Vendredi 18 Septembre 2020

Le système d'information sur la biodiversité des océans et le GBIF actualisent et élargissent l'accord de coopération

Le GBIF et l'OBIS - le système d'information sur la biodiversité des océans — ont signé un nouvel accord de cinq ans visant à promouvoir une coopération accrue entre les deux réseaux mondiaux de données sur la biodiversité dans un large éventail d'activités et de services.

La lettre d'accord vise à la fois la collaboration technique couvrant les normes de données, la publication et le traitement, et la collaboration institutionnelle pour assurer des liens plus étroits entre les nœuds OBIS et GBIF, des possibilités de formation partagées et une documentation alignée.

Il s'agit du deuxième accord pluriannuel entre les deux réseaux, qui fêtent tous deux leur 20e anniversaire en 2020-2021.

L'OBIS, appelé à l'origine Système d'information biogéographique sur les océans, a été créé en mai 2000 dans le cadre du recensement de la vie marine, et est maintenant un projet du programme Échange international de données et d'informations océanographiques (IODE) de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO. Il vise à être le portail de données et d'informations le plus complet sur la diversité, la distribution et l'abondance de la vie marine pour aider ses États membres à parvenir à un écosystème océanique sain et résilient.

Le GBIF - Global Biodiversity Information Facility - a été officiellement créé en septembre 2001 en tant que collaboration volontaire entre les gouvernements, dans le but de fournir à chacun, partout dans le monde, un accès libre et gratuit aux données concernant tous les types de vie sur Terre.

Le GBIF et l'OBIS collaborent déjà dans de nombreux domaines, notamment en travaillant avec les mêmes normes de données et des outils de soutien comme le Integrated Publishing Toolkit, développé par la communauté GBIF et utilisé par l'OBIS comme plateforme recommandée pour le partage des données marines. Toutefois, les deux réseaux reconnaissent que leurs communautés d'utilisateurs et leurs institutions de publication de données respectives bénéficieront de méthodes de travail communes plus rationnelles.

Les domaines spécifiques couverts par la nouvelle lettre d'accord sont notamment les suivants :

  • Coopérer pour une plus grande interopérabilité des données par le biais des normes d'information sur la biodiversité (TDWG)
  • Coordination au niveau de la gouvernance, y compris la composition partagée des groupes consultatifs scientifiques et techniques
  • Encourager davantage les institutions à partager les données marines par l'intermédiaire des deux plateformes en une seule étape de publication, avec des liens plus étroits entre les nœuds GBIF et OBIS et les éditeurs de données
  • Travailler conjointement sur le traitement des données et d'autres technologies pour assurer les pipelines de données les plus efficaces pour les deux réseaux
  • Collaboration sur l'incorporation de nouveaux flux de données, tels que les données d'occurrence dérivées de séquences génétiques, de la télédétection et d'autres sources
  • Dans la mesure du possible, aligner les orientations écrites sur la publication des données par le GBIF et l'OBIS respectivement
  • Collaboration sur les échanges de personnel, les possibilités de formation partagées, le renforcement des capacités et la collecte de fonds

"Ensemble, les communautés de chercheurs et de gestionnaires de données qui utilisent et contribuent au GBIF et à l'OBIS possèdent les connaissances et les compétences nécessaires pour aider le monde à faire face aux menaces qui pèsent sur la biodiversité et à trouver des moyens d'assurer la durabilité des écosystèmes", a déclaré Sky Bristol, co-président du groupe de pilotage de l'OBIS. "Le nouvel accord aide les deux communautés à continuer à réaliser de nouvelles opportunités de collaboration vers des objectifs communs."

"Alors que le GBIF et l'OBIS entrent tous deux dans leur troisième décennie, il est de plus en plus important que nous mettions en commun nos ressources et l'expérience accumulée par les deux communautés", a déclaré Joe Miller, secrétaire exécutif du GBIF. "Ce nouvel accord offre de nombreuses possibilités de travailler ensemble plus étroitement que jamais afin de garantir que la recherche et la politique en matière de biodiversité marine bénéficient des données les meilleures et les plus complètes disponibles."

 

Kelp géant (Macrocystis pyrifera), Le Cap, Afrique du Sud, 2020 © Callum Evans / iNaturalist - CC BY-NC 4.0.

 

Lire l'article original

Revenir en haut