Samedi 28 Novembre 2020

Un nouveau groupe de travail pour améliorer la recherche sur les espèces liées aux maladies humaines

Le secrétariat du GBIF a lancé un nouveau groupe d'experts chargé d'aider à améliorer la découverte, l'accès et l'utilisation des données de biodiversité liées aux maladies humaines.

Le groupe de travail sur la mobilisation et l'utilisation des données sur la biodiversité pour la recherche et la politique sur les maladies humaines fait partie d'un effort continu pour améliorer l'exhaustivité, la pertinence et l'aptitude à l'utilisation des données sur la biodiversité partagées par le réseau GBIF. Le Secrétariat a défini la portée du groupe en réponse à une gamme croissante d'études qui s'appuient sur des données d'occurrence d'hôtes, de vecteurs et de réservoirs sauvages de maladies humaines.

Toutefois, le mandat du groupe, qui cherche à s'appuyer sur les exemples précédents qui montrent comment les chercheurs peuvent utiliser les données sur la présence des espèces pour évaluer les risques et prévoir les points chauds potentiels de flambées de maladies zoonotiques et à transmission vectorielle, a pris une importance accrue à la lumière de la pandémie actuelle.

« Cette initiative est opportune et bienvenue », déclare John Reeder, directeur du TDR — le programme spécial de recherche et de formation sur les maladies tropicales, basé à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). « Une meilleure disponibilité des données sur la biodiversité sur les hôtes sauvages, les vecteurs et les réservoirs complétera le soutien du TDR à la recherche sur la prévention et le contrôle des maladies à transmission vectorielle. «

« Cet effort soutiendra les travaux de l'OMS et des États membres visant à mieux comprendre la répartition des vecteurs et des réservoirs, qui changent rapidement en raison des variations environnementales et climatiques. Les vecteurs, en particulier, se propagent silencieusement vers de nouvelles zones, exposant davantage de populations humaines au risque de maladies » ;, a déclaré Raman Velayudhan, chef d'unité, Santé publique vétérinaire, contrôle des vecteurs et environnement (VVE), Département de contrôle de l'OMS de Maladies tropicales négligées. »

« Comme la pandémie actuelle l'a si clairement démontré, la biodiversité et le bien-être humain sont inextricablement liés », a déclaré Tanya Abrahamse, présidente du Conseil d'administration du GBIF. « En donnant accès à des données de haute qualité sur les maladies zoonotiques et à transmission vectorielle, le GBIF peut soutenir la mise en œuvre d'approches 'Une seule santé' pour la recherche sur les maladies, la gestion des risques pour la santé publique et les réponses politiques telles que celles décrites dans le Rapport de l'atelier IPBES sur la biodiversité et les pandémies. »

Alors que d'autres organisations traitent des données médicales liées aux maladies humaines, le GBIF est particulièrement bien placé pour répondre à un appel lancé par l'OMS pour rationaliser l'accès aux données complémentaires sur les zoonoses. Comme l'a noté la stratégie de l'OMS sur la Réponse mondiale de lutte antivectorielle 2017-2030 :

 

Les données entomologiques, épidémiologiques et d'intervention sont souvent gérées séparément sans lien entre elles, ce qui entraîne une insuffisance d'informations sur l'impact des interventions de lutte contre les vecteurs sur les paramètres entomologiques et la transmission des agents pathogènes.

 

Le groupe de travail commencera par examiner les sources de données pertinentes pour la recherche sur les maladies zoonotiques et à transmission vectorielle. En publiant des rapports présentant des lignes directrices et des recommandations pratiques sur des cycles de six mois, le groupe espère établir un cadre réactif et efficace pour mener d'autres campagnes ciblées.

La composition du groupe de travail reflète un éventail d'intérêts politiques et d'approches de recherche au niveau mondial. La composition du groupe à composition non limitée est susceptible d'évoluer au fur et à mesure qu'il présente ses rapports. Marianne Sinka du Oxford Long-Term Ecology Lab sera la première présidente du groupe, tandis que Dmitry Schigel, responsable scientifique du GBIF, coordonnera ses efforts et ses rapports au conseil d'administration du GBIF.

 

Membres du groupe de travail

 

Termes de référence : Groupe de travail sur les maladies humaines

 

Moustique tigre (Aedes albopictus), Côte d'Azur, France.
Photo 2020 Martin Galli via iNaturalist Research-grade Observations, license CC BY-NC 4.0

 

Lire l'article original

Revenir en haut