et calculer l'étendue et la zone d'occurrence, classant le papillon comme étant en danger selon les critères A2ab de la Liste rouge.

 

« L'évaluation de la Liste rouge de l'UICN pour le monarque migrateur place l'état de conservation de cette sous-espèce emblématique dans un contexte mondial. Il est clair que davantage doit être fait pour protéger ce papillon et sa migration unique », a déclaré Anna Walker, qui, en tant qu'espèce L'agent de survie de la New Mexico BioPark Society et membre du groupe de spécialistes des papillons et des papillons de nuit de la Commission de la survie des espèces de l'UICN a dirigé l'évaluation du monarque migrateur. Elle a poursuivi : « Le processus d'évaluation a été facilité par l'utilisation des données d'occurrence du GBIF. Les informations sur la distribution sont essentielles pour comprendre le risque d'extinction de toute espèce. Le GBIF est une ressource inestimable pour accéder à des données d'occurrence précises et à jour. »

 

 

Danaus plexippus subsp. plexippusobservé à Querétaro, Mexique par Christine Cieslak Campelo - CC BY-NC 4.0

 

Lire l'article original

En collaboration avec l’Université d’Abomey-Calavi, le programme SEP2D organise du 18 au 20 mars 2020, à Cotonou (Bénin), un symposium international visant à favoriser la rencontre et la coopération entre les différents acteurs de la biodiversité végétale : communauté scientifique, société civile, décideurs, opérateurs économiques de petite et moyenne taille, organisations non gouvernementales, ainsi qu’agences de développement régionales.

Ce symposium aura comme principaux objectifs de :

·        Promouvoir le rôle des communautés scientifiques des pays en développement pour la valorisation et la conservation de la biodiversité, dans un contexte de perte de biodiversité et de changement climatique ;

·        Présenter les meilleures pratiques de coopération, incluant scientifiques, opérateurs économiques et société civile;

·        Susciter l’intérêt des bailleurs de fonds pour soutenir les réseaux et projets déjà mis en œuvre ;

·        Et éclairer les décideurs en capitalisant sur les enseignements tirés au cours des 14 années d'activités des programme SEP puis SEP2D.

Ce symposium international est ouvert à l’ensemble de la communauté scientifique et aux acteurs de la gestion et valorisation de la biodiversité végétale, sous réserve d’une inscription préalable obligatoire et dans la limite de la capacité d'accueil du symposium.

 

Si vous souhaitez proposer une présentation orale ou un poster, merci de le faire au plus tard le 15 septembre 2019 en remplissant ce formulaire.

 

Pour toute inscription et renseignements complémentaires, veuillez consulter cette page.
 

didolanvijustin - inaturalist- https://www.inaturalist.org/photos/42915628 - Sous Licence CC BY-NC 4.0

Revenir en haut