Lundi 28 Septembre 2020

Avril 2017

Le Secrétariat du GBIF a récemment ouvert les nominations pour le Young Researchers Award 2017. Ce prix cherche à soutenir la recherche et les innovations qui utilisent les données rendues accessibles par le GBIF, en se focalisant cette année sur la publication de jeux de données proposant des informations détaillées sur les espèces observées ou collectées au cours d'événements d'échantillonnage (voir la récente mise à jour du standard de données Darwin Core à ce sujet).

Cette année, le GBIF décernera deux prix de 5000€ chacun : un pour le travail d'un doctorant et l'autre pour celui d'un étudiant de master. Les étudiants qui le souhaitent peuvent postuler via le Chef de la délégation de leur pays membre du GBIF (voir la liste des pays participants), qui pourront transmettre un maximum de deux candidatures au Secrétariat du GBIF jusqu'au 15 juillet 2017. Les étudiants français peuvent contacter directement le GBIF France via le formulaire de contact.

Un jury composé de représentants du réseau GBIF, du comité scientifique du GBIF et d'experts sur les données d'écologie évalueront les jeux de données soumis sur des critères de complétude et de qualité des données, ainsi que sur les métadonnées descriptives associées.

Une fois sélectionnés, les lauréats devront préparer des data papers décrivant leurs jeux de données et les soumettre pour publication dans une revue en accès libre. Les éditions Pensoft Publishers, qui travaillent en étroite collaboration avec le GBIF pour développer le concept de data paper sur les données de biodiversité, ont accepté d'offrir les frais de publication aux lauréats pour leurs data papers soumis à la revue Biodiversity Data Journal via l'outil Arpha writing tool de Pensoft.

Le prix 2017 GBIF Young Researchers Award est financé par SBNO: Stichting ter Bevordering van Natuurwetenschappelijk Onderzoek, avec une contribution en nature de la part de Pensoft Publishers (suppression des frais de publication).

Pour plus d'informations, vous pouvez également télécharger l'appel à propositions (en anglais).

Le Canada a renouvelé récemment son engagement dans le réseau GBIF en rejoignant le groupe des Participants Votants après une pause de cinq ans. L'institution Agriculture and Agri-Food Canada (AAFC) a re-signé le Memorandum of Understanding du GBIF au nom du gouvernement canadien. En plus de l'obtention du droit de vote au Conseil d'Administration (Governing Board) du GBIF, le Canada contribuera de nouveau au budget international du réseau GBIF.

Le point nodal national du Canada, Canadian Biodiversity Information Facility, travaille en étroite collaboration avec l'organisation partenaire du GBIF Canadensys afin de coordoner un réseau national d'éditeurs de données partageant à l'heure actuelle 121 jeux de données concernant plus de 5 million d'enregistrements d'occurrences d'espèces. Si les trois-quarts de ces enregistrements sont localisés sur le territoire du Canada, 1,2 millions d'enregistrements fournissent des preuves d'occurrences d'espèces dans 230 autres pays, îles et territoires. Les utilisateurs du site GBIF.org ont accès à plus de 32 millions d'enregistrements d'espèces situés au Canada.

Plus d'informations sur cette page (en anglais).

L'Unité Expérimentale d'Ecologie et d'Ecotoxicologie Aquatique (U3E) du centre INRA de Rennes a partagé sur le site GBIF.org, en partenariat avec d'autres centres INRA, l'ONEMA et la FDPPMA56, trois jeux de données sur les traits biologiques des saumons atlantiques juvéniles prélevés au cours d'un relevé d'abondance dans trois rivières de France : l'Oir en Normandie (mise à jour d'un jeu de données déjà publié dans le GBIF), le Scorff en Bretagne, et la Nivelle en Nouvelle-Aquitaine. Au total, ces trois jeux de données représentent plus de 46 000 données de biodiversité librement accessibles.

Ces nouvelles données sur l'espèce Salmo salar seront également bientôt accessibles sur le portail français du GBIF.

L'INRA a également publié dans le réseau GBIF de nombreux autres jeux de données issus de plusieurs centres et unités de l'institut.

Le Muséum national d’Histoire naturelle porte le projet « 65 Millions d’Observateurs » (65MO), qui vise à développer des outils informatiques innovants et évolutifs dédiés aux sciences participatives. Dans le cadre de ces programmes, tous les citoyens sont invités à participer à la collecte de données « standardisées » permettant aux chercheurs de faire progresser les connaissances sur la faune et la flore, en sciences de la terre et de l’univers, etc.

Pour faciliter la participation à ces programmes, plusieurs sites seront développés sur la base d’un Framework dédié (le « Citizen Science Framework » construit sur une architecture basée sur Wordpress et Symfony, en cours de développement).

Il s’agira donc de concevoir et développer ces sites web de participation, selon un cahier des besoins établi et à partir du Framework dédié à la de création de tels sites de participation. 

Le dossier de candidature devra être composé d’un CV, d’une lettre de motivation. Ces documents devront être envoyés sous la forme d’un PDF unique nommé “CandidatureDeveloppeur_NOM_Prenom”. A envoyer par courriel au plus vite à : gregoire.lois@mnhn.fr avec pour objet : [65MO] Candidature « Développeur ».

NB. Les candidatures seront traitées en vue d’un entretien au fur et à mesure de leur arrivée.

Plus d'informations ici.

Revenir en haut