Samedi 08 Août 2020

BID

Le GBIF invite les institutions des pays éligibles d'Afrique subsaharienne à soumettre des notes conceptuelles pour le programme Information sur la biodiversité au service du développement (BID), un programme financé par le Directorat-Général pour les relations internationales de l'Union européenne.

 

Le programme BID vise à renforcer les capacités de mobilisation et d'utilisation efficaces des données sur la biodiversité à l'appui des décisions et des politiques de développement durable. Le financement total attribué à cet appel s'élève à environ 600 000 €.

 

Cet appel vise à soutenir des projets d'Afrique subsaharienne qui:

  • Mobilisent des données sur la biodiversité pertinentes pour les décisions soutenant le développement durable
  • Utilisent et étendent les meilleures pratiques de numérisation les collections d'histoire naturelle et mobilisent d'autres données sur la biodiversité
  • Appliquent les données sur la biodiversité à l'appui de la prise de décision et de la recherche
  • Développent des réseaux nationaux, régionaux ou thématiques durables en vue de soutenir à long terme le partage et la réutilisation des données
  •  

L'appel prend en charge quatre types de subventions :

Ces subventions sont ouvertes aux institutions basées dans les pays et territoires éligible en Afrique subsaharienne. Les notes conceptuelles initiales devront être soumissent avant le 27 août 2020 au travers du Portail GBIF de soumission. Après évaluation des notes conceptuelles, le GBIF invitera les candidats retenus dans ce cycle à soumettre une proposition complète.

Cet appel s'appuyer sur l'impact de la première phase du programme BID, dans lequel 63 projets financés par le BID ont mobilisé 535 jeux de données sur la biodiversité avec plus de 1,3 million de données pertinentes pour les besoins politiques prioritaires des régions. Les programmes de formations et d'étude en ligne rigoureux ont également contribué à améliorer les compétences en matière de données sur la biodiversité et à établir des communautés de pratique régionales pour des centaines de professionnels en Afrique subsaharienne, dans les Caraïbes et dans le Pacifique.

Le GBIF prévoit d'inviter des appels simultanés pour la soumission de notes conceptuelles pour les Caraïbes au sens large (voir pays éligibles) et le Pacifique (voir pays éligibles) en septembre 2020.

Pour vous tenir au courant du programme, y compris des prochains séminaires d'information en ligne et autres ressources d'information, inscrivez-vous aux listes de diffusion BID.

 

Calendrier d'application

Les notes conceptuelles initiales devront être soumissent avant le 27 août 2020 au travers du Portail GBIF de soumission.

Les candidats sélectionnés seront invités durant le dernier trimestre 2020 à soumettre leurs propositions complètes.

 

Plus d'informations sur les conditions de soumission sur cette page (en français).

 


 Ce programme est financé par l'Union européenne.

 

Ver plat de Linda (Pseudoceros lindae) Zanzibar, Tanzanie. Photo 2011 par Rino Iubatti via iNaturalist Research-grade Observations, sous licence CC BY-NC 4.0.

Le Secrétariat du GBIF est heureux d’annoncer la prolongation du programme d'Information sur la Biodiversité pour le Développement (BID)jusqu’en 2023, ainsi que la tenue de nouveaux appels à propositions prévus actuellement en juin et septembre 2020.

 

La prolongation du programme mené par le GBIF, et cofinancé par l'Union européenne, permettra aux institutions de trois régions du monde de s'appuyer sur les résultats de la première phase du programme BID. Durant cette première phases, 63 projets financés par le programme BID ont mobilisés 535 jeux de données de biodiversité contenant plus de 1,3 millions d’enregistrements pertinents pour répondre aux priorités politiques régionales.

 

Dans le cadre de la prochaine phase du programme, le GBIF invitera des propositions dans quatre catégories de subvention, toutes devant être réalisées dans une période de deux ans :

  • Subventions pour la mobilisation de données sur la biodiversité au niveau régional établissant ou renforçant des collaborations internationales afin d’augmenter la mobilisation des données de la biodiversité répondant à des besoins régionaux en matière de développement durable (financement maximal : 60 000€ pour les projets comportant deux pays, 120 000€ pour les projets comportant trois pays)
  • Subventions pour la mobilisation de données sur la biodiversité au niveau national établissant ou renforçant des collaborations nationales afin d’augmenter la mobilisation des données de la biodiversité répondant à des priorités nationales (financement maximal : 40 000€)
  • Subventions pour la mobilisation de données au niveau institutionnel mobilisant des données pertinentes pour le développement durable (financement maximal : 20 000€)
  • Subventions pour l’utilisation des données se basant sur des partenariats déjà existants entre des institutions possédant des données de la biodiversité et des preneurs de décisions, et fournissant des solutions répondant à des besoins politiques spécifiques (financement maximal : 60 000€)

 

Le GBIF fournira de plus amples informations sur les différents subventions, le processus de sélection et les règles d’éligibilités lors des appels à propositions. Pour rester informé sur le programme, les futurs webinaires et recevoir les dernières informations, vous pouvez vous inscrire aux listes de diffusion BID.

 

L’échéancier actuel pour le lancement des appels à propositions du programme BID est :

  • Début juin 2020 : Appel à soumission de notes conceptuelles pour l’Afrique sub-Saharienne (voir les pays éligibles).
  • Début septembre 2020 : Appel à soumission de notes conceptuelles en simultané pour l'ensemble des Caraïbes (voir les pays éligibles) et le Pacifique (voir les pays éligibles).

 

Pour les Caraïbes, le programme BID sera étendu à tous les pays de Mésoamérique, les pays d'Amérique du Sud avec un littoral Caribéen, et tous les états insulaires des Caraïbes. Les organisations basées dans des territoires d’Outre-Mer dans chacune des trois régions pourront participer en tant que partenaires de projets régionaux mais pas en tant que responsable des projets.

 

La prolongation du programme BID au-delà de sa période originelle allant de 2015 à 2019 est possible grâce à des fonds supplémentaires de 1,6 million € provenant de l’Union Européenne via la Direction Générale pour la Coopération internationale. Le GBIF apportant une contribution en appui non-financier. supplémentaire de 410 000€.
Cet ajout porte l’investissement total de l’UE au programme BID à un total de €5,5 millions sur la période 2015-2023, GBIF apportant €1,41 million en contributions non-financières.

 

Au-déla des contributions non-financières, le programme de formation va de nouveau s’appuyer sur le support du réseau international de mentors et de formateurs du GBIF. Celui-ci a permis la mise en place et la croissance de communautés de pratiques dans chacune des trois régions cibles du programme BID. Cette communauté comprend plus de 60 mentors dans des pays ayant reçus des financements BID, pouvent soutenir des équipes moins expérimentées et les aider à s’intégrer à la grande communauté de l’informatique de la biodiversité.

 

Plus d'information ici

 

Souimanga à collier (Hedydipna collaris). Photo 2018 par Joseph Onoja, via la base de données des oiseaux du Nigéria de la Fondation nigériane pour la conservation (NCF), sous licence CC BY-NC 4.0.

Le réseau GBIF s’élargit encore dans le Pacifique, avec l’entrée de la nation insulaire des Tonga en tant que membre votant à part entière. L’arrivée des Tonga élève le nombre actuel de pays participants à 59, et constitue la première addition d’un pays de la région Océanie depuis la création du GBIF (l’Australie et la Nouvelle-Zélande ayant rejoint le réseau en 2001).

Les Tonga sont aussi le dixième pays participant à rejoindre le GBIF à la suite d’un projet financé par le Biodiversity Information for Development (BID) Programme, en compagnie d’une organisation participante (également située en Océanie), le Secretariat of the Pacific Regional Environment Programme (souvent abrégé sous l’acronyme SPREP).

Des représentants du Department of Environment prendront en charge les activités du point nodal GBIF Tonga au sein du Ministry of Meteorology, Energy, Information, Disaster Management, Environment, Climate Change & Communication (MEIDECC).

Après avoir signé la Convention sur la Biodiversité Biologique (CDB) en 1998, les Tonga ont développé un National Biodiversity Strategy and Action Plan, qui a permis d’identifier l’expansion non raisonnée de l’agriculture comme menace principale pesant sur la biodiversité du pays. Les espèces exotiques envahissantes représentent une autre menace conséquente, et représentent le sujet principal du projet régional BID dans lequel l’équipe des Tonga (incluant le MEIDECC) a rassemblé des données afin de mettre en place un contrôle des espèces envahissantes dans la forêt tropicale de Toloa, au sud-ouest de Tongatapu. Depuis sa mise en ligne en avril 2018, ce jeu de données a permis d’effectuer trois études publiées dans des revues à comité de lecture, qui figurent dans la Revue Scientifique 2019 du GBIF.

Les personnes consultant GBIF.org peuvent à présent accéder à plus de 66 000 données d’occurrences sur les Tonga, provenant de 280 jeux de données et 133 éditeurs de données de 25 pays. Le MEIDECC à lui seul a publié 15 jeux de données dans le cadre du projet régional BID.

Les gouvernements du Cameroun et du Libéria ont rejoint le GBIF par le biais de la signature du Memorandum of Understanding (MoU), respectivement en tant que participant associé et participant votant.

 

Les institutions des deux pays ont dirigé des projets sur la mobilisation des données et la création de réseaux nationaux d’information sur la biodiversité dans le cadre du programme Biodiversity Information for Development, financé par l’Union européenne.

 

Cette initiative a contribué à intégrer plusieurs nouveaux pays et organisations dans le réseau GBIF en tant que participants officiels, ainsi que des dizaines d’autres en tant qu’institutions de publication de données. Ces pays se trouve dans les régions cibles "ACP" de BID en Afrique subsaharienne, dans les Caraïbes et dans le Pacifique.

 

Avec l’ajout du Cameroun et du Libéria, 20 pays africains participent maintenant officiellement au réseau intergouvernemental du GBIF. Cela fait de l’Afrique la deuxième plus grande région en termes d’adhésion, juste derrière les 21 participants nationaux de la région européenne. Plusieurs autres pays africains discutent actuellement de leur future participation ou non au GBIF.

 

Au Cameroun, le Memorandum of Understanding  a été signé par le ministre de l'Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable, Pierre Hélé. Les institutions basées dans le pays participent à quatre projets financés par le programme BID:

 

 

 

Au Libéria, le Memorandum of Understanding a été signé par le directeur général de l'Autorité du Développement Forestier, Mike Doryen. La décision de rejoindre le GBIF en tant que participant votant (les membres nationaux apportant une contribution financière indexée sur le PIB) a été prise dans le cadre d’un petit don du BID. Ce don porte sur le renforcement des capacités de mobilisation et de conservation des données sur la biodiversité au Libéria, dirigé par l’Université du Libéria en collaboration avec l'Autorité du Développement Forestier, Flore et faune du Libéria, et l’Université du Kansas (États-Unis).

 

Plus d’information (en anglais) ici

 

Scinque de feu (Lepidothyris fernandi), Buea, Cameroun. L'aire de répartition de ce lézard tropical s'étend à l'ouest et à l'ouest de l'Afrique centrale, y compris au Libéria et au Cameroun. Photo de Lennart Hud via les observations iNaturalist de recherche, sous licence CC BY-NC 4.0.

La dernière étape du programme BID (ou Biodiversity Information for Development) a attribué un financement pour  27 nouveaux projets basés en Afrique subsaharienne.

Proposés par des institutions de 17 pays différents, ces projets recevront des subventions sur 18 mois, allant de 9 555 à 40 000 euros. Ils mobiliseront des données sur divers sujets comme : la sécurité alimentaire, les aires protégées, les espèces menacées, la numérisation des collections et la gestion de la conservation. Les projets sont subventionnés à hauteur de  707 130 € par le programme BID et cofinancé  à hauteur de 649 146 € par les participants. En faisant progresser les objectifs du programme BID, ces subventions aideront les projets à accroître la quantité d'informations disponibles sur la biodiversité dans les pays de l'ACP c’est à dire  l’Afrique subsaharienne, les Caraïbes et le Pacifique).

En décembre, les représentants des projets ont lancé ce nouveau cycle de projet en prenant part à un atelier de mobilisation de données organisé par l'Institut national de la biodiversité sud-africain (SANBI) au Cap. Les participants ayant terminés  la formation avec succès auront une certification sous la forme de badge en ligne.

Les subventions offertes dans le cadre de cet appel comprennent 12 projets à l'échelle nationale axés sur la création ou le renforcement d'installations nationales d'information sur la biodiversité, et sur l'augmentation des données disponibles sur la biodiversité dans le pays. En outre, 15 subventions de projet à plus petite échelle mobiliseront des données pertinentes pour  les priorités de conservation.

Grâce aux institutions de huit nouveaux pays (Ethiopie, Libéria, Malawi, Maurice, Mozambique, Nigeria, Soudan du Sud et Zambie), le programme BID soutient à présent des projets menés dans 28 pays d'Afrique subsaharienne .

Pendant la phase finale, un comité d'examen externe a sélectionné ces projets parmi 35 propositions provenant de 384 soumissions initiales reçues en avril 2017. Et ils rejoignent les 35 autres projets financés par le programme BID en Afrique, dans les Caraïbes et dans les îles du Pacifique.
 

Titre Type Financement BID Est. de co-financement
Capacity advancement for the Nigeria node of GBIF National 39 972 € 15 597 €
Establishing Metadata of Biodiversity Data Generated from Ramsar Sites in Tanzania Mineur 18 500 € 1 500 €
Building Capacity for Biodiversity Data Mobilization and Conservation in Liberia Mineur 20 000 € 44 200 €
Extension and management of the reference collections of bee pollinators in West Africa Mineur 20 000 € 5 000 €
Increasing data-mobilization capacity to conserve threatened medicinal plants in Ghana National 23 500 € 11 500 €
Getting the plants to all: dissemination of information from the collection of The Mauritius Herbarium Mineur 17 968 € 15 838 €
Alien, native, and endemic grasses of Madagascar Mineur 19 951 € 7 420 €
Mobilizing specimen data on bats and rodents from Zimbabwe Mineur 9 555 € 20 150 €
Data mobilization for crop protection against native and invasive pest species for sustainable agricultural production in Cameroon Mineur 15 000 € 17 600 €
Amphibian conservation in DR Congo through biodiversity capacity building and data mobilization Mineur 20 000 € 18 050 €
Mobilizing bat occurrence data in Zambia National 39 870 € 68 194 €
BRYOTAN National 27 367 € 10 800 €
Digitizing Odonata species of southern Nigeria Mineur 19 410 € 6 000 €
Mobilization of Biodiversity Data Related to Protected Areas and Threatened Species in Western Cameroon Mineur 19 500 € 7 869 €
Development of National Biodiversity Database System (NBDS) National 40 000 € 10 000 €
Developing an Accessible Biodiversity Information System for Sustainable Development in Cameroon National 34 850 € 20 750 €
Status and spatial diversity of Sorghum wild species in Malawi Mineur 19 876 € 16 483 €
Freshwater biodiversity of the Eastern Highlands of Zimbabwe: Assessing conservation priorities using primary species occurrence data Mineur 20 000 € 63 600 €
Digitizing national vegetable databases to improve food and nutritional security in Eastern Africa Mineur 19 631 € 5 002 €
Mobilization of data on non-timber forest species in biodiversity hotspots of Zimbabwe National 38 387 € 23 000 €
Digitizing the Matobo Hills Arachnid collections at the Natural History Museum of Zimbabwe Mineur 5 000 € 58 500 €
Prioritizing conservation management in an East African forest landscape National 39 773 € 26 608 €
Biodiversity Information for Development and Environmental Resilience in Southwestern Ethiopia (BIDERSE) National 39 770 € 29 250 €
Mobilizing primary biodiversity data for Mozambican species of conservation concern National 40 000 € 58 464 €
The Forgotten African Islands - Addressing the gap in freshwater biodiversity knowledge for the Indian Ocean Islands National 40 000 € 64 000 €
Strengthening Malawi’s Biodiversity Information Facility National 40 000 € 20 600 €
Increasing capacity for conservation of threatened fish species through data mobilization and training Mineur 20 000 € 13 641 €

 

Le programme BID est financé par l'Union européenne.

 

Zonocerus variegatus (Linnaeus, 1758) , Cameroon. Photo de Jakob Fahr sous licence CC BY-NC 4.0

 

Revenir en haut