Jeudi 08 Décembre 2022

Novembre 2020

Le GBIF et l'Association internationale pour l'évaluation d'impact (IAIA) invitent la communauté à examiner et à commenter leur publication conjointe actualisée, Bonnes pratiques pour la publication des données sur la biodiversité issues des évaluations d'impact environnemental.

.

Proposant une révision complète de la publication de 2011 des mêmes groupes, le guide vise à aider les praticiens, les consultants et autres à améliorer la conservation, l'archivage et la gestion des données primaires sur la biodiversité saisies lors des évaluations d'impact environnemental (EIE) et des études d'impact environnemental et social (EIES).

The data gathered through baseline assessments and biodiversity monitoring is one of the most expensive and time-consuming elements of the impact assessment process, and it plays a crucial role in understanding current and future impacts of proposed development activities. But despite its value, not just to the project but also to science and society, such data has rarely been shared beyond a given project and thus fails to yield returns on its substantial investments of time and money.

Les données recueillies grâce aux évaluations de base et à la surveillance de la biodiversité sont l'un des éléments les plus coûteux et les plus longs du processus d'évaluation d'impact, et elles jouent un rôle crucial dans la compréhension des impacts actuels et futurs des activités de développement proposées. Mais malgré leur valeur, non seulement pour le projet mais aussi pour la science et la société, ces données ont rarement été partagées au-delà d'un projet donné et ne permettent donc pas de rentabiliser les investissements considérables en temps et en argent.

La publication actualisée soutient et répond à un intérêt plus large du secteur privé, comme en témoignent des initiatives telles que les Principes de l'Équateur et le Index des enquêtes sur la biodiversité pour les évaluations d'Australie occidentale.

Les membres de la communauté intéressés à participer en tant que pairs évaluateurs sont encouragés à consulter les directives à l'intention des contributeurs puis à faire part de leurs suggestions d'amélioration des documents via GitHub avant la date limite du 6 décembre 2020.

Outre les contributions aux documents, les commentaires sur le processus communautaire d'évaluation par les pairs et le programme de documentation numérique (y compris les suggestions sur les sujets que nous devrions envisager de couvrir) sont toujours les bienvenus à communication@gbif.org.

Les personnes intéressées à se tenir informées de la publication de futurs documents à examiner doivent s'inscrire à la liste de diffusion "documentation numérique" du GBIF. Le GBIF publiera également des annonces sur ses comptes Twitter et LinkedIn.

Comment puis-je participer à l'examen par les pairs de la communauté ?

Les membres de la communauté intéressés par une contribution à ce processus d'évaluation par les pairs peuvent lire le vue d'ensemble du programme de documentation numérique pour replacer leurs efforts dans leur contexte, puis consulter les instructions et attentes spécifiques sur la manière de faire des suggestions et d'apporter des améliorations.

Pour prêter votre voix et participer en tant qu'examinateur, nous demandons aux membres de la communauté de:

N'oubliez pas que toutes les interactions dans le cadre de ce processus doivent respecter le code de conduite du GBIF, qui vise à encourager un "environnement sûr, hospitalier et productif" qui soit "professionnel, respectueux et sans harcèlement pour tous les participants".

 

Requin-baleine (Rhincodon typus), Australie.
Photo 2009 Erik Schlogl via iNaturalist Research-grade Observations, license CC BY-NC 4.0

 

Lire l'article original

Le GBIF a publié aujourd'hui une nouvelle publication conçue pour offrir des conseils sur la manière de rendre les données d'occurrence des espèces rares, menacées et ayant une valeur commerciale aussi disponibles que possible et aussi protégées que nécessaire.

Dans Current Best Practices for Generalizing Sensitive Species Occurrence Data (Meilleures pratiques actuelles pour la généralisation des données sur les occurrences d'espèces sensibles), le botaniste australien et expert en informatique de la biodiversité Arthur D. Chapman propose une mise à jour complète du guide qu'il a co-rédigé en 2008. Le "guide des espèces sensibles" représente également la première publication finalisée à partir d'une série de première documentation numérique coordonnée par le secrétariat du GBIF et commandée par le biais de VertNet.

La communauté GBIF cherche depuis longtemps à trouver un équilibre éthique entre l'accès libre et gratuit aux données sur la biodiversité au service de la science et de la société et le risque de partager trop d'informations spécifiques sur les taxons "sensibles" - ces organismes dont les petites populations, menacées ou économiquement rentables, peuvent être mises en péril par une meilleure connaissance de leur localisation.

Je suis heureux d'avoir l'occasion de mettre à jour la documentation sur les meilleures pratiques actuelles, a déclaré M. Chapman. La nouvelle publication intègre l'expérience collective des institutions qui ont mis en œuvre des politiques au cours de la dernière décennie ou plus. J'espère qu'elle aidera non seulement les éditeurs de données, mais aussi les utilisateurs de données, qui pourront mieux apprécier l'impact de l'utilisation de documents généralisés pour protéger les espèces sensibles et saisir le sens de la généralisation à différentes précisions.

La gestion des données sur les espèces sensibles nécessite la confiance, la collaboration et une compréhension commune de ce qui constitue un comportement éthique, a déclaré Laura Russell, responsable de programme pour la participation et l'engagement au secrétariat du GBIF. Le guide mis à jour offre un aperçu actuel important de la manière dont nous pouvons partager les données sur les taxons sensibles de la manière la plus responsable possible et accroître notre compréhension de ces taxons tout en les protégeant des dangers.

Les prochains titres de la première édition numérique comprennent un guide pour la publication des occurrences dérivées de l'ADN, un Guide en langue espagnole pour l'utilisation d'OpenRefine et un trio de géoréférencement des titres.

 

Banksia cuneata, Australie occidentale, classée en danger critique d'extinction sur la liste rouge mondiale des espèces de l'UICN.
Photo 2019 Jenny Donald via iNaturalist Research-grade Observations, license CC BY-NC 4.0

 

Lire l'article original

Les entreprises et les institutions qui publient des données sur la biodiversité par l'intermédiaire du GBIF ont rejoint la vaste liste des organisations qui suivent les directives de conservation et d'utilisation durable.

 

En partageant des informations sur les espèces de notre planète, elles aident à comprendre et à évaluer la biodiversité. Leur collaboration permet également d'optimiser la gestion environnementale, de promouvoir la recherche scientifique et de renforcer la conscience sociale.

 

Rejoignez le GBIF (Global Biodiversity Information Facility), le plus grand réseau de données sur la biodiversité au monde. En tant qu'infrastructure internationale de données ouverte, il permet à toute personne, où qu'elle se trouve, d'accéder, de partager et d'utiliser des informations sur tous les types de vie sur Terre.

 

Cette vidéo est une coproduction entre les points nodaux des GBIF d'Espagne, de Colombie, de France, du Portugal et de Norvège, dans le cadre d'un projet du Programme de soutien au renforcement des capacités (CESP) qui vise à promouvoir la participation du secteur privé au GBIF.

Share biodiversity data through GBIF - an invitation to the private sector from GBIF on Vimeo.

 

Remerciements

  • Gloria Perefán | Lafarge-Holcim, Colombie
  • Pilar Gegúndez | Lafarge-Holcim, Espagne
  • Zoe Rohrer | Cinclus-Plegadis, Espagne
  • Jørn Olav Løkken | Naturrestaurering, Norvège
  • Kaj Andreas Hanevik | Cowi, Norvège
  • Francisco Godinho | Aqualogus, Portugal.
  • Joao Madeira | EDP, Portugal.

 

Production

 

Création

 

* Toutes les images utilisées dans la vidéo proviennent de dépôts ouverts et sont dans le domaine public.

A l'initiative de la plateforme Ideas for Development (iD4D) de l'Agence Française pour le Développement, une tribune a été rédigée par l'AFD, Biotope et le GBIF afin d'inciter à un meilleur partage des données de biodiversité et de mettre en lumière le rôle joué par les banques de développement.

 

La première partie de cette tribune, accessible ici, met en avant l'importance cruciale du partage des données de biodiversité pour améliorer les connaissances et les politiques publiques ; il reste notamment des lacunes importantes à combler dans la zone intertropicale, qui détiennent pourtant la plus grande part de la biodiversité mondiale.

 

La seconde partie de la tribune se focalise sur le rôle joué par les banques de développement dans la production de données de biodiversité, principalement dans les pays en voie de développement localisés dans cette même zone intertropicale. Encore trop peu mises en valeur et exploitées, ces données constituent pourtant une source importante d'informations sur les espèces de ces pays ; leur mise en ligne sur le GBIF permettrait d'accroître de façon considérables les connaissances sur la biodiversité des pays en voie de développement et de combler en partie les lacunes existantes.

 

Pour plus d'informations sur le partage des données issues du secteur privé, consultez la vidéo de présentation réalisée dans le cadre du projet GBIF OpenPSD: Promoting publication and use of private-sector data on biodiversity.

 

(Photo: Luis ROBAYO / AFP)

Le secrétariat du GBIF a lancé un nouveau groupe d'experts chargé d'aider à améliorer la découverte, l'accès et l'utilisation des données de biodiversité liées aux maladies humaines.

Le groupe de travail sur la mobilisation et l'utilisation des données sur la biodiversité pour la recherche et la politique sur les maladies humaines fait partie d'un effort continu pour améliorer l'exhaustivité, la pertinence et l'aptitude à l'utilisation des données sur la biodiversité partagées par le réseau GBIF. Le Secrétariat a défini la portée du groupe en réponse à une gamme croissante d'études qui s'appuient sur des données d'occurrence d'hôtes, de vecteurs et de réservoirs sauvages de maladies humaines.

Toutefois, le mandat du groupe, qui cherche à s'appuyer sur les exemples précédents qui montrent comment les chercheurs peuvent utiliser les données sur la présence des espèces pour évaluer les risques et prévoir les points chauds potentiels de flambées de maladies zoonotiques et à transmission vectorielle, a pris une importance accrue à la lumière de la pandémie actuelle.

« Cette initiative est opportune et bienvenue », déclare John Reeder, directeur du TDR — le programme spécial de recherche et de formation sur les maladies tropicales, basé à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). « Une meilleure disponibilité des données sur la biodiversité sur les hôtes sauvages, les vecteurs et les réservoirs complétera le soutien du TDR à la recherche sur la prévention et le contrôle des maladies à transmission vectorielle. «

« Cet effort soutiendra les travaux de l'OMS et des États membres visant à mieux comprendre la répartition des vecteurs et des réservoirs, qui changent rapidement en raison des variations environnementales et climatiques. Les vecteurs, en particulier, se propagent silencieusement vers de nouvelles zones, exposant davantage de populations humaines au risque de maladies » ;, a déclaré Raman Velayudhan, chef d'unité, Santé publique vétérinaire, contrôle des vecteurs et environnement (VVE), Département de contrôle de l'OMS de Maladies tropicales négligées. »

« Comme la pandémie actuelle l'a si clairement démontré, la biodiversité et le bien-être humain sont inextricablement liés », a déclaré Tanya Abrahamse, présidente du Conseil d'administration du GBIF. « En donnant accès à des données de haute qualité sur les maladies zoonotiques et à transmission vectorielle, le GBIF peut soutenir la mise en œuvre d'approches 'Une seule santé' pour la recherche sur les maladies, la gestion des risques pour la santé publique et les réponses politiques telles que celles décrites dans le Rapport de l'atelier IPBES sur la biodiversité et les pandémies. »

Alors que d'autres organisations traitent des données médicales liées aux maladies humaines, le GBIF est particulièrement bien placé pour répondre à un appel lancé par l'OMS pour rationaliser l'accès aux données complémentaires sur les zoonoses. Comme l'a noté la stratégie de l'OMS sur la Réponse mondiale de lutte antivectorielle 2017-2030 :

 

Les données entomologiques, épidémiologiques et d'intervention sont souvent gérées séparément sans lien entre elles, ce qui entraîne une insuffisance d'informations sur l'impact des interventions de lutte contre les vecteurs sur les paramètres entomologiques et la transmission des agents pathogènes.

 

Le groupe de travail commencera par examiner les sources de données pertinentes pour la recherche sur les maladies zoonotiques et à transmission vectorielle. En publiant des rapports présentant des lignes directrices et des recommandations pratiques sur des cycles de six mois, le groupe espère établir un cadre réactif et efficace pour mener d'autres campagnes ciblées.

La composition du groupe de travail reflète un éventail d'intérêts politiques et d'approches de recherche au niveau mondial. La composition du groupe à composition non limitée est susceptible d'évoluer au fur et à mesure qu'il présente ses rapports. Marianne Sinka du Oxford Long-Term Ecology Lab sera la première présidente du groupe, tandis que Dmitry Schigel, responsable scientifique du GBIF, coordonnera ses efforts et ses rapports au conseil d'administration du GBIF.

 

Membres du groupe de travail

 

Termes de référence : Groupe de travail sur les maladies humaines

 

Moustique tigre (Aedes albopictus), Côte d'Azur, France.
Photo 2020 Martin Galli via iNaturalist Research-grade Observations, license CC BY-NC 4.0

 

Lire l'article original

Quatre projets ont été confirmés pour un financement dans le cadre du GBIF 2020 Programme de soutien au renforcement des capacités (CESP), visant à renforcer le réseau mondial par une collaboration et un engagement plus larges.

Le comité de sélection a approuvé ces projets à partir d'un ensemble de 19 soumissions, ce qui en fait l'un des cycles annuels les plus compétitifs des sept années d'existence du CESP. Le programme annuel prévoit un cofinancement sur le budget de base du GBIF pour soutenir les collaborations entre les nœuds impliquant des activités de renforcement des capacités par le biais du mentorat, d'événements régionaux et d'ateliers de formation, ainsi que de la documentation partagée.

Les quatre projets confirmés impliquent collectivement des institutions de 17 pays participants tout :

  • en renforçant les capacités de mobilisation et d'utilisation des données pour le développement durable en Afrique de l'Ouest
  • en mobilisant les données sur les espèces économiquement utiles au Malawi
  • en collaborant à la mise au point d'outils en ligne pour l'accès aux données sur la biodiversité en Amérique latine et dans les Caraïbes

Les détails d'une nouvelle attribution de fonds dans le cadre du programme 2020 sont encore en cours de finalisation.

Projet Responsable Partenaires
Renforcement des capacités par la coopération régionale pour la mobilisation des données en Biélarussie, en Lettonie et en Lituanie GBIF Biélorussie
Académie nationale des sciences de Biélarussie
GBIF Pologne (KSIB), GBIF Estonie
Renforcer la capacité à mobiliser et à utiliser les données sur la biodiversité pour soutenir le développement durable en Afrique de l'Ouest GBIF Ghana Université du Kansas, GBIF Nigéria, GBIF Mauritanie, UNEP-WCMC, U.S. Geological Survey, GBIF Libéria
Mobiliser les données sur les espèces endémiques et économiquement utiles pour la politique et la protection GBIF Malawi
Commission nationale pour la science et la technologie
Université de science et de technologie du Malawi, Société de la faune et de l'environnement du Malawi, SANBI , Muséums du Malawi, Herbier national et jardins botaniques du Malawi, Protection de la faune sauvage en danger
Du partage des expériences au partage des connaissances et aux solutions communes : collaborer pour améliorer les outils en ligne en Amérique latine et dans les Caraïbes SiBBr VertNet, CONABIO, GBIF Ecuador, GBIF Costa Rica, GBIF Pérou, GBIF Argentine, GBIF Chili, SiB Colombie

 

Ibis écarlate (Eudocimus ruber), Caroni Swamp, Trinité et Tobago.
Photo 2018 Paul Prappas via iNaturalist Research-grade Observations, license CC BY-NC 4.0

 

Lire l'article original

 

Revenir en haut